Eux aussi, ils se sont déconnectés

Vivre sans GSM, sans Internet, sans aucune de ces technologies ? Olivier Croughs, qui tente l’expérience pour notre opération (c’est à suivre par ici), n’est pas le seul à avoir tenté de se déconnecter. Et vous, vous vous y mettez quand ? Voici quelques autres tentatives du genre.

Source: The Verge

Une semaine comme en 1996. Elle est née en 1993 et a décidé de se passer de tous ses outils technologiques (en gros: son iPhone) pour s’équiper comme en 1996 (en gros… regardez par ici). Sur Vice.com, elle raconte jour par jour sa semaine. Sa conclusion: “Pas de problème mais je n’ai pas eu de révélation. Pas d’épiphanie qui m’aurait ouvert les yeux à propos du vide provoqué par la technologie et je n’ai pas non plus décidé de ne plus y revenir. Je crois juste qu’il est agréable d’être tranquille de temps à autre. Jusqu’à ce que ce soit chiant”.

Source: Vice.com

Un an sans Internet. En 2012, Paul Miller, un journaliste du site The Verge, a passé un an complet – il a débranché la “prise” en avril 2012 – sans internet. Son expérience ? Après quelques semaines d’euphorie (“retrouver le goût des choses simples”, etc.), Paul Miller, malgré lui, s’isole. Le site Générations nouvelles technologies raconte ainsi la fin de l’expérience: “Fin 2012, le journaliste décrit une situation bien éloignée de ce à quoi il s’attendait. Il reste alors cloitré chez lui, passe ses journées sur le canapé à manger des pizzas et à jouer sur sa console de jeux pour combler l’ennui (…) il prend conscience de s’être détaché de mauvaises habitudes en ligne pour en trouver de nouvelles dans la vie réelle.” C’est Benoit Raphael qui en résume le mieux la raison: “Internet fait partie de la vie réelle.” Son analyse est à lire par ici.

Thierry Crouzet

Six mois déconnecté. Thierry Crouzet, écrivain et blogueur français qui se définit lui-même comme un “expert de rien”, a débranché internet pendant 6 mois, en 2011, après un burn-out numérique.”Le but de cette expérience, c’était justement de parvenir à trier ce qui était utile, voire capital sur le net, de ce qui était superflu”, a-t-il confié à Psychologies. Il raconte, après sa déconnexion: “J’étais tellement bien sans le net que je craignais de retomber dans une vie un peu plate, fade. J’y suis retourné car il le fallait, mais avec d’autres yeux”.

Et vous, seriez-vous prêt à vous passer d’internet pour plusieurs semaines ? Participez à notre sondage et partagez nous votre expérience !

Pourriez-vous vous passer d'internet plusieurs semaines ?

View Results

Loading ... Loading ...

Edit: nous avons eu des nouvelles d’Olivier Croughs qui, en route pour quelques jours à l’étranger, a passé la journée en voiture. Entre la lecture du journal et le début de la trilogie 1Q84, il s’est surtout demandé, lors d’un stop dans une station service, si le business des livres de mots flèches n’avait pas gravement souffert de l’avènement des tablettes… La suite, c’est pour demain!