Channel Zero prêt pour 2018 !

Frontstage - Channel 2

Le groupe belge boucle l’année avec un nouvel album, Exit humanity, et achève ce week-end une petite tournée d’hiver. Histoire de faire les choses bien, dans les règles de l’art.

Ce disque, le 9e dans l’histoire quelque peu mouvementée de la formation (en comptant le live et l’acoustique), qui s’accompagne donc d’un petit club tour s’achevant ce dimanche à Utrecht, est pour certains celui d’une certaine renaissance. Du rafraîchissement dans un parcours thrash, ne fut-ce que par des textes très en phase avec l’actu. Et sur scène, on dirait que Channel Zero a aussi voulu renouer avec la base. La fan base.

Le groupe faisait ce jeudi escale à Liège, dans un Reflektor préalablement chauffé par le stoner de King Hiss et les décharges heavy d’Evil Invaders. Deux groupes que Franky DSVD, toujours aussi sympa, ne manquera pas de saluer comme il se doit. Du Vooruit au Zik Zak d’Ittre en passant par le Depot et donc Liège, le Channel Zero en chef, toujours de noir vêtu et ganté, se sent comme à la maison, trimballant son répertoire de vannes et d’animations en bateleur bien rodé. Autodérision très belgo-belge quand il évoque ces « Flamoutches » dont il fait partie et dont un représentant se trouve dans la salle, concours d’à-fonds en moins de 30 secondes auquel il convie un gars et une fille aux côtés de Mikey Doling, guitare confiée quelques instants à un gamin, effleurement de « nipples » à l’heure d’envoyer le morceau heu… romantique du répertoire, booty shaking de Tino le bassiste canal historique : tout ça est à chaque fois accueilli dans la bonne humeur. C’est vraiment le terme ! Dans la bonne humeur, et le remue-ménage assorti, quel que soit le lieu.

Frontstage - Channel Z

Côté son, ça joue comme partout aussi, peu importe la salle : dans le rouge ! Au point parfois que le groove passe à l’as et que l’un ou l’autre détail soit un peu noyé. Genre l’intro de « Hot summer », par exemple. Celle, monacale, du nouveau « Blood letters » passe bien, par contre. Mais le groupe, où Seven Antonopoulos officie en lieu et place du défunt Phil Baheux, a embarqué du renfort en la personne de Christophe Depree, un second guitariste (issu d’After All) qui occupe la scène avec un plaisir non dissimulé. Et de fait, une deuxième gratte, ça donne aussi un petit coup de neuf et de nerf à des classiques comme « Fool’s parade », « Suck my energy » et « Black fuel » qui encadrent « Raining blood », la cover de Slayer.

Channel Zero n’est peut-être pas le représentant le plus aventureux ou le plus décalé de notre paysage métallo parfois méconnu et pourtant richement fourni, mais sur le podium des plus proches de son public, il a droit à coup sûr à une marche. Même quand il monte sur les planches avec quarante minutes de retard ! Hum…

Didier Stiers

Setlist : Dark passenger – Ammunition – Hot summer – Fool’s parade – Unsafe – Blood letters – Exit humanity – Let the games begin – Bad to the bone – Dashboard devils – Wish you well – Mental breakdown – Refugee – Help – Suck my energy – Raining blood – Black fuel

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>