#dour2018 : La g9osse teuf d’Ho99o9

DOUR, festival de dour Ho99o9 . GOLINVAUX MATHIEU./LESOIR

Pour les uns, samedi, c’était le retour des rappeurs de L’Entourage (Nekfeu & co), qui n’avaient plus presté ensemble depuis trois ans, ou le gentleman Ken Boothe qui partage son savoir reggae avec la jeune génération. Pour d’autres, c’était « la petite finale », sous le soleil.

Sur le site de Dour où le moindre brin d’herbe s’est depuis longtemps fossilisé et duquel monte un nuage de poussière de fin du monde, il y avait encore l’embarras du choix, en ce début de week-end. Ou pas, ça dépend…

Le match
Voilà, hop, deux buts à rien, et c’est plié ! L’écran installé près de la Boombox et du bar à bières spéciales a attiré du monde. Beaucoup ont pensé à enfiler leur maillot ou un t-shirt aux couleurs réglementaires, les actions sont accueillies comme il se doit par de « ouééé » et des « ouuuh » de circonstance. Au repos, les bars sont pris d’assaut. Et pendant ce temps-là, Thot, Baxter Dury et Altin Gün font leur concert sous chapiteau. Pas facile de choisir, mais on a opté pour le ballon rond. Une dernière fois. Fin du match… Quelques « waar is da feestje » s’entendent ici et là, on voit surgir un portrait d’Albert 2, et puis dispersion, tranquille. Drôle d’atmosphère.

DOUR, festival de dour Ho99o9 . GOLINVAUX MATHIEU./LESOIR

Ho99o9
Les New-Yorkais étaient déjà passé par Dour il y a deux ans, et ils remettent ça ce samedi à la Caverne, intitulé bien approprié pour leur mélange sauvage de rap et de punk hardcore. Qui carbure en plus, depuis leur dernière visite, au pamphlet anti-Trump. Un groupe de quinquas, qui ressemblent plus à des Dourois en visite sur le site qu’à des fans d’Eaddy et OGM, pogote joyeusement. Toujours communicatifs, ces deux-là !

DOUR, festival de dour Ho99o9 . GOLINVAUX MATHIEU./LESOIR

Mount Kimbie
A Dour, à la nuit tombée, les grattes rentrent dans les boîtes et la bande-son du festival donne dans le beat en tout genre. Entre Mount Kimbie et Nils Frahm, ce sera plutôt le duo anglais : dansant sans jamais devenir totalement électropop mais sans non plus verser dans l’expérimental, face à un Nils Frahm un rien ampoulé… A La Petite Maison Dans La Prairie, c’est Floating Points qui succède en live au pianiste. Ce n’est pas la première fois qu’il passe par Dour, mais là, avec ses visuels spirographiques, c’est un live, le plus souvent dansant lui aussi mais… qu’il sabote bizarrement en le truffant de bruits et d’effets parfois assez nazes.

DOUR, festival de dour Nils Frahm. GOLINVAUX MATHIEU./LESOIR

DOUR, festival de dour Floating Points solo live. GOLINVAUX MATHIEU./LESOIR

 

Didier Stiers

 

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>