De la rue à l’écran : journée 100% hip hop à Namur

Frontstage - Wild Style 2

Histoire de faire mentir l’adage selon lequel il ne se passe jamais rien dans la capitale wallonne, rendez-vous ce samedi avec deux mythes de la culture hip hop. Entre autres choses…

C’est aux Grignoux que ça se passe, dès 14h30, avec comme il se doit une intro à la culture hip hop. Mais proposée par Solo, qui fut rappeur, beatmaker et surtout fondateur d’un des groupes mythiques et historiques de la scène française : Assassin. Danseur avec les Paris City Breakers, directeur artistique de la mythique compile La Haine, musiques inspirées du film, dj, patron de label, membre du collectif d’activistes Smells Like Hip Hop, autant dire qu’il aura des choses à raconter.

Côté Caméo, ciné donc, quatre projections agrémentées de rencontres autour de l’histoire du hip hop sont au programme un peu plus tard dans l’après-midi. Outre Du blues et du flouze, Si-G et Patti Cake$ : Wild style, « ze » film de Charlie Ahearn. En nous contant l’histoire de Ray, alias Zoro, un jeune graffeur portoricain passionné actif à New York, le réalisateur et documentariste signe là – nous sommes en 1983 – ce qui est devenu « the original hip hop movie classic ». Ou, comme l’a appelé Nas : « la bible visuelle du hip hop. »

Témoignage important, inestimable même sur une culture naissante, financé en grande partie par deux télés européennes ( !), Wild Style est à la fois un film et un documentaire. Et pas seulement parce que certains des personnages n’étaient pas du tout de fiction, à commencer par Lee Quinones qui joue Zoro, actif depuis la fin des années 70, et les danseurs du Rock Steady Crew, parmi lesquels le non moins légendaire Crazy Legs. Quant à l’influence de cette « scène » en pleine effervescence et du film lui-même ? Indéniable ! Rappelons par exemple qu’il a été samplé à maintes reprises par les plus grands (Beastie Boys, Cypress Hill, A Tribe Called Quest…) et que sa bande originale a été produite par Chris Stein, co-fondateur et guitariste de Blondie.

Aujourd’hui, Wild Style fait au minimum office de petit rappel des valeurs qui ont animé le hip hop à l’origine, alors qu’il est devenu une industrie et a généré des fortunes. Se souvenir d’où viennent les choses, de temps en temps, c’est pas mal. « C’est LE film qui a lancé la culture hip hop en Europe, souligne Julien Roose, co-organisateur de cette journée. Il est important de le remontrer car il explique beaucoup de messages perdus, autour de cette culture. » Notamment : « Peace, love, unity and having fun ! »

Frontstage - Wild Style

Didier Stiers
(Photos : Charlie Ahearn)

Informations et tickets : www.grignoux.be

 

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>