Ardentes jour 4 : Goat is good for you

LES ARDENTES 2016 GOAT ©Dominique Duchesnes

Et puis un jour, tu as envie de réentendre des guitares ! Ce samedi, celles de Goat, de Kurt Vile et des Bruxellois de Moaning Cities nous ont empêché de succomber au manque.

Les trois garçons d’Ulysse en glissent eux aussi, de la guitare, dans leur pop aux saveurs électro. Jusqu’au crash technique qui les empêche de conclure sur une note plus dance (la chaleur qui s’attaque aux machines, cette traitresse). On en reparlera : les Bruxellois seront à Dour ce mercredi. On y reverra aussi Moaning Cities. Mais ce samedi à l’Aquarium, Valérian et ses troupes proposent déjà un avant-goût de D.Klein, l’album qui sortira en septembre sur Exag Records, le label de Greg, leur précédent batteur. C’est bourré d’atmosphère, traversé d’éclairs et, pendant quelques minutes, on croit même voir planer au-dessus de la petite scène des Ardentes le fantôme des Doors.

Avec Goat, les Ardentes s’enfoncent encore un peu plus dans les univers psychédéliques. Enfin, pas toutes les Ardentes… Juste ceux et celles, pas excessivement nombreux il faut le reconnaître, qui se laissent porter par le drôle de rituel que pratiquent ces Suédois masqués. Selon la légende, un sorcier itinérant serait un jour passé par leur village de Korpilombolo (c’est dans le nord) pour en initier tous ses habitants au vaudou. Et ils seraient depuis lors des centaines à se succéder sous les déguisements… On peut sourire, mais les danses incessantes des deux chanteuses ont quelque chose d’ensorcelant. Quant au mélange d’afrobeat, de kraut et de rock, s’il n’est pas le fruit d’une étrange magie, c’est qu’on n’y connaît plus rien…

A l’extérieur de l’Aquarium, côté backstage, Kurt Vile préfère les plaisirs terrestres à la communication avec ses ancêtres : l’Américain termine sa bière et file sur scène rejoindre ses Violators. Là, les guitares défilent (il en joue d’une différente pour chaque titre, banjo compris sur « I’m an outlaw ») à la vitesse du « Freak train ». Kurt clôture en solo et avec une gratte acoustique un set au feeling tout aussi magique, sur un « Lil’ Martin » plein de délicatesse.

LES ARDENTES 2016  ©Dominique Duchesnes

Et pendant ce temps… Pharrell arrive sur le site de Coronmeuse où l’on n’a probablement jamais eu autant de bus et de mini vans (trois de chaque, à vue de nez) à caser pour un invité et sa suite. La tête de l’affiche de cette avant-dernière journée (à égalité avec BigFlo & Oli) est paraît-il un garçon plein d’attentions. Toujours représentant d‘une marque de sportswear, mais gentil. Sur scène, il lui manque peut être juste un truc pour que son live ne ressemble pas à un magazine aux pages de papier glacé : un peu de lâcher-prise, de fantaisie, de folie, quoi…

LES ARDENTES 2016 PHARRELL WILLIAMS ©Dominique Duchesnes

Didier Stiers
(Photos : Dominique Duchesnes)

 

Didier Stiers

commenter par facebook

1 commentaire

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>