Un festival au réveillon… et fck you 2016 !

Frontstage - Fcknye

Ce 31 décembre, le FCKNYE Festival retrouve le Palais 12. Techno, rap, r’n’b et autres avant la traditionnelle choucroute du Nouvel An.

Ils courent, ils suent et ils se font mal, mais ils remettent ça quand même ! « Ils » ? Les organisateurs du FCKNYE Festival, « ze » soirée festive du réveillon de Nouvel An à Bruxelles. L’édition 2014 avait rassemblé grosso modo 10.000 personnes au Palais 12 : celle de cette année renoue avec le plateau du Heysel.

Mais en 2015, on s’en souvient comme si c’était hier, le FCKNYE avait été proposé aux fêtards dans un contexte bien particulier. Et qui plus est, à Molenbeek, la commune la plus vilipendée de la capitale voire du monde ! « En raison des attentats et la localisation de l’année dernière, notre fréquentation avait diminué de moitié, commente Max Meli de Back In The Dayz. Mais nous avons tout de même pu compter sur 5.400 participants ! C’était une édition mémorable pour nous car tout s’est super bien passé et on avait vraiment l’impression d’avoir réalisé un petit exploit, d’avoir pu organiser dans un tel climat une magnifique fête sans accroc. »

Clap septième donc ! Et toujours la même philosophie : varier les genres, une atmosphère différente par scène. Seront entre autres là : Vald et ses rimes absurdes, Adam Beyer, le Suédois techno actif depuis le milieu des nineties, sa collègue Paula Temple, pensionnaire chez R&S, Club Cheval, le quatuor de Lille dont le premier album (Discipline, entre électronique et r’n’b) a vu le jour cette année, Romeo Elvis & Le Motel qui ont quelque peu fait la pluie et le beau temps rap chez nous au cours des douze mois écoulés, Stikstof, leurs camarades flamands de Bruxelles, ou encore le Lyonnais Panda Dub… En chiffres, cela donne 4 scènes, 5 styles musicaux et 40 groupes ou artistes.

Bien entendu, des enseignements ont été tirés de cette fameuse édition 2015, même si les organisateurs n’ont jamais rigolé avec les mesures de sécurité en vigueur. « Quelque part, on était content de voir que les autorités se disaient satisfaites des mesures que nous avions mises en place. Mais c’est clair qu’on a pas mal évolué dans nos manières de réfléchir la fluidité et l’organisation de notre événement. » Le tout sans dénaturer ce qui fait la spécificité de ce FCKNYE Festival. « Ça nous a fait super plaisir de voir qu’une bonne partie du public nous suit vraiment et était prête à « braver l’interdit » pour nous rejoindre, l’année dernière. Cela témoigne pour moi d’une identité forte au festival, de voir que malgré le contexte, des gens viennent de toute l’Europe pour faire la fête avec nous. On se souviendra longtemps de l’édition 2015, mais on est on ne peut plus prêt pour les 50 éditions à venir ! »

Au train où vont les choses, quand on considère notamment la taille de l’affiche, le terme « festival » prend de plus en plus de sens. Il est loin, le plan de soirée pour 1.500 personnes des débuts… Aucun doute, pour Max Meli : « Je pense que maintenant, on peut vraiment dire que nous sommes devenu un festival. Que ce soit au niveau du nombre de scènes, des styles de musique ou du nombre d’artistes et de groupes… Et honnêtement, on aime vraiment le Palais 12. Ça nous permet d’envisager pour la suite d’être plus grand, de durer plus longtemps et d’accueillir encore plus d’artistes ! »

Dernière précision : le prix du ticket est fixé à 39,90 euros. N’oubliez pas votre Bob(ette) !

Didier Stiers
(Photo: Fcknye Festival)

 

FCKNYE Festival, samedi 31 décembre, 20h, avenue de l’Esplanade, 1020 Bruxelles. Infos : www.fcknyefestival.be.

 

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>