Le Printemps des aînés de la chanson

Printemps de Bourges 2016

BOURGES
DE NOTRE ENVOYE SPECIAL
Pour fêter le quarantième Printemps de Bourges, Dominique A, Jane Birkin, Lavilliers et beaucoup d’autres ont rendu hommage aux anciens.

Aujourd’hui, les festivals sont surtout devenus une occasion très rentable pour amasser et entasser le plus de monde possible devant des artistes populaires. La bière coule à flot et tout le monde est content. Certains, comme le Printemps de Bourges, résistent à leur façon en proposant autre chose, à côté de cette tendance généralisée : une création. Permettre à des artistes de s’exprimer autrement, au travers d’un concert souvent livré une seule fois et même pas enregistré. Bref, créer un moment rare, exceptionnel. Seuls les festivaliers du Printemps de Bourges auront par exemple pu voir et entendre cette création des 40 ans, qui a réuni une belle brochette d’artistes qui n’ont pas manqué de rendre hommage à leurs aînés. A commencer par Dominique A qui a ouvert la soirée avec « Quand j’serai K.O » de Souchon, avant d’être rejoint par Sapho pour réaliser un vieux rêve (chanter « La solitude » de Barbara).

L’humoriste Vincent Dedienne a très bien servi de maître de cérémonie avec ses blagues foireuses et son courrier imaginaire. Ce qui a donné du rythme à la succession des apparitions dans ce Palais d’Auron de 2400 places. La Grande Sophie a choisi « Pars » de Jacques Higelin, également choisi par Jeanne Cherhal et Katel (le superbe « Je ne peux plus dire je t’aime »). Sa fille Izia, en compagnie de Jeanne Added, a préféré le « Gloria » de Patti Smith. Gainsbourg aussi était très présent, avec la Grande Sophie (« Fuir le bonheur »), un titre qu’a immortalisé Jane Birkin, présente ici aux côtés de Miossec pour une belle « Ballade de Johnny Jane ». Egalement très touchants furent Bernard Lavilliers (« Est-ce ainsi que les hommes vivent », Ferré/Aragon) et Jeanne Cherhal (« Nantes » de Barbara). Les symboles ne sont pas négligés à Bourges la rebelle, quand Youssoupha reprend Renaud et « Hexagone ». Cet air de liberté, qui a toujours soufflé sur le festival berrichon, on le retrouve dans l’exposition montée par Mathias Malzieu, avec des pochettes de disques censurés ou de combat, d’hier ou d’aujourd’hui. Oui, la chanson à messages, engagée, protestataire, existe toujours. Même si, en ce moment, c’est surtout du côté du visuel que la nouvelle génération s’exprime avec force et originalité. Le Montréalais Patrick Watson, cela fait longtemps qu’il se sert d’un light-show sophistiqué. Bien avant Stromae. Mais force est de constater, de Rover à Jeanne Added (fabuleuse performance électro, jeudi au Palais d’Auron), en passant par Ibrahim Maalouf (également plus rock que jazz dorénavant), que le visuel sert de plus en plus à soutenir la force de la musique.

Ce vendredi, autre création, Emily Loizeau chantait Lou Reed à l’église Saint-Pierre. Encore un moment unique dont on parlera dans notre édition de lundi.

THIERRY COLJON
PHOTO JEAN-PHILIPPE ROBIN

Jeanne Added sera le 22/05 aux Nuits Botanique. Tout comme Feu ! Chatterton (le 19), Ala.ni (le 15), Radio Elvis (le 19), Raphaële Lannadère (le 15) et Lola Marsh (le 15) dont nous parlerons lundi.


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>