La joie ça sert aussi, parfois…

Frontstage - Veence Hanao 1

C’est fait ! Veence Hanao et son comparse Le Motel ont conquis l’AB. C’était fort, c’était fun, idéal pour combattre la sinistrose !

Il tourne, il tourne, le duo formé avec Le Motel ! Après un sold out à Namur pendant le festival Beautés Soniques, il sera passé en novembre par L’Entrepôt à Arlon, Le Vecteur à Charlouze, le Reflektor à Liège et, donc, cette AB qui évoquait pour Veence Hanao autant de souvenirs de virées urbaines qu’elle lui semblait inaccessible comme artiste. Samedi soir, dans une salle en version « box », si rêve il y avait, il s’est bel et bien transformé en réalité.

Le Bruxellois a par ailleurs trouvé un bel écho dans la presse flamande. « De Gainsbourg van de hiphop is terug » (« Le Gainsbourg du hip hop est de retour ») a-t-on même pu lire du côté du Focus Knack. Quant à nos confrères du Morgen, ils décrétaient ce concert « à ne pas manquer cette semaine », entre ceux d’Angèle, de Jungle, de Liam Gallagher… Et oui, j’ai entendu parler dans la langue de Vondel, ce samedi soir au boulevard Anspach, et pas seulement parce que la première partie était assurée par Boudy Verleye alias Brihang, le rappeur et beatmaker de Knokke-Heist.

Frontstage - Veence Hanao 3

Que dire encore qu’on ne vous a pas déjà dit sur Veence Hanao ? On sait qu’il est une fine plume. On sait aussi, qu’il s’agisse par exemple de Rémi Zombek par le passé, ou bien sûr Le Motel maintenant, qu’il bosse avec des partenaires méga doués côté prods. On sait également qu’avec Bodie, il est entré sur un nouveau territoire, celui de l’intime, et si « Mélusine » n’est pas là une p… de belle chanson d’amour, je suis fan de Phil Collins !

Frontstage - Veence Hanao 4

Au fil des concerts depuis son retour aux affaires, on se rassure aussi en constatant qu’il occupe la scène comme peu d’autres, qu’il vit ses textes jusque dans ses gestes et ses attitudes. Sans même se laisser désarçonner par un pépin technique. Qu’il est capable d’un coup de gueule sans faire dans la démagogie. Ce samedi soir, images sur grand écran à l’appui – des CRS cognant sur le quidam comme dans la première dictature venue – c’est à l’attention de « ces cowboys qui pourrissent le panier », ceux à qui on a donné un uniforme de flic, puis dont le pouvoir qu’ils en tirent leur monte vite à la tête. Et d‘enchaîner avec « Les brebis » extrait de l’album Saint-Idesbald. A deux pas de l’Amigo, ça le fait !

Avant les « Kick snare bien » puis « Chasse et pêche », on ne s’emmerde pas non plus : c’est avec Bodie qu’on a débuté la soirée. « Parking », « Sinistrose », « La jungle » et « Lexomil » s’enchaînent, l’accueil est chaud à chaque fois, et il le restera jusqu’au bout du rappel, pour cette version remixée de « La jungle » avec les figurants et leurs masques d’animaux. On aimerait que ça dure, maintenant !

Frontstage - Veence Hanao 2

Didier Stiers

 

 

Didier Stiers

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>