Les 25 ans, une "génération sacrifiée"?

C’est quoi avoir 25 ans en 2014 ? La question à peine posée sur Facebook et Twitter, les commentaires n’ont pas manqué. Qui sommes-nous ? Quels sont nos rêves, nos doutes, nos angoisses ? 24 heures plus tard, les constats ne sont que rarement roses…

Jeune ou numéro ? (photo: Le Soir) Jeune ou numéro ? (photo: Le Soir)

Sur Facebook, Dimitri Astorga Ganzalez confie qu’avoir 25 ans, selon lui, “c’est pas super cool…”: “Pas de boulot stable (CDD, interim, contrat subsidié), donc pas de prêt, donc pas d’enfant, les employeurs le savent alors ils nous pressent”. Il précise: “J’ai ce sentiment que l’on est une génération sacrifiée sur l’autel de la crise. C’est pour cela que ma génération grince des dents quand on augmente l’âge de la retraite. On veut juste du boulot et être heureux. Mais il fallait naitre 20 ans plus tôt…”

Génération sacrifiée: le terme reviendra dans les commentaires de plusieurs autres intervenants comme Stefan George - “né après 1975 = génération sacrifiée… Et vous n’avez encore rien vu de ce qui arrive!” – et Delphine Evrard“J’ai le même sentiment de génération sacrifiée qui ne peut que rêver de survivre, surtout pas d’avoir une maison et un enfant, on n’a rien devant nous…”

“Descendre dans la rue”

Un constat partagé notamment par Seb Sarah M - “Tout à fait d’accord avec toi” qui pointe la responsabilité des politiques: “Si on en est là aujourd’hui, c’est en partie à cause de nos chers politiciens. Et tant qu’on suit comme des moutons, ça ne changera rien…”

Changer les choses? Plus virulent, Phil Cappeliez, 42 ans, estime qu’il est temps de “descendre dans la rue”. “L’avenir ne présage rien de bon mais vous avez la possibilité de le changer. Soit vous baissez les bras. Soit vous vous battez et descendez dans les rues pour votre avenir et pour celui de vos enfants.”

Le constat n’est pas moins amer chez Peter Caro Bamboo, pour qui avoir 25 ans en 2014, “c’est galérer pour payer ses études, galérer pour trouver un boulot (de CDD en CDD, intérim, remplacement : au mieux!), être exploité et payé très peu, des loyers hors de prix qui sont indexés mais pas nos salaires, ne pas savoir prendre son indépendance…”

“On a quand même la vie devant nous”

Sur le blog, AMC résume finalement : “Avoir 25 ans c’est tout vouloir et ne rien avoir!”

Mais avoir 25 ans en 2014, ce n’est pas que négatif. On retiendra donc un commentaire franchement positif, de Cyril, pour qui “avoir 25 ans en 2014 (27 en ce qui me concerne), c’est enfin le goût de la liberté. Travailler, gagner sa vie, ne pas devoir rendre de comptes à papa et maman, pouvoir s’acheter ce que l’on veut, quand on veut, faire les soldes en unlimited, c’est prévoir de partir à New York avec les amis prochainement, c’est être invité au mariage de ses amis et déjà prévoir le sien. Mais c’est aussi mettre de côté chaque mois dans le rêve de construire sa propre maison, c’est payer un loyer à un proprio peu scrupuleux, c’est faire des démarches que papa et maman faisaient pour nous avant, c’est se faire à manger tous les soirs quand papa préparait des plats délicieux…Bref avoir 25 ans en 2014 ce n’est pas toujours easy game (parlons jeunes) mais c’est surtout très excitant. On n’a plus 20 ans mais on a quand même la vie devant nous…”

Vous avez un autre avis ? Partagez-le !