A #25ans, elle est "Responsible Young Driver" pour le Nouvel An

Photos Stéphanie MengusL’association Responsible Young Drivers (RYD) enverra probablement un total d’environ 200 jeunes conducteurs bénévoles sur les routes belges, ce mardi, pour la nuit du Nouvel An. Parmi eux, Stéphanie, 25 ans en 2014, qui participe pour la première fois à cette opération qui propose une solution de secours aux fêtards se retrouvant loin de chez eux avec leur voiture mais ayant trop bu que pour pouvoir prendre le volant eux-mêmes.

Pour elle, qui a perdu son père dans un accident de voiture lié à l’alcool, “l’important, c’est d’être encore là pour fêter le prochain Nouvel An”.

Pourquoi vous êtes-vous engagée avec le RYD pour ce réveillon du Nouvel An ?

“J’y pensais depuis quelques années. En 2006, j’ai perdu mon père dans un accident de voiture parce qu’il avait trop bu. A cause des études ou parce que j’étais à l’étranger, je n’ai pu m’engager avant mais cette année, malgré le blocus, je me suis arrangée pour pouvoir participer à cette opération.”

La perte de votre père a été un déclic ?

“J’ai toujours été sensible à la cause. J’avais déjà envisagé de m’engager auprès des RYD – je pense que j’aurais fini par le faire un jour… Je suis d’ailleurs déjà engagée dans d’autres mouvements. J’ai fait du bénévolat pour Amnesty International, pour Médecins du monde,… Je trouve important d’aider les autres sans attendre de l’argent en retour.”

“Mais évidemment, ce qui est arrivé à mon père m’a encore plus conscientisée. Dans mon entourage, je vois encore trop de gens qui se disent que, malgré un ou deux verres, ça va aller pour conduire. Ils ont un ange gardien, mais jusqu’à quand ? Il n’y a pas “que” l’alcool: un ou deux verres après une dure semaine de boulot et une grosse fatigue, ça “suffit” parfois pour être “dedans”! En plus, il n’y a pas que nous sur la route, un moment d’inattention et c’est foutu. Beaucoup ne le comprenne pas encore. Pour moi, c’est réel.”
Source: Facebook
Quel est votre programme de la soirée ? Pas de stress avant cette première ?

“Pas du tout, car on est toujours à deux. Je sais déjà comment gérer ce genre de situation et c’est très bien organisé – la preuve, c’est que certains le font depuis plusieurs années! A 20h30, on se retrouve pour un petit drink (sans alcool hein!) et un briefing de la soirée. Dès minuit, on est appelable, jusque 6h du matin. Mais ça va être sympa !”

On peut donc quand même vous souhaiter un bon réveillon ?

“Mais bien sûr ! On va bien s’amuser, tous en équipe ! Et surtout, c’est important de commencer l’année en faisant quelque chose de positif.”