U2 au Madison Square Garden, pas en Belgique

IMG_7579

NEW YORK

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL

La nouvelle tournée des Irlandais passe cette semaine par New York avant de venir en Europe à la rentrée. Mais pas en Belgique pour une fois.

En octobre 2015, on a pu voir à Anvers le Innocence + Experience Tour consécutif à l’album Songs of Innocence. Cette année, après le disque Songs of Experience, c’est avec la tournée Experience + Innocence que les Irlandais nous reviennent. Entre les deux, U2 a réussi à coincer une troisième tournée célébrant les trente ans de l’album The Joshua Tree, un concert vu au stade roi Baudouin le 1er août de l’an dernier. Une tournée des stades qu’on peut voir comme une parenthèse (très rentable) puisque le e+i tour nous ramène là où nous avait laissés le i+e tour. Avec le même décor et la même scénographie. La setliste est bien sûr très différente puisqu’elle inclut huit titres du dernier album et qu’elle exclut la moindre note de The Joshua Tree. Se priver ainsi d’autant de tubes est compréhensible mais osé. Car, du coup, les «I Will Follow» et «Beautiful Day», au début, se sentent bien seuls. Quatre titres ensuite se suivent quasiment à l’identique que 2015, avec l’évocation d’Iris, la maman de Bono, leur maison de Cedarwood Road et la guerre civile irlandaise de «Sunday Bloody Sunday». Le visuel est le même. U2 n’a pas peur du déjà-vu comme lorsque, sur «Until the End of the World», Bono arrose un The Edge minuscule ou le prend dans sa main, grâce à l’effet de ce double écran géant, servant aussi de passerelle, qui coupe la salle en deux dans le sens de la longueur. Et sépare les deux scènes, la petite servant pour le retour de Mephisto, le double diabolique de Bono. «Elevation» et «Vertigo» font chanter la salle mais c’est le duo acoustique de Bono et The Edge sur «Staring At the Sun» qui convainc le plus.

New York avant tout

Pour «Pride (in the Name of Love)» s’ajoutent des images récentes de manifestations de racistes fascistes blancs américains alors que «City of Blinding Lights» clôt le set de la même façon au néon blanc qu’en 2015. Au rappel, on n’est pas mécontent de retrouver «One» toujours aussi efficace avant «Love is Bigger Than Anything in its Way» et «13 (There Is Light)» où Bono réutilise la fameuse ampoule géante.

Ce show est donc culotté, destiné aux vrais fans comme l’a dit The Edge sur les réseaux sociaux, avec de nombreux passages calmes et un Bono toujours aussi bavard mais il est malgré tout touchant quand il tient à se raconter, son enfance mais aussi son histoire au sein de ce groupe exceptionnel formé, tel quel, il y a plus de quarante ans. Le show est très américain, le drapeau géant est même hissé pour «The American Soul», il évoluera sans doute pour sa partie européenne. Le public new-yorkais n’était en tout cas pas fâché de retrouver de nombreuses allusions à sa ville (et à son gouvernement fédéral: Refugees Welcome pouvait-on voir avant le concert). C’est la 28e fois que le groupe se produisait au Madison Square Garden cher à Stromae. On voit si souvent les quatre Irlandais qu’ils finissent par faire partie de la famille. Sans trop changer. L’ensemble est malgré tout plus sobre. Il n’y a plus cette fois d’interaction avec le public. Le groupe parle de son expérience, de ce que lui ont appris la vie et le monde. Les sujets sont graves comme cette nouvelle campagne pour l’égalité hommes-femmes lancée sur le «Women of the World» de Jim O’Rourke.

U2 clôt en tout cas un chapitre. On imagine aisément les revoir en 2021 pour les trente ans d’Achtung Baby. D’ici là, on aura le temps de se familiariser avec les titres de leurs deux derniers albums qui n’ont peut-être pas marqué les esprits mais ont pour eux de raconter une histoire personnelle, celle d’un groupe qui a tout de même marqué l’histoire du rock.

THIERRY COLJON

U2 sera les 4 et 5 septembre à Cologne, du 8 au 13 septembre à Bercy et les 7 et 8 octobre à Amsterdam.

SETLISTE DU 26 JUIN AU MSG:

Love Is All We Have Left
The Blackout
Lights of Home
I Will Follow
Gloria
Beautiful Day
The Ocean
Iris (Hold Me Close)
Cedarwood Road
Sunday Bloody Sunday
Until the End of the World
Elevation
Vertigo
Desire
Acrobat
You’re the Best Thing About Me
Staring at the Sun
Pride (In the Name of Love)
Get Out of Your Own Way
American Soul
City of Blinding Lights
Women of the World
One
Love Is Bigger Than Anything in Its Way
13 (There Is a Light)


commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>