Loïc Nottet, la nouvelle star

LOIC NOTTET

Le chanteur et danseur carolo présentait ce week-end son premier album Selfocracy sur la scène de l’Ancienne Belgique.

La file devant la salle du boulevard Anspach est longue. Très longue. Apparemment, tellement longue que les responsables de l’AB n’en n’avaient jamais vue de pareille. Déjà, il n’avait fallu qu’une vingtaine de minutes au jeune Belge pour remplir la salle deux soirs durant. Après avoir été repéré dans « The Voice Belgique », puis représenté nos couleurs à l’Eurovision, après « Danse avec les stars » en France et la sortie de son premier album Selfocracy qui caracole en tête des ventes, il restait une tâche à Loïc Nottet, peut-être la plus difficile : convaincre là où on ne peut pas feindre, sur scène.

Pari réussi ? Pari réussi ! Plus qu’un concert, Loïc Nottet propose un véritable spectacle son et lumière, musique et performance. Chaque titre est mis en scène, et le maître de cérémonie joue avec des miroirs/vitres et un double de lui. La disposition des structures change de titre en titre, laissant place aux danseurs ou favorisant l’aspect musical. Dans le fond, un large écran vidéo décuple l’aspect multimédias du spectacle.

LOIC NOTTET

C’est d’ailleurs en vidéo que le show débute, et on a presque l’impression d’être plongé dans l’intro d’un gros film hollywoodien. Le son est impressionnant, fomenté par un batteur et un homme-machines qui viennent et repartent sur leur estrade mouvante. Musicalement, on a droit à une electro-pop léchée, qui n’est pas sans rappeler la vague synth-pop anglaise des années 80. Ca et là, on retrouve ainsi des plans à la Depeche Mode de l’époque, mais il y a chez Loïc Nottet cette propension un peu trop exagérée à rechercher systématiquement le refrain qui fait mouche, celui des stades, héroïque, que les fans reprendront en chœur.

Les fans, justement, ne sont pas oubliés. Alors qu’ils hurlent des « Loïc, Loïc, Loïc » pleins d’amour, le Loïc en question n’hésite pas à prendre le temps de discuter avec eux, tous les trois ou quatre titres, histoire aussi de reprendre son souffle : « Ca va ? Vous n’êtes déçus ? » Derrière la grosse production, Loïc Nottet n’oublie pas le facteur humain.

LOIC NOTTET

Paradoxalement, c’est peut-être là que se trouve aussi les faiblesses d’un tel spectacle. Chaque titre ayant sa mise en scène et demandant son lot de préparation, d’énergie et de souffle, les temps morts et/ou discussions entre les chansons sont souvent trop longs et le concert finit par perdre son rythme. Mais à 21 ans seulement et une première tournée qui débute à peine, le Carolo a de quoi voir venir pour perfectionner tout cela.

Loïc Nottet fait en effet partie de cette nouvelle génération d’artistes pluridisciplinaires qui proposent un show total entre musique, danse, multimédias et arts de la scène. A l’instar de Christine & The Queens, Oscar & The Wolf ou Jain. Et dans le sillage d’un Stromae, oui.

DIDIER ZACHARIE
Photos: PIERRE-YVES THIENPONT

LOIC NOTTET


commenter par facebook

5 commentaires

  1. Roulet

    23 avril 2017 à 12 h 49 min

    Je ne suis pas d’accord avec votre article déjà pour enfoncer l’artiste normal qui parle avec son public et pas trop long c’est son premier spectacle il apprend et découvre … les autres on fait de meilleurs articles…..

  2. Marie-christine

    24 avril 2017 à 13 h 55 min

    Je ne suis pas une groupie mais une mami de 61ans , j’étais au concert hier .
    C’était juste magnifique!
    Des temps morts ? pas du tout , c’était un conte dont en avait envie de tourner chaque page pour en connaître la suite …
    J’ai vu un Loic artiste et humain , son spectacle : une manière pleine de poésie et de sensibilité de nous livrer son âme…

  3. Morino

    25 avril 2017 à 21 h 11 min

    J’adooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooore
    Loic Nottet il n’est d’ailleurs toujours pas passe a lyon mais il passeras le 19 novembre je ne sais pas si je pourais attendre que ce formidable artiste humble et humain vienne chanter devant moi

  4. Luigi gregoire droumart

    26 avril 2017 à 20 h 25 min

    biens jouer loic m’ont tonton que je connais pas malleureusement .
    J aurait bien voulu venir te voir mais la crise ne me permet pas et a 11ans pas possible . Je suis de tout coeur avec toi .

  5. DanielP

    10 mai 2017 à 9 h 09 min

    Bonjour Frontstage.
    Que l’artiste joue avec des bandes sons n’a pas un côté trop facile ?
    Un concert ne devrait-il pas être joué avec de vrais musiciens ?
    Ce n’est pas du karaoké mais on en est pas loin non ?
    Qu’en pensez-vous ?

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>