Les femmes font le Printemps

7_LolaMarsh_loll willems

BOURGES
DE NOTRE ENVOYE SPECIAL

Samedi, le quarantième Printemps de Bourges faisait la fête aux femmes, avec Ala.ni, Emily Loizeau, Raphaële Lannadère et Jeanne Cherhal.

Si Dionysos s’est offert cette année trois concerts en bord d’Yèvre, Emily Loizeau a livré, elle, deux concerts différents. Le premier, en l’église Saint-Pierrre, était exclusivement consacré à Lou Reed et aux 50 ans du Velvet Underground. Accompagnée de son guitariste et d’une choriste qui, après une demi-heure de jogging autour du public, l’a rejointe pour « Run run run » avant de réciter des textes de Lou pendant qu’Emily était Nico dans « Femme fatale » ou « Sunday Morning ». Le lendemain, avec son groupe au complet (basson, violon, bugle…), la chanteuse présentait sa pièce musicale Mona qu’elle a créée au Théâtre 104 à Paris, en janvier dernier, et dont l’album paraîtra le 27 mai. Essentiellement écrite dans sa langue maternelle, l’anglais, cette pièce réussit à reprendre et citer Eminem et Arno dans la même chanson (consacrée à la mère). La version concert présentait une musique inédite exigeante que le public a appréciée à sa juste valeur. La précédait sur la même scène de l’Auditorium la nouvelle sensation Ala.ni. La chanteuse anglaise était entourée d’un guitariste et d’une harpiste et était donc débarrassée des arrangements kitsch fifties de son album, laissant toute la place à sa fabuleuse voix qui a pu librement s’envoler. Sans parler de sa personnalité très enjouée.

Raphaële Lannadère s’appelait L pour son premier album. Elle a récupéré prénom et nom pour son second qui arrive quatre ans l’après l’hommage à Lhasa qu’elle a rendu ici-même (dans une création réalisée également avec Emily Loizeau !), comme elle le fit encore mercredi, en compagnie de Nosfell dans la création des 40 ans du festival. Raphaële est donc ici chez elle, à l’aise et déjà toute grande. Une qui était au festival berruyer il y a quinze ans, la fille du Cher, n’est autre que Jeanne Cherhal qui est aussi chez elle à Bourges. Cette fois, c’est en version solo piano qu’elle nous est revenue pour une performance d’une grande sensualité qui nous a rappelé à certains moments un Sheller dans le même exercice. Un exercice que Dominique A apprécie beaucoup également et qu’il a retrouvé pour un set sans concession tournant autour de titres oubliés, faces B, titres bonus ou inédits. Guitare, boucles et grands textes au service d’un beau moment d’émotions qui s’est terminé par le « En surface » offert à Etienne Daho et par le fameux « Twenty-two bar ».
Au rayon des révélations de cette édition 2016, on retiendra le duo israélien Lola Marsh avec la chanteuse Yael Shoshana Cohen, une sorte de jeune Noa décomplexée, extravertie et au timbre de voix très intéressant. Rayon hommes, retenez le nom de Radio Elvis, le trio parisien qui parvient à réussir le grand écart entre Dominique A et Vampire Weekend. On en reparlera avant leur concert aux Nuits Botanique à la même affiche que Nicolas Michaux et Feu ! Chatterton, tous deux présents à Bourges. Arthur, le chanteur extravagant de Feu ! Chatterton, qu’on avait vu il y a juste un an en première partie de Fauve, à Montréal, nous fait de plus en plus penser à Helno des Négresses Vertes. En lui souhaitant un destin plus joyeux.

THIERRY COLJON
PHOTO DE LOLA MARSH : LOLL WILLEMS.

Dionysos sera aux Nuits Botanique le 13/05, Lola Marsh, Raphaële Lannadère et Ala.ni y seront le 15/05 et Radio Elvis, Nicolas Michaux et Feu ! Chatterton le 19 mai.


commenter par facebook

3 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>