Le chiffre : 120 millions

chiffre2

C’est la somme que l’UE a décidé, en novembre dernier, d’octroyer à la Belgique pour lutter contre le chômage des jeunes. Cette enveloppe doit être répartie entre les régions où le taux de chômage des jeunes dépasse les 25%, à savoir le Hainaut, la province de Liège et la région Bruxelloise.

En contrepartie, la Belgique s’est engagée, en décembre, à mettre en place un plan d’action national. Celui-ci devait entrer en vigueur au 1er janvier, mais il a été retardé pour des raisons « administratives », nous ont répondu les porte-paroles du Forem et d’Actiris.

Que garantit ce plan d’action ?

Via le plan « garantie jeunesse », chaque Etat membre de l’Union européenne s’engage à trouver des stages, des formations et/ou des emplois pour les jeunes de moins de 25 ans, endéans les quatre mois qui suivent la perte d’un emploi ou la sortie des études supérieures.

En Belgique, la ministre fédérale de l’emploi, Monica de Coninck (sp.a), prévoit de créer 10.000 stages de transition, à l’intention des jeunes qui n’ont pas de diplôme du secondaire. Les jeunes pourraient ainsi bénéficier d’un stage, payé par l’Office national de l’emploi (à hauteur de 698 euros) et par l’employeur (200 euros à sa charge).

ihecs_logo_web_612x612Nadia Karera (Ihecs)