2016 dans le rétro: le top de Didier Zacharie

db-vinylcover

Nos journalistes musique vous offrent leurs dix albums et leurs meilleurs concerts de 2016. Au tour de Didier Zacharie de se dévoiler.

Consultez notre supplément numérique spécial de 100 pages “Les disques de l’année 2016″

Sans titre - 1

CONCERTS

PJ Harvey – Primavera Sound/Rock Werchter
Muse – Palais 12
Beyoncé – Stade roi Baudouin
Andy Stott – Botanique
Jambinai – AB Club


ALBUMS


10. Leonard Cohen, “You Want It Darker”

0965d672b61dd6173d5b54bf89881891.1000x1000x1

Les derniers mots du poète. On trouvera difficilement une prose plus affinée et une voix aussi profonde. Saloperie d’année!

09. Yussef Kamaal, “Black Focus”

0008156826_10

Un dialogue entre le tangible et l’éthéré, entre cette section rythmique héritée de l’afrobeat et les synthés qui ramènent au Herbie Hancock de Sextant. Les dix morceaux planants qui composent le disque portent en eux le jazz fusion des seventies remis au goût du jour via des touches de krautrock, d’électro vaporeuse et des beats hip-hop. Un voyage cosmique fascinant de bout en bout. Le jazz se porte à merveille, merci pour nous.

08. Kanye West, “The Life of Pablo”

The_life_of_pablo_alternate

Déjà, il y a eu tout ce cirque autour de la sortie du disque. Sortie? Techniquement, La vie de Pablo n’est pas sortie, elle est juste apparue sur les plateformes digitales. A l’heure qu’il est, le disque n’est d’ailleurs peut-être pas encore terminé. Après, il y a le savoir-faire du bonhomme, qui semble avoir beaucoup trop facile pour que cela tienne sur la longueur. Et pourtant, ça tient. C’est bancal, bien sûr, ça part dans tous les sens, on en retrouve dans tous les coins, mais ça tient. Ca tient aussi grâce au titre d’ouverture, le plus beau de cette année, “Ultralight Beam”. Evidemment, les choses ne pouvaient pas durer. Le bonhomme a fini par se vautrer, en beauté! Il est désormais officiellement établi que Kanye West est fou à lier. Et finalement, on n’en attendait pas moins. Il y aura un avant et un après. Quelque part, The Life of Pablo est son testament.

07. Christian Löffler, “Mare”

0008455456_10

C’est le secret le mieux gardé de la mer Baltique – cet endroit où l’Europe occidentale rejoint le grand nord et l’est. Mare, c’est la survivance de la cold wave atmosphérique à la Cocteau Twins, c’est Sigur Ros qui aurait réussi sa mue électronique, c’est un rêve éveillé, les yeux perdus dans le froid et les grands espaces. Un hiver qui tient chaud.

06. A Tribe Called Quest, “We Got It From Here… Thank you 4 your service”

09e256ce885fe6b3cf181239c3b3231c.1000x1000x1

Ce qui s’appelle la classe. Déjà à l’époque, A Tribe Called Quest faisaient les choses différemment. Tandis que 2Pac et Biggie rejouaient les westerns en milieu urbain, eux faisaient du rap avec du jazz, revenant aux racines du genre pour en définir le futur. Et puis, ils se sont retirés. Et voilà qu’ils reviennent pour un dernier tour de piste, pour faire les choses bien, en hommage à Phyfe Dawg, MC et co-fondateur du groupe, mort en mars dernier et que l’on entend ici pour la dernière fois. Et ils ont fait les choses bien, oui. Mieux que bien, même. Passant le flambeau de la plus belle manière. Avec classe.

05. Suuns, “Hold/Still”

suunsholdstill

C’est pas trop tôt! Après deux albums qui dessinaient les contours du rock nouveau, le troisième le concrétise enfin. A coups d’énormes basses électro, de beats hip-hop et de guitares acides. Auparavant, Suuns faisait sonner les guitares comme des machines. Sur Hold/Still, il fait sonner les machines comme des guitares. Et en tuant le père, il sort (enfin) le grand album rock’n'roll de l’ère numérique.

04. La Femme, “Mystère”

0060255711343_600

Si en ce début de siècle, nous marchons dans la pénombre de la vallée de la mort, nous ne craignons aucun mal. Car Dieu (ou deux faux branleurs de Biarritz) a créé La Femme, et en sa compagnie, tout devient plus léger, agréable et excitant (comme les seins de Tatiana). Vive La Femme!

03. Nicolas Jaar, “Sirens”

op042lp1-nicolas-jaar

Nicolas Jaar est un génie. C’est comme ça qu’il est présenté dans les médias spécialisés anglo-saxons et, à l’écoute de Sirens, on est porté à le croire. On y entend du jazz, de l’électro chic, du rockabilly, de la musique chilienne, du post-punk à la Suicide, un peu de piano classique et des nappes de synthés atmosphériques et autres collages sonores dans un mix qui ne se préoccupe pas de compartimenter les chansons mais qui les imbriquent les unes dans les autres pour former un tout, une figure parfaite, le cercle refermé cher à Parménide. L’avant-garde de la pop.

02. Philippe Katerine, “Le Film”

le_film_philippe_katerine_pochette

Philippe Katerine est un génie. C’est moi et quelques autres marginaux qui le clamons. Après une année 2015 mortifère, le voilà qui revient au printemps, avec des chansons qui suintent l’innocence, la bonté et les découvertes d’un enfant qui s’éveille au monde. Et cela, “ça fait réfléchiiiir, ça fait réfléchiiir…” La poésie est vivante, son nom est Katerine.

01. David Bowie, “Blackstar”

db-vinylcover

David Bowie n’est pas mort. Il s’agissait de Dieu descendu sur Terre.



> Votez pour votre album de l’année

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>