Les transports en commun sont “trop chers”, d’après les jeunes Belges

Dans le cadre du grand débat pour les jeunes électeurs du 25 mars (à l’Ihecs), les étudiants de l’Ihecs enquêtent sur trois problématiques qui concernent les jeunes Bruxellois : l’emploi, la pauvreté et la mobilité. Ces trois thématiques seront abordées avec le panel d’invités – les têtes de liste francophones à Bruxelles – présent pour ce débat : Didier Reynders (MR), Joëlle Milquet (CDH), Christos Doulkeridis (Ecolo), Laurette Onkelinx (PS) et Didier Gosuin (FDF).

Aujourd’hui, l’Ihecs vous propose un article sur le prix des transports en commun à Bruxelles :

Les transports en commun sont “trop chers”, d’après les jeunes 

80% des Belges de moins de 30 ans estiment que le prix des transports en commun à Bruxelles est excessif, tandis que 74,6% des Belges considèrent que le transports en commun sont trop chers en Belgique. Selon une grande enquête qualitative des transports en commun réalisée par le Conseil de la Jeunesse, le premier motif de mécontentement des jeunes est le coût élevé des transports. La fréquence et la ponctualité apparaissent quant à eux en deuxième position, dans les motifs d’insatisfaction.

Pourtant, si l’on compare le prix des abonnements Stib (le réseau de transport public bruxellois) aux tarifs pratiqués dans d’autres capitales européennes, il apparaît que les transports bruxellois sont moins coûteux que les autres.

graphique

#BrusselsFacts “Martin aime Bruxelles”

Grâce à la formule de l’abonnement scolaire, le prix pour les étudiants est de 120€ par an, à condition de suivre des cours du jour à raison de minimum 20 heures par semaine, ou des cours du soir pour un minimum de 10 heures par semaine. Dans ce cas de figure, et en imaginant que l’étudiant effectue uniquement un aller-retour pour se rendre au cours par jour, un trajet revient à 0,50 euros.

Sans la réduction étudiante, le tarif annuel est de 499 euros. Mais aujourd’hui, à 24 ans peut-on affirmer que les jeunes ne sont plus aux études ?  Si tel est le cas, ne sont-ils pas alors en début de carrière ? La Stib ne devrait-elle pas revoir à la hausse cette limite d’âge ?

En octobre 2013, la Stib a augmenté le prix de ses billets uniques et de ses cartes de trajets, mais n’a pas élevé celui des abonnements scolaires ou des tarifs sociaux, seniors ou autres bénéficiaires d’intervention. Cette augmentation s’explique par l’inflation, mais également la hausse constante des prix des carburants.

Malgré ce changement tarifaire, les chiffres de fréquentation du réseau bruxellois sont en augmentation constante. D’après l’’Institut Bruxellois de Statistiques et d’Analyses, en 2012, la STIB a enregistré 348 millions de voyages sur ses lignes, contre 329 millions l’année précédente.

ihecs_logo_web_612x612Maëlle Didion, Asma El Guezouli, Flora Eveno (Ihecs)