Iggy Pop: “Bowie m’a ressuscité”

March 1977:  Rock singers David Bowie, right, and Iggy Pop in Germany.  (Photo by Evening Standard/Getty Images)

Bowie, Iggy et Lou. C’est donc Iggy qui aura survécu, the last man standing. L’ancien collaborateur du Thin White Duke s’est penché sur sa relation avec David Bowie dans un entretien au New York Times.

Il explique que l’amitié qu’il entretenait avec Bowie était “en gros que ce type m’a sauvé d’une probable annihilation professionnelle et peut-être même personnelle – c’est aussi simple que ça. Beaucoup de monde était curieux à mon sujet, mais il était le seul qui avait vraiment et suffisamment en commun avec moi, et qui aimait réellement ce que je faisais et avait aussi suffisamment de bonnes intentions pour m’aider. Il a fait un truc bien”.

Il ajoute: “Il m’a ressuscité”. “Il était plus un bienfaiteur qu’un ami dans le sens où la plupart des gens comprennent l’amitié. Il a un peu dévié de sa route pour me donner un peu de bon karma”.

David Bowie a rencontré Iggy Pop en 1971, à une époque où personne ne voulait plus en entendre parler et où son groupe, les Stooges, avait implosé. Un peu comme il l’avait fait avec Lou Reed un an plus tôt, il a permis à Iggy de retrouver un contrat d’enregistrement et produit le troisième album des Stooges, Raw Power, en 1973. “On était tous dans un très mauvais état”, dit Iggy de cette période, “mais lui, au moins, était fiable”.

Quelques années plus tard, en 1976, après l’avoir littéralement sorti de l’asile psychiatrique dans lequel il s’était réfugié, Bowie a invité Iggy en première partie de sa tournée Station to Station. Ils sont ensuite partis en France et à Berlin. Là, ils ont écrit et enregistré ensemble The Idiot et Lust For Life, les deux disques solo les plus célébrés de l’Iguane. Bowie était aussi claviériste dans le groupe d’Iggy durant sa tournée 1977.

Iggy Pop avait préalablement réagi à la mort de David Bowie en écrivant que “son amitié était la lumière de ma vie”.

> Lire l’intégralité de l’article du New York Times

DZ

Lire aussi > David Bowie, le mythe du vampire

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>