L’anniversaire de Noël (Mamère) sans internet ni GSM

Celui qui va mourir s’ennuyer vous salue!

Eva Joly on a boat during her campaign visit in Gujan-Mestras

À partir de ce soir, minuit, je serai virtuellement absent pour les quatre prochains jours. Ou au moins numériquement. Pour l’anniversaire de Jésus (et celui de Dido, d’Alex Hepburn, d’Annie Lennox et de Noël Mammère – sans blague !), ce sera pas d’internet ni de GSM. Back in the 90′s!

Sans présager de l’état de mon corps et de mon esprit que je m’apprête à priver des vecteurs de la troisième révolution industrielle, je fais déjà la promesse de ne pas me mettre en quarantaine, ni de passer ce temps dans un avion.

Je vais, le plus honnêtement du monde, chercher le sens de ma vie dans ce qu’elle propose de plus concret. Je pense notamment aux besoins vitaux, aux cinq sens, à la communication analogique et l’activité physique.

Peut-être serai-je profondément malheureux… ou peut-être pas.

À vrai dire, je redoute un peu ce retour forcé au temps du CD-ROM, de la carte Michelin et des librairies de quartier. Existent-elles encore? Relèvera-t-on mon inculture en l’absence de Google et de Wikipedia (rien que ce billet est déjà une imposture)? “Aller louer une vidéo”, vraiment? Me faudra-t-il un sac banane pour transporter dictaphone, appareil photo et carnet de notes? Remettre une montre et faire mes virements… à la “banque”?

Je suis inquiet, mais je reste curieux et volontaire.

Il est 20:29 et dans moins de quatre heures, je redeviens un humain de 199x. Vous devriez recevoir de mes nouvelles en fin de semaine. En cas d’absence prolongée sur ce blog, merci de bien vouloir bipper ma mère.