William Sheller simplement

© René Breny

William Sheller était au Cirque royal ce mardi avec son quatuor à cordes. Il sera jeudi au Forum. De belles émotions malgré tout.

Quand William s’avance sur la scène du Cirque royal quasi plein, mardi, sa bonne mine rassure tout de suite ceux qui s’étaient inquiétés pour sa santé suite à son apparition aux Victoires de la Musique. William va bien – son teint rougeaud et bouffi a miraculeusement disparu: bravo à son médecin liégeois! – et l’artiste finit de rassurer ses fans avec son légendaire humour. Habillé d’un kimono noir comme il a toujours aimé en porter, William reprend vite ses bonnes vieilles habitudes comme d’introduire et de présenter chaque chanson par une petite (parfois longue!) anecdote liée à son passé. Le répertoire est quasiment le même que celui gravé en 2007, avec le Quatuor Stevens au Carré Magique de Lannion. Si ce n’est que le programme plonge à quatre reprises dans son dernier album, Stylus.

© René Breny

 

En fêtant les 35 ans de la création, au Théâtre 140, de son quatuor à cordes à qui il dit au revoir, Sheller ne cherche pas à se débarrasser de son impressionnant passé, que du contraire, il s’y complaît pour le plus grand bonheur de son public fidèle. L’interprétation n’est pas pour autant parfaite: William a la bouche sèche (fichus médicaments!) et sa voix n’est pas toujours bien assurée. Elle est très fragile, tout comme la mémoire de l’artiste qui, à deux reprises, lui joue des tours. Mais William peut compter sur la beauté de ses chansons et le soutien amical du public pour s’en sortir haut la main. L’homme émeut autant que ses mélodies fines et la dentelle de ses arrangements pour piano et cordes. S’il apparaît parfois un peu en roue libre, le chanteur préserve l’essentiel: cet amour du public avec qui il communique sur le ton de la complicité au travers d’un répertoire qui ne le trahira jamais.

© René Breny

 

THIERRY COLJON

PHOTO RENE BRENY.

William Sheller sera ce jeudi 3 au Forum de Liège.

PROGRAMME
J’cours tout seul
Nicolas
Mon hôtel
Cuir de Russie
Babayaga (instr.)
Un archet sur mes veines
Fier et fou de vous
Les orgueilleuses
Youpylong
Les filles de l’aurore
Les machines absurdes
Bus stop
Maman est folle
Petit Pimpon
Pepperland (instr.)
Les souris noires
Simplement
A franchement parler
Un homme heureux
Le carnet à spirale


commenter par facebook

2 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>