Chômage: "Les jeunes ne sont pas responsables de leur situation"

Le chômage des jeunes est trois fois plus important que ceux de plus de #25ans. La faute aux jeunes chômeurs ou aux politiques d’aides à l’emploi ? Muriel Dejemeppe (UCL) de l’IRES, a répondu à vos questions dans notre chat.
chomage-jeune

Pour Muriel Dejemeppe, il faut “rendre notre système d’enseignement plus efficace et plus égalitaire si l’on veut régler le problème à long terme”. Elle regrette qu’on “s’accommode d’un niveau de chômage élevé depuis des dizaines d’année” alors que “le chômage des jeunes devrait figurer en très bonne place dans l’agenda politique”.

Le Soir : Beaucoup d’internautes mettent en cause l’Europe pour expliquer le taux de chômage des jeunes. Qu’en pensez-vous ?
« L’évolution récente, à la hausse, du taux de chômage des jeunes, est toujours une conséquence de la grande crise économique et financière que nous avons connue en 2008. Le taux de chômage est à la hausse depuis 2011 dans la plupart des pays européens. Toutefois, le niveau du taux de chômage des jeunes est structurellement (c’est-à-dire sur une période longue) très élevé en Belgique et d’autres pays européens ont de bien meilleures performances à cet égard ».

AMC : Comment explique-t-on ce taux de chômage aussi élevé chez nous?
« Le taux de chômage élevé chez les jeunes reflète essentiellement un taux de chômage très élevé chez ceux peu qualifiés: 30,4% des jeunes qui n’ont pas un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur sont au chômage ».

Indigné : En Belgique, on nous demande d’avoir de l’expérience pour être engagés car nous sommes “trop jeunes ». Pourtant, on ne nous donne pas l’opportunité d’acquérir cette expérience!
« Effectivement, et l’acquisition de cette expérience doit se faire par une expérience en emploi. C’est la raison pour laquelle nous recommandons de baisser davantage le coût du travail en bas de l’échelle des salaires pour qu’il devienne rentable pour une entreprise de tenter une expérience avec un jeune ».

Marie : Pensez-vous qu’on a de l’espoir pour l’avenir ou la situation risque-t-elle de s’empirer?
« Au niveau des conditions économiques globales, on devrait assister à un raffermissement de l’activité économique en 2014, et donc la demande de travail des entreprises devrait augmenter. On a bon espoir que l’emploi reparte à la hausse en 2014. Mais pour baisser durablement le taux de chômage des jeunes, il faut prendre des mesures structurelles tant au niveau du coût de travail, que dans l’enseignement et dans l’accompagnement des jeunes sans emploi ».
AMC : Est-ce que le faible taux de participation des jeunes à l’économie a des conséquences dans le long-terme?
« Oui bien sûr, et c’est la raison pour laquelle le chômage des jeunes devrait figurer en très bonne place dans l’agenda politique. Le transfert de compétences massif en terme de politiques d’emploi du fédéral aux régions devrait être l’occasion de réformer profondément les mesures d’insertion pour les jeunes ».

L’intégralité du chat ci-dessous.

A lire à ce sujet :

24,5% des jeunes sont au chômage
et Le chômage des jeunes est trois fois plus important que celui des plus de 25 ans