Soufflez, respirez, vous êtes au Micro !

Frontstage - Jambinai - Intro

Une fois n’est pas coutume : pour sa septième édition, toujours à taille humaine, le Micro Festival s’offrait deux vraies journées de concerts ces vendredi et samedi. Et vendredi, ce fut déjà fort bien !

Des gens qui ne font rien comme les autres, ou alors pas exactement ce à quoi on pouvait éventuellement s’attendre : voilà par exemple comment on pourrait résumer la première moitié de cette édition 2016 du Micro. De la musique planante quand on joue habituellement avec les autrement plus remuants Scrap Dealers (Duane Serah, le projet perso de Hugues Daro). Ou de la pop psychédélique un peu cassée avec de temps en temps de grosses guitares (les Californiens chevelus de Morgan Delt)…

Frontstage - Morgan Delt - OK

Ici, pas de tête d’affiche. Ce n’est pas la politique maison, laquelle s’accorde pourtant éventuellement l’un ou l’autre nom déjà bien installé. Comme The Ex. Les vieux de la vieille du post punk hollandais, à l’œuvre depuis 1979 (mais plus avec le même lineup puisque Arnold de Boer a remplacé le chanteur d’origine, GW Sok, en 2009), baladent ce soir leurs guitares du côté de l’Afrique. Et font chanter à l’avant-scène leur Katherina de batteuse qui a… une fort belle voix !

Frontstage - The Ex - OK

« Quand un groupe est lancé, pour nous, il est déjà trop tard », résumait en 2015 Jean-François Jaspers de JauneOrange. C’est à peine exagéré. Imarhan, Goat et Jambinai ne sont plus d’absolus débutants, mais les Touaregs au desert blues un peu funky, les Japonais pour lesquels le saxo ne se joue qu’avec une bouteille plantée dans le pavillon, et les Sud-Coréens qui glissent des sonorités et des instruments traditionnels (comme le geomungo, de la famille des cithares) dans leur post rock ne sont pas exactement les artistes les plus plébiscités par les méga raouts estivaux. Tant mieux : ça fait la saveur du Micro.

Frontstage - Goat - OK

La dernière fois qu’on a vu les élèves de Tinariwen en Belgique, c’était à l’Orangerie, dans le cadre des Nuits Botanique. Imarhan, ses riffs, ses refrains répétés à plusieurs voix et ses percus restent hypnotiques. Et Iyad Moussa Ben Abderahmane (alias Sadam), avec sa guitare, est toujours aussi sidérant de cooltitude. La nouvelle génération s’installe bel et bien !

Frontstage - Imarhan - OK

Jambinai, on vous en parlait sur ce blog en mai dernier quand les Coréens étaient de passage à l’AB. Et ce vendredi au Micro ? Pareil : un bonheur pour nos sens d’Occidentaux gavés / blasés (biffez la mention inutile). A nos oreilles, déjà, qui « connaissent » du post-rock ses crescendos, ses passages atmosphériques et son intensité… Chez Jambinai, guitare, basse et batterie s’accompagnent d’un haegeum (violon vertical à deux cordes), d’un piri (sorte de hautbois nasillard) et du geomungo susmentionné.

Frontstage - Jambinai 1 - OK

Expérience particulièrement fascinante : regarder et écouter Sim Eun-Yong en jouer, c’est-à-dire pincer, frapper et frotter les cordes à l’aide d’un petit bâtonnet qu’elle tire d’un plumier multicolore… Et sinon, oui, comme dans le post-rock des familles, les instrumentaux peuvent être tristes ou sombres, et les voix, pas vraiment mixées en avant, constituer une texture sonore supplémentaire. Ça aussi, ça fait la saveur du Micro !

Savoureuse, enfin, la déco faite main de cette année, sur le thème de la science-fiction et de Star Wars ! On croise même un Jabba grandeur nature vêtu de fourrure mauve et crachant de la fumée, qui a plus impressionné les gosses que les Pokémons signalés dans les environs. Tel ce Chétiflor repéré sous le chapiteau et aussitôt mis en boîte par le collègue du Focus !

Didier Stiers

 

Didier Stiers

commenter par facebook

1 commentaire

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>