Nonante minutes dans les abysses

Frontstage - Slayer - 1

Le « big four » du thrash ne rend pas les armes ! Mardi soir, c’était au tour de Slayer : les Californiens sont venus retourner l’Ancienne Belgique. Petite cure de rajeunissement…

Ce n’est pas qu’ils ne passent pas souvent par chez nous – les deux dernières fois, ça devait être au Graspop il y a un an et puis aussi ici à l’AB en 2015 – mais ce soir à Bruxelles, on a quand même l’impression d’accueillir le Messie et ses disciples. Enfin, Messie… Disons l’Antéchrist et ses troupes de choc pour être un peu raccord avec les thèmes de prédilection du quatuor. Et Bruxhell, quand on se retrouve face à un fond de scène reproduisant la pochette du dernier album en date.

Frontstage - Slayer - 3

L’AB est comble. Ça scande « Slay-er Slay-er Slay-er » pendant chaque break dépassant les trois secondes, et « What you get is what you see » dès l’ouverture des hostilités avec « Repentless ». Côté son, ça se dilue nettement moins qu’au grand air, alors on se prend le déluge de double grosse caisse et les changements de tempo comme autant de baffes. La virtuosité de Kerry King sur le manche de ses BC Rich impressionne d’autant plus. A ses pieds : un public très en voix pendant les 90 minutes d’une setlist dont l’épine dorsale est constituée des albums Seasons in the abyss (90) et Repentless (2015). Un public sur les premiers rangs desquels passent les slammeurs… ou dans lesquels ils coulent, c’est selon ! Tom Araya apprécie, scrute les balcons de l’AB, sourire carnassier dans sa grosse barbe de gourou.

Frontstage - Slayer - 2

Au compteur, les thrasheurs affichent aujourd’hui 35 ans de carrière. Et tous un poil plus de cinquante balais. Mais là, sur scène, c’est brutal et agressif comme si un paquet d’années avaient été effacées d’un coup. N’en déplaise à ceux qui ont décrété, à la sortie de Repentless justement, que Slayer était devenu une caricature de lui-même. Au-delà de l’intro un rien plus posée de « When stilness comes », les mid-tempo ne sont pas de mise pour accompagner les hurlements impérieux d’Araya.

Frontstage - Slayer - 4

Et puis, ce soir on se passe de rappels : le curfew à l’AB tombe à 22h30, alors histoire de s’y tenir quand même un peu, les Californiens restent sur scène pour leur infernal tryptique terminal, « Raining blood »/« Chemical warfare »/« Angel of death ». Gros bordel, salutations, lancer de mediators, rideau. Il n’y avait pas des masses de kids dans la salle, mais tout le monde sait ça : l’âge, c’est surtout dans la tête !

Didier Stiers

 

Setlist : Repentless – The antichrist – Disciple – Mandatory suicide – Hallowed point – War ensemble – When the stillness comes– You against you – Postmortem – Born of fire – Dead skin mask – Hate worldwide – Pride in prejudice – Take control – Seasons in the abyss – Spirit in black – South of heaven – Raining blood – Chemical warfare – Angel of death.

 

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>