Le journal de Sharko: on attend…

Chaque vendredi, retrouvez un billet du journal de David Bartholomé, chanteur du groupe Sharko dont le nouvel album “You Don’t Have To Worry” vient de paraître.

Dans ce milieu, on attend beaucoup. On attend dans les loges pour le concert du soir ou on attend notre passage pour une tv ou on attend au studio que tout soit prêt pour l’enregistrement. On attend des heures pour des fulgurances éphémères. On végète dans des vans, neurasthénique ou boulimique. On attend que le vent se lève. On attend le soleil. On attend qu’il fasse nuit. On attend des opportunités qu’on ne cesse de provoquer. On attend le succès. On attend beaucoup de nous. On attend à dire. On attend à écrire. On attend dans les files.
On attend qu’on nous fasse patienter. Aussi parfois, dans l’ennui et l’auto-hypnose, on en vient à pérégriner son esprit vers des pensées tordues d’équerre.
Un jour, dans un van, une idée gourmande s’était invitée (et nous avait tenus en haleine pendant des heures – et des jours!): élaborer des concepts de spectacle divers tels ce duo d’humoristes dont le mot d’ordre absolu serait d’être vraiment très mauvais. Les blagues, le jeu de scène, les décors, les ficelles, tout serait étudié pour être très mauvais. Tout prendre à contre-pied. Faire pire que les “Chevaliers du Fiel” (si possible) en tous cas plus loin dans le concept.
Aux coupures de presse annonciatrices (“Subjuguant tellement c’est mauvais”, “Atroce”, “Affreux”, etc.) à la
promo décalée (“Nous avons trouvé le plus mauvais duo d’humoristes de France. Aucune blague ne les fait rire eux-mêmes. Ne vous déplacez pas, ils sont leur propre public”), tout serait travaillé pour mettre en avant la médiocrité du bazar.
Un modèle de promotion et d’intelligence.

Dans un genre similaire, nous avions également développé un concept de groupe rock pour faire le buzz: “Groupe invisible (et inexistant) qui ne tournerait qu’avec un road manager et deux roadies dans un grand tour-bus vide.” Le matériel serait installé sur scène tous les soirs à grand renfort d’amplis dénués de systèmes et autres tambours sans peaux. La tournée serait très sérieuse, mise sur pied avec le plus grand soin et le buzz garanti. Nom de groupe? “Présence forte”. Noms de singles à défendre? “Je te sens à mes côtés”, “Ton père est vitrier” ou encore “Je suis bien là, ouvre les yeux”.
Autant de tubes repris en choeurs par les fans bien présents aux concerts.

Plus encore, nous avions également élaboré des noms improbables pour des groupes rock:
“Concert annulé” (en concert près de chez vous) ou encore “12€ en prévente”.
Nous imaginions avec malice le bordel sur les affiches.

Le groupe Sharko sera en concert le 17 juin au Fiesta Rock de Flémalle, le 18 juin à la Fête de la Musique de Bruxelles, le 09 juillet aux Baudet Festival, le 15 juillet à Dour, le 19 juillet à Spa et le 6 août à Ronquières.


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>