AC/DC et Axl Rose: le rock au musée

20160511ACDC-1

Le train hard australien a déboulé lundi sur la plaine de Werchter en compagnie du hurleur de Guns N’ Roses. Verdict.

Le plus grand trait de génie d’AC/DC, c’est d’être parvenu, après toutes ces années, à continuer à se faire passer pour un groupe rock de base, familial, celui qui représente le mieux les prolétaires, la classe qui se lève tôt et se crève le cul dans un boulot de merde pour pas un kopeck. On a beaucoup glosé sur le remplacement de Brian Johnson par Axl Rose. Comme s’il s’agissait d’un mariage contre nature. Mais c’est en réalité une évolution naturelle pour un groupe qui est depuis longtemps devenu une machine hollywoodienne. AC/DC est aujourd’hui « une sorte de monstre », pour reprendre l’expression déjà utilisée par Metallica, qui dépasse de très loin les trois accords blues déformés par la distorsion qui ont créé sa légende.

Ça commence de façon amusante avec une vidéo d’intro qui fait référence aux premiers pas de l’homme sur la lune. Explosion, feu d’artifice et d’emblée, le son est monstrueux. Les musiciens débarquent sur scène (une scène gigantesque en forme de cornes du diable avec deux écrans géants sur les côtés et dans le fond) et on comprend directement ce qu’on savait déjà: AC/DC est la chose d’Angus Young. Point barre. Dans son costume d’éternel écolier, Angus mène les troupes, se met en avant, gratte ses cordes et fait un bruit du tonnerre du diable! Le son est tellement fort qu’il agresse les tympans.

20160511ACDC-21

Axl? Assis sur son trône, la jambe toujours plâtrée, les cheveux au vent, les dents refaites et les chaînes et bagues omniprésentes (il mettra chapeau et lunettes noires au fur et à mesure que le soleil se couche…), Axl, donc, loin de se la jouer diva, loin de faire son Axl en somme, joue son rôle, en bon soldat. Il chante les titres du groupe qu’il respecte probablement le plus au monde, en retrait, mais avec le charisme en plus. En bref, Axl fait le boulot et le fait plutôt bien (son timbre de voix est d’ailleurs, comme prévu, très proche de celui de Brian Johnson). Axl sert Angus et il n’y a rien à redire là-dessus.

Le répertoire mélange habilement nouveaux titres, anciens morceaux plus ou moins oubliés et tubes intemporels placés de façon stratégique: « Back In Black » en quatrième position, « Thunderstruck » en huitième, suivi de « High Voltage », « Rock n’ Roll Train » et « Hell’s Bells ». Mais voilà, tout cela paraît un peu trop routinier. Et c’est très (très!) encadré. La setlist est d’ailleurs la même sur toutes les dates, les titres se ressemblent tous (ce n’est pas un scoop!) et les blancs entre les morceaux paraissent longs comme un jour de pluie. Quant au groupe, et c’est peut-être surtout là que le bât blesse, il semble plus être un ensemble de pièces rapportées autour d’Angus qu’un réel gang. En plus de cela, suite au changement de chanteur et au remboursement de 7.000 fans déchus, le pit (l’espace le plus proche de la scène, là où les ultras sont supposés se faire entendre) est à moitié vide! Si bien que pour l’ambiance… On se contentera des cris lointains venant de derrière…

20160511ACDC-27

Finalement, c’est encore là, derrière, qu’on ressent le mieux le show. Surtout lorsqu’on accepte l’évidence: on n’est plus dans le cadre d’un concert de rock – devant 60.000 personnes, de toute manière, est-ce encore possible? -, mais dans celui du divertissement de masse. On aurait préféré voir ce show en salle? Qu’à cela ne tienne, “accepte et tout ira mieux”. Alors, on accepte. Et à partir de « TNT », effectivement, ça va mieux. La fin du set avec « Let There Be Rock » et un solo de guitare d’Angus sur une rythmique de fer nous rappelle même que tout cela est encore, malgré tout, du putain de rock n’roll!

Mais en sortant de la plaine après un rappel agréable mais lui aussi prévisible (« Highway To Hell », « Riff Raff », « For Those About To Rock (We Salute You) »), on ne peut s’empêcher de se dire que ce soir, quelque part, en devenant ce gigantesque barnum entre Disneyland et Hollywood (pas forcément désagréable, mais loin d’être excitant comme il est supposé l’être), le rock est définitivement entré au musée.

DIDIER ZACHARIE
Photos: MATHIEU GOLINVAUX

20160511ACDC-5

Setlist: Rock or Bust/ Shoot To Thrill/ Hell Ain’t A Bad Place To Be/ Back In Black/ Got Some Rock N’ Roll Thunder/ Dirty Deeds Done Dirt Cheap/ Rock N’Roll Damnation/ Thunderstruck/ High Voltage/ Rock N’Roll Train/ Hell’s Bells/ Given The Dog A Bone/ If You Want Blood (You’ve Got It)/ Sin City/ You Shook Me All Night Long/ Shot Down In Flames/ Have A Drink On Me/ TNT/ Whole Lotta Rosie/ Let There Be Rock RAPPEL Highway To Hell/ Riff Raff/ For Those About To Rock (We Salute You)

20160511ACDC-17

20160511ACDC-10

20160511ACDC-14

20160511ACDC-4

20160511ACDC-7

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

20 commentaires

  1. Grossard

    17 mai 2016 à 13 h 21 min

    en effet, nous n’avons pas vu le même concert: j’étais dans le “pit” et le quota de personnes autorisées à y être à été épuisé…..l’ accès y était interdit aux non possesseurs de bracelet…..La set liste à été modifiée ; pour preuve, ils n’ont pas chanté “The Jack” ni “Big Jack”…..pourtant deux chansons présentes dans cette même tournée aux concerts précédents….AC/DC n’entrera pas au musée mais dans la légende…..

  2. Bartaire

    17 mai 2016 à 14 h 53 min

    Les journalistes belges sont comme les journalistes français toujours en critique, c’est leur job de chercher la merde où il n’y en a pas mais là ils voulaient vous faire réagir et vous l’avez fait avec les éloges pour ACDC. Felicitations au nouveau chanteur Axl rose, je pensais qu’il allait dénaturer les chansons ACDC, non, c’est au top, il a rajouté un plus,
    Vivement leurs prochaines chansons. Rock And Roll. Best regards

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>