City Tracks, au service de l’electro

20181128_144015

Une nouvelle structure est née dans le paysage des musiques électroniques made in chez nous. Le but : favoriser l’émergence de nouveaux talents.

Des événements electro, il y en a à foison à Bruxelles et partout en Belgique. Listen !, le BEM, les Bozar Nights et désormais Nuits Sonores. Sans même parler des temples techno que sont le Fuse et les plus récents Zodiak et C12. Ceci est une chose. Mais pour les artistes en devenir, qui cherchent une structure pour les conseiller ou les représenter, c’est plus compliqué.

C’est l’idée derrière City Tracks, label crée en 2017 par Yann Attia, alias Haring, pour sortir son premier album In Spaces. Lors d’un concert aux Nuits Botanique, deux ans auparavant, celui-ci fait la connaissance de Didier De Raeck, ancien attaché presse pour Warp, qui a quitté le monde des labels pour devenir manager de Rone. Avec l’aide d’un troisième laron, François Barthélemy, ils décident de développer City Tracks autour de trois pôles : label, booking et management.

« Au fil des années, j’ai rencontré du monde dans le milieu des musiques électroniques, explique Yann Attia. Et je me suis dit que ce serait pas mal d’en faire profiter de jeunes artistes comme RARI. J’ai donc commencé à faire du booking. Et après avoir rencontré Didier, on est resté en contact et je me suis dit : ‘Pourquoi ne pas nous associer et faire aussi du management ?’ »

City Tracks se focalise donc sur de jeunes artistes belges de musique électronique. Ils sont pour l’instant quatre : RARI, Monolithe Noir, Haring et coline, jeune artiste repérée par le très influent webzine US Pitchfork : « Notre objectif est d’offrir à nos artistes des conseils et des services sur mesure en matière de booking et de management. Notre démarche est indépendante, on est à la recherche des bons partenaires pour ces artistes, chacun selon ses besoins. Par exemple, on a cherché un label pour Monolithe Noir qui sortira bientôt un EP sur Kow-Tow. Quant à coline, on l’a juste en booking parce qu’au stade où elle en est, elle n’a pas encore besoin de management. On attend de voir. L’idée est de professionnaliser les artistes en les suivant étape par étape et en délivrant un maximum de services au niveau de la promo, des négociations des contrats,… pour qu’ils puissent se développer à leur aise sur la scène belge et internationale. En résumé, on s’occupe de la paperasse pour qu’ils aient le temps de s’occuper du son ».

City Tracks se veut-il en Back In The Dayz electro – la structure qui est au centre de l’explosion hip-hop de chez nous ? « On a beaucoup moins de prétentions, dit Didier De Raeck. On ne peut pas dire, ‘l’electro, c’est nous’, déjà parce que le monde des musiques électroniques est beaucoup trop vaste pour espérer fédérer comme BITD l’a fait au niveau hip-hop. Et puis, on fait ça en totale indépendance, sans label derrière nous, c’est difficile de voir large. Mais c’est vrai qu’on aimerait quand même fédérer une certaine scène electro ».

A savoir une electro qui ne fonctionne pas seulement en club mais aussi en live, dans des salles de concerts. Pour résumer un peu grossièrement, l’école Moderat, Rone, Jon Hopkins ou David August. « Mais ça pourrait aussi être un artiste purement techno. On ne se donne pas de limite, il faut juste que ça nous plaise, qu’on y croie. C’est l’argument numéro un ».

Pour l’heure, City Tracks s’occupe de ces quatre artistes qu’il a récemment présentés lors d’une soirée à la Maison des Musiques à Bruxelles. D’autres événements devraient suivre. Des sorties de disques et des live aussi. Mais chaque chose en son temps. « En terme de musiques électroniques, au niveau du management, à Bruxelles, il n’y a pas grand chose. Or, quand tu es un artiste émergent, il faut pouvoir être entouré de gens qui puissent défendre tes intérêts au mieux, de la façon la plus cohérente pour ta carrière. Le but, c’est que les artistes créent dans les meilleures conditions ».

DIDIER ZACHARIE

Journaliste lesoir.be

commenter par facebook

répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>