Massive Attack, toujours aussi populaire et influent

B979557462Z.1_20160830093753_000+G5V7GJ87K.1-0

Le groupe de Bristol a rassemblé 15.000 fans hier dimanche à la place Saint-Pierre à Gand.

La performance mérite d’être signalée. Six mois après un concert au Palais 12, la formation britannique toujours aussi pertinente a réussi à remplir la place gantoise où se sont déjà produits Leonard Cohen, Prince et plus récemment Ennio Morricone. Même sans véritable actualité à part le EP Ritual Spirit sorti il y a quelques mois et le plus récent The Spoils, Massive Attack reste toujours aussi populaire et influent. On s’en est rendu compte encore ce dimanche lorsque Deborah Miller a pris le micro pour revisiter « Safe from harm » et « Unfinished sympathy » (en unique rappel), deux des morceaux emblématiques de Blue lines. Soit l’un des albums marqueurs des années nonante où les sorciers de Bristol sont parvenus à créer une musique unique faite de reggae et de dub jamaïcain mâtiné de soul et de hip-hop. C’est peu d’écrire que les deux morceaux précités ont rappelé tout le génie d’un groupe majeur.

À part de gros problèmes de gestion de bars (voir ci dessous), le concert fut très enlevé même amputé d’une demi-heure par rapport à la tournée en salle de cet hiver. Le Jamaïcain Horace Andy a débuté les hostilités avec « Hymn of the big wheel » emprunté à Blue lines et très vite Massive Attack a tissé sa toile avec un répertoire plus resserré et, comme dans la grande tradition des sound-systems, une foule d’invités. Horace, bien sûr dont « Angel » fut l’un des points d’orgue du concert, mais aussi les Young Fathers, le jeune rappeur Azekel et Tricky. Oui, oui, vous avez bien lu. Tricky Kid retrouvait ses anciens camarades avec qui il a enregistré les deux premiers albums pour une version de « Take it there » et le morceau précité sur Ritual Spirit.

Pour le reste, c’est une constante depuis des décennies, Massive Attack s’appuie sur un visuel toujours impressionnant où défilent des slogans chocs sur l’absurdité de la guerre qu’elle soit ici ou ailleurs. « Take it here » était par exemple dédié aux victimes des attentats de l’État islamique : « Je suis Charlie/Je suis Paris/Je suis Bruxelles… ». Massive Attack a toujours été un groupe engagé. Encore plus depuis que le gouvernement de Tony Blair a soutenu George W. Bush pour la guerre en Irak de 2003. Finalement, la musique de Massive Attack est sans doute celle qui cristallise le mieux notre époque anxiogène et paranoïaque.

PHILIPPE MANCHE

PS. Les tickets-boissons non utilisés peuvent être envoyés à Greenhouse Talent, Lange Violettestraat, 293, 9000 Gand avec une lettre indiquant le nom, l’adresse et le numéro de compte sur lequel le remboursement (frais d’envoi inclus) peut être effectué.


commenter par facebook

2 commentaires

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>