Avant les élections, les promesses d’emploi pour les jeunes se multiplient

C’est la fête à l’emploi! Depuis le début de la campagne, et ces derniers jours en particulier, les présidents de parti promettent sans ciller la création de dizaines de milliers d’emplois. Tout bénéfice  pour les jeunes ?

C’est le MR qui a ouvert le feu fin décembre. Les libéraux ont présenté leur «électrochoc fiscal» lors d’un congrès à Louvain-la-Neuve. Ils promettent la création de 100.000 emplois, essentiellement en dopant, via la fiscalité, la différence entre l’allocation de chômage et le salaire. Ce week-end, dans nos colonnes, c’est le CDH qui émettait ses propositions. Ici, pas d’électrochoc, mais une «révolution fiscale» qui devrait permettre la création de 140.000 emplois. Et vendredi, c’était le CD&V qui émettait ses recommandations fiscales. Et là aussi, surprise, un nombre de créations d’emplois était avancé de but en blanc.

Un point commun ? Ils visent notamment la jeunesse. Exemple: supprimer les cotisations sociales pour le recrutement des travailleurs sans expérience professionnelle pour le CDH, réduire les cotisations patronales de 1.000 euros par trimestre par jeune embauché pour un contrat à durée indéterminée pour le MR. On peut y rajouter « la création d’un contrat-jeunes » comme priorité du programme électoral d’Ecolo et le contrat d’emploi d’un an garanti, 18 mois après être la sortie de l’école du PS.

Le contexte est manifestement celui-là: l’emploi inquiète l’électeur, et le rassurer sur ce point fera gagner des points à ceux qui en jouent. Intellectuellement honnête? Il s’en trouve pour douter du sérieux de ces annonces, comme l’explique Robert Plasman, professeur d’économie du travail et d’économie politique à l’ULB.

Le plus risqué, au fond, c’est de promettre un nombre de créations d’emplois dans l’accord de gouvernement. Un seul s’y est risqué, c’est Guy Verhofstadt, en 2003. Et le pire, c’est qu’il y est quasiment arrivé!… même s’il lui sera reproché d’avoir créé beaucoup de temps partiels.

Bernard Demonty