Fly Away et rock sur plage

unnamed

CARGESE
DE NOTRE ENVOYE SPECIAL

Tout endroit est bon pour faire de la musique. Au Fly Away Festival corse, “Sous l’arbre” est le nom d’une scène improvisée dans le jardin du Club Med de Cargèse. Dès 11 heures du matin, jeudi, la chanteuse française Joe Bel a inauguré le lieu devant un public qui, pour l’occasion, a déserté plage et piscine. Ce qui ne veut pas dire qu’on perd ses mauvaises habitudes pour autant. La jeune chanteuse folk-pop en anglais (sinon pour chanter de fort belle façon “Amoureuse” de Véronique Sanson) a dû rester concentrée devant le ballet des serveuses se baladant dans le public avec leurs plateaux de bières! Comme s’il était écrit qu’un festivalier lambda ne pouvait rester une heure sans boire de grand matin. Le fait que tout soit “open bar” gratos ici n’aide pas évidemment.

Le surréalisme s’invite carrément quand, en fin d’après-midi, le groupe accompagnant le coucher de soleil – Alaska Gold Rush en l’occurrence – hérite d’une scène minuscule montée sur la plage, entre terrasse et parasols. On a déjà connu conditions techniques plus favorables, surtout avec un public en maillot et bikini toujours en mode apéro. Renaud et Alexandre ont malgré tout réussi à installer leurs ambiances blues gorgées d’Alabama et de Mississippi. Au point même de faire lever et danser le public.

Tâche qui fut nettement plus aisée et évidente pour Nicola Testa en soirée, sur la scène du petit théâtre. Etrennant une jolie veste chinoise scintillante et un nouveau claviériste, Nicola a pris un plaisir énorme à clôturer ainsi une longue tournée dont le succès va se prolonger dorénavant en France où son premier album va bientôt sortir (chez PIAS). Ce qui ne l’empêche pas de déjà penser au contenu de son deuxième disque.

Le rock des Vismets, ensuite, est nettement moins festif. D’autant plus qu’avec leur nouvel EP, ils s’éloignent un peu de leurs ambiances atmosphériques planantes pour retrouver le rock vif et dur de leurs débuts. De gros soucis techniques avec son clavier qui a pris un coup de soleil ont forcé Dany à aller chercher le public (rien de tel pour ça qu’un bon “I’m Waiting For The Man” du Velvet) qui, du coup, par compassion mais aussi gagné par l’énergie du groupe, l’a soutenu de toutes ses forces.

On nous avait promis des surprises, à ce Fly Away. Ainsi, passé minuit, alors que les nightclubbers avaient déjà gagné la plage pour la Tropicana Party, ils furent rappelés au théâtre pour le set non annoncé de Soldout. Durant une heure, Charlotte et David nous ont régalés de leurs beats sauvages, leur mélancolie naturelle, anciennetés (“I Don’t Want To Have Sex With You” qui prend tout son sens en ce lieu de plaisirs) et nouveautés et même un “It’s A Sin” des Pet Shop Boys. Et la cerise sur le gâteau de la fête fut l’apport de la batterie d’Alex d’Alaska Gold Rush en fin de set. Soldout travaille en ce moment sur un nouvel album qui entamera le règne exclusif des machines. Une piste très prometteuse après ce qu’on a entendu, ici à la belle étoile!

THIERRY COLJON
PHOTO EA/E.CHARNEUX.


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>