Massive Attack n’a rien perdu de sa superbe au Palais 12

MASSIVE 2

Le collectif bristolien, au grand complet, est de retour, plus fort que jamais. Il a donné, mercredi au Palais 12, un concert exemplaire. Mais l’album ne sortira pas avant l’été.

Voilà un groupe, finalement, qui ne s’est jamais trompé, n’a jamais commis de fautes de goût ni d’erreurs stratégiques. Vingt-cinq ans après le tremblement de terre qu’a représenté pour la musique leur premier Blue Lines, Massive Attack est toujours là. Six ans après Heligoland – qui aurait mérité d’être mieux compris et apprécié – 3D et Daddy G sont toujours là et on les attendait puisque ce Palais 12 était rempli alors qu’on n’avait eu qu’un EP digital, “Ritual Spirit”, à se mettre dans les oreilles.

Dès « Battle Box 001 » en ouverture, la délicieuse Martina Topley-Bird est à son poste, rejointe en fin de concert par Deborah Miller (« Safe From Harm »). Tout comme le grand Horace Andy qui ne manquera pas de faire monter la température sur « Angel », judicieusement placé entre « Teardrop » par Martina et « Inertia Creeps». Les anciens titres, de « Risingson » à « Unfinished Sympathy » (par Deborah) en rappel, s’entremêlent parfaitement avec les nouveaux morceaux qui sont loin de faire pâle figure et annoncent un album qui ne devrait pas décevoir. Massive Attack s’est également injecté du sang neuf en invitant sur deux titres les jeunes rappeurs écossais de Young Fathers, qui en début de soirée ont assuré une solide première partie.

Massive Attack est toujours aussi inspiré et militant. Leur show visuel est toujours aussi imposant et percutant, avec mur led et rayons laser au service de messages cryptés qui ont beaucoup tourné autour de la crise des réfugiés, de la guerre en Syrie, de la puissance des multinationales et du pouvoir des médias. Croyant en un monde meilleur si on s’y met tous ensemble, Massive Attack ne livre pas moins un grand moment sombre et plombé par des basses entêtantes. Le groupe n’a rien perdu de sa puissance ni de sa majesté. Ceux qui ont un peu trop tôt enterré Massive Attack se sont trompés : le gang de Bristol est toujours au sommet. Ce que devrait confirmer, avant la sortie de l’album, un second EP à paraître ce printemps.

THIERRY COLJON
PHOTOS HATIM KAGHAT

BRUXELLES Concert Massive Attack           PHOTO: Hatim KAGHAT

Setlist

Battlebox 001/ United Snake/ Risingson/ Paradise Circus/ Ritual Spirit/ Girl I Love You/ Psyche/ Future Proof/ Clock Forward/ Teardrop/ Angel/ Inertia Creeps/ Safe From Harm RAPPEL Take It There/ Voodoo In My Blood/ He Needs Me RAPPEL 2 Unfinished Sympathy/ Splitting The Atom

massive 5

massive 4


commenter par facebook

16 commentaires

  1. momo1951

    11 février 2016 à 15 h 24 min

    J’ai aussi vu un concert sans surprises : son lourd et percutant, fantastique light-show et bon mélange morceaux nouveaux – morceaux anciens.

    Concernant le light-show, vous trouverez ici une dizaine de vidéos HD de ce concert : http://fun1959.canalblog.com

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>