Werchter and the Queens

20180706WD1-41

La plaine de Werchter a été labourée par une armée de bulldozers jeudi en début de soirée.

Ne jugez pas, on ne savait pas ! Bien sûr, il y avait eu l’album rouge, mais c’était surtout dû à la présence de Dave Grohl et Mark Lanegan… Non ? Bien sûr, on nous l’avait dit, redit même, mais pourquoi les aurait-on crus, eux qui jamais ne nous croient ? Et puis, Josh Homme, son côté redneck, républicain, tellement américain… Non, c’est pas notre faute ! Rien, sur disque ou ailleurs, ne laissait imaginer la teneur du live.

Le bulldozer est un tracteur à chenilles muni d’une lame frontale destinée à démolir. Mais que la lame frontale se change en guitares-basse-batterie n’a jamais été prévu dans l’utilisation de la machine. Pourtant, cela fonctionne très bien. Surtout quand ça joue serré, tendu et lourd. Quand la machine est huilée, qu’elle est dirigée d’une telle main de velours en fer, experte et autoritaire. En un mot comme en cent, on s’en est pris plein la gueule.

20180706WD1-11

Le dernier album des Queens of the Stone Age étant ce qu’il est (une déception), la machine du désert s’est à bon escient avancée en mode best of en début de soirée, sur la grande scène de Werchter. Il n’y a pas eu de round d’observation, non. Ca a joué à l’allemande – la grande Allemagne, pas celle d’aujourd’hui, celle de 70, de 90, de 14 – avec « Do It Again » ou « Go With The Flow » dans le premier quart d’heure. Le son est clair et monstrueux. Les guitares sont claires et monstrueuses. Le batteur est purement monstrueux (l’ancien batteur de Mars Volta, forcément…).

Et puis, il y a l’instant spontané, Josh Homme regardant la foule et se délectant d’un panneau « I’m back bitches ! » tenu haut par Spiderman en personne. Qu’il fait monter sur scène, en mode crowdsurfing tandis que le monstrueux batteur affûte ses fûts. Et Monsieur Homme de dédier « You Think I’m Worth A Dollar, But I Feel Like A Millionaire » à Spiderman avant d’enclencher la blitzkrieg. Une heure et demie de concert qui se termine par « Song for the Dead ». Mais les morts se sont réveillés. Tout le monde est réveillé, défoncé, explosé. Il va comment, le rock n’ roll? Merci, il va bien, tout va très bien.

En discutant à droite, à gauche, on nous dit que ce concert fut bien, mais pas exceptionnel non plus. D’accord, on veut bien, mais on ne savait pas! Et lors qu’on est en train de réécouter les disques, histoire de repérer notre erreur, de comprendre pourquoi on ne savait pas, rien n’y fait, rien ne laisse présager une telle démonstration. C’est pas not’ faute, qu’on vous dit !

DIDIER ZACHARIE
Photos MATHIEU GOLINVAUX

20180706WD1-49

SETLIST Do It Again/ The Lost Art of Keeping a Secret/ Go With The Flow/ Feet Don’t Fail Me/ The Way You Used To Do/ You Think I Ain’t Worth A Dollar But I Feel Like A Millionaire/ No One Knows/ The Evil Has Landed/ In The Fade/ My God Is The Sun/ Burn The Witch/ Long Slow Goodbye/ Domesticated Animals/ Make It Wit Chu/ If I Had A Trail/ Little Sister/ A Song For The Dead

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>