#Nuits18 : Une dernière pour la route

Frontstage - Nuits - Intro

La claque d’It It Anita, Rodolphe Coster sur le fil et Little Simz taille patronne : ainsi se sont achevées nos Nuits Botanique, dimanche…

Ce n’est pas parce qu’on en est au dernier jour des Nuits (on disait que) qu’on ne peut pas se prendre encore une claque sur les oreilles. Responsable de ce geste salutaire : It It Anita. A quelques jours de s’envoler pour une tournée canadienne en compagnie de Lysistrata, les quatre Liégeois agrémentent un set dense, explosif et jouissif d’extraits de leur prochain album. Laurent, qu’il s’intitule… Tel un bout de légion romaine, ils jouent toujours en carré, les deux guitares en front de scène, comptant sur des combinaisons de voix et des changements de tempo pour injecter encore plus de dynamisme dans leurs compos. Avec IIA, le rock noisy des nineties a trouvé des héritiers capables non seulement de s’approprier son héritage mais de lui insuffler une nouvelle vie. « Another canceled mission » arrive pour achever tout le monde. Ça sort du nouvel album susmentionné, mais que nenni, la mission est réussie ! Tellement qu’il ne fait pour nous aucun doute : c’est eux qui auraient dû figurer en haut de l’affiche ce soir et non pas les Danois d’Iceage, pas très intéressants ce dimanche, malgré Beyondless, un album tout fraîchement sorti. On les a connus plus impliqués, plus tendus, disons…

Frontstage - Nuits - It It Anita

Avec son groupe, et la complicité de Musiques Nouvelles, Rodolphe Coster prend sur le coup de 21h possession de la Rotonde. Lui est de retour de New York, où un album a été mis en boîte. Un premier album sous cette appellation (Rodolphe Coster & Band, donc), intitulé High with the people et mitonné au Studio G, qui a vu passer des gens comme Aaron Neville, Frank Black, Bonobo, Marc Ribot ou encore Psychic TV. Et donc… une création, pas une relecture d’un répertoire déjà existant. Des cordes classiques (deux violoncelles et un violon), deux danseurs (Nathalie Mybalés/Moise FK, entre break et contemporain) : la formule du groupe classique est éclatée, et même explosée par l’ex-Flexa Lyndo constamment sur le fil. Tantôt sur sa guitare et ses pédales d’effets, tantôt sur la machine à fumée qu’il va enclencher tous les deux ou trois morceaux avant de réémerger du brouillard, il descend aussi de scène et va jouer dans le public, finit par terre recroquevillé sur sa gratte, remonte, perd son micro au passage… Jamais vu quelqu’un autant dans son trip. Et à ce rythme, difficile de prévoir ce qui arrive ensuite, dans ce maelstrom où se cognent rock et post-rock, shoegaze, rythmes techno, noise… Le concert le plus barré de cette édition des Nuits ? Qui sera au programme d’Arsonic à Mons en octobre.

Frontstage - Nuits - Rodolphe

Little Simz a tout d’une grande. Blague du lundi soir peut-être, mais en attendant, ce qu’on voit ce dimanche de la part de la rappeuse d’Islington qu’aiment Damon « Gorillaz » Albarn autant que Kendrick Lamar est plutôt impressionnant. D’abord parce que ce rap, balancé avec ce génial accent cockney qui est le sien, semble n’appartenir qu’à elle, elle qui vient également mettre son grain de sel, ou plutôt de basse, dans le taf du groupe qui l’entoure (claviers, dj, batterie…). Et quand la miss, Simbi Ajikawo dans le civil, y glisse quelques phrases plus « chantées », ça distille une douceur qu’on ne pensait pas forcément ressentir au départ. Egalement productrice (elle gère son label), organisatrice (au Roundhouse de Londres), elle touche aussi un peu au design (t-shirts, casquettes…), bref, une cheffe ! Qui se défend d’être féministe, ou en tout cas, ne se considère pas comme telle, et certainement pas sa musique. L’inédit « Selfish » complète l’opération séduction de ce soir. Rebelote ce 5 juillet à Werchter ? Non peut-être !

Frontstage - Nuits - Simz2

> Setlist : Good for what – Bad to the bone – Doorways + Her – One in rotation – Heard em say – Wings – Shotgun – God bless Mary – Marilyn Monroe – King of hearts – Dead body – Selfish – Backseat – Poison Ivy – Morning. Rappels : Garage palace – Picture perfect – Bars Simszon

Frontstage - Nuits - Little S1

Les Nuits Botanique s’achèveront « officiellement » avec le concert du pianiste Bernard Lemmens ce mardi, l’Europavox de mercredi, et puis encore les concerts d’Olafur Arnalds (13 mai), Jean-Luc Fafchamps (24 mai) et Julien Doré (11 juin). Mais au bout des 12 dates classiques, le bilan officiel renseigne notamment plus de 30.000 festivaliers, la moitié des 52 concerts affichant complet et une bonne part de la programmation constituée d’artistes belges (plus de 40%).

Didier Stiers

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>