L’Elbow show parfait de Guy Garvey

IMG_6712

Le groupe mancunien a rempli la Lotto Arena, mardi soir, avec un show très visuel.

Le monde de la musique était divisé en deux, mardi près d’Anvers. Au Sportpaleis, les jeunes fans de Kendrick Lamar, à la Lotto Arena moins vaste, leurs aînés admirateurs d’Elbow, groupe qui a déjà fêté son quart de siècle d’existence. Elbow, qu’on aime tenir pour le meilleur groupe pop anglais en exercice, réunit autour de lui tous les amoureux d’une musicalité délicate, toutes celles et ceux qui sont régulièrement séduits par la qualité de mélodies d’un raffinement inouï, où la complexité des arrangements aboutit à la beauté simple de chansons à la fois poétiques et engagées.

Cette tournée, réalisée dans la foulée de la parution de leur double Best Of, est passée comme en 2011 par la Lotto Arena, après le Pukkelpop l’an dernier, et avant cela, le Palais 12, Werchter ou Forest National. Leur succès ne se dément pas et on le comprend d’autant mieux que Guy Garvey n’a jamais perdu cette simplicité, cette générosité, ce sens du spectacle intime malgré une mise en scène visuelle grandiose toujours placée sous le signe du Rubik Cube, comme c’était le cas pour leur album The Seldom Seen Kid dont les extraits ont été, mardi, majoritaires au cours d’un set de deux heures absolument parfaites.

A neuf sur scène, Elbow, avec choristes, cordes et cuivres, se montre des plus généreux. Guy, avec son physique de corpulent bûcheron canadien mâtiné de barman à la barbe blanche, ne cesse de tendre le bras et la main ouverte vers ce public qu’il arrangue gentiment. Un concert d’Elbow est une messe d’hommage à la belle musique et aux sentiments humanistes réels. Elbow chante l’amour et les belles personnes. Sans oublier qu’il avait arrêté tout un temps de chanter “Leaders Of The Free World” car à l’époque, l’Amérique était dirigée par un président progressiste. Tous les albums du groupe sont passés en revue, jusqu’à leur première chanson, “Any Day Now” de 2001.

Au rappel, le public peut siffler avec Guy sur “Lippy Kids” avant le final joyeux de “One Day Like This”. Oui, un jour comme ça, on veut bien le revivre encore et encore…

THIERRY COLJON

Setliste:

Starlings
The Bones Of You
New York Morning
Fly Boy Blue / Lunette
The Loneliness of a Tower Crane Driver
Fugitive Motel
Station Approach
The Birds
Mirrorball
Little Fictions
Puncture Repair
Any Day Now
Leaders of the Free World
Kindling
Magnificent (She Says)
Grounds for Divorce
Lippy Kids
One Day Like This


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>