Le swamp rock a perdu sa voix

Frontstage - TJW

Tony Joe White est décédé mercredi, chez lui près de Nashville. L’auteur de « Polk salad Annie » avait imposé un blues très personnel.

Porté par sa voix grave, profonde, son style fait de blues, de country et de r&b est reconnaissable entre mille. Né en 1943, élevé en Louisiane dans une exploitation de coton, inspiré par Lightnin’ Hopkins et Bobbie Gentry, il s’y met sur le tard et enregistre son premier album à 26 ans. Mais il sera ensuite chanté et repris par le plus grand nombre, d’Elvis Presley à Dusty Springfield (« Willie and Laura Mae Jones »), de Ray Charles à Tina Turner. Pour elle, il écrit notamment « Steamy Windows » et « Undercover agent for the blues », deux titres qu’on retrouve sur l’album Foreign affair dont le succès permet à Tony Joe White de revenir quelque peu sous les projecteurs au début des années 90. Quant à « Rainy night in Georgia », ils sont une centaine, de groupes et d’artistes, à l’avoir reprise ! Entre autres : Ray Charles, Aaron Neville, Rod Stewart, Randy Crawford, Johnny Cash, Isaac Hayes…

En mai dernier, lunettes noires, chapeau et sangle de guitare en peau de serpent, il était en tête d’affiche du Roots & Roses à Lessines. Toujours affable, toujours pas bavard… Il y a quelques semaines, en septembre, il sortait un nouvel album, Bad mouthin’. Un album cent pour cent blues, live, à l’ancienne, à la Lightnin’ Hopkins, d’ailleurs repris parmi les covers qu’il comprend.

Son impressionnante discographie et tous les noms qu’on croise en détaillant ne fut-ce qu’un peu son parcours (il a tourné avec Joe Cocker, Clapton, Roger Waters, joué avec Mark Knopfler, les Foo Fighters, Emmylou Harris, emprunté « Le marché aux puces » à Joe Dassin pour en faire « The guitar don’t lie »…) n’y changeront pas grand chose : il restera pour beaucoup celui qui chanta « Polk salad Annie » en 1969. L’histoire d’une fille pauvre du sud des Etats-Unis, mise en musique au mythique Muscle Shoals et que le King reprendra ensuite à son compte.

Pour la petite histoire, cette « polk salad » n’a rien à voir avec les cigarettes qui font rigoler, comme certains l’ont cru, ce qui amusait d’ailleurs beaucoup l’intéressé. Il s’agit en réalité d’une plante qui pousse dans les bois et les champs, dont les feuilles soigneusement lavées se consomment, cuites dans de l’huile ou du gras et des œufs. Et goûtent un peu, paraît-il, les épinards…

D’après son fils, Tony Joe White a succombé à une attaque cardiaque. Il avait 75 ans.

Didier Stiers

 

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>