Reportage à Werchter : “Heureusement qu’il y a Stromae pour nous remonter le moral demain”

Nous avons vécu le match sur la plaine du festival de Werchter. Un endroit hors du commun pour vivre un quart de finale de coupe du monde…

Sur la plaine du festival, le match était diffusé sous le chapiteau KluB C. Juste avant 18 heures, Mélanie Di Biasio terminait sa performance. Et, en guise d’applaudissements, elle aura été gratifiée de “Tous ensemble” scandés par des supporters impatients.

Le match débute, en néerlandais bien sûr. Ce qui ne semble pas déranger les nombreux francophones présents. “Non, je ne comprends pas tout mais peu importe, c’est important pour moi d’assister au match”, explique Véronique, venue de la région liégeoise pour une seule journée à Werchter. C’est la première fois qu’elle assiste au match “en communauté”, d’habitude elle les regarde à la maison. “Je ne suis pas déçue de rater les concerts, ça en vaut la peine. la Belgique en quarts de finale à la coupe du monde, c’est vraiment exceptionnel. Un concert, ça se revoit.” Jean-François embraye: “Même si on perd, cela valait la peine de sacrifier quelques concerts!”

Et durant tout le match, même avec le son des Imagine Dragons qui s’entendait vaguement au loin, la concentration était maximale sous le chapiteau. Jusqu’au bout, les festivaliers ont retenu leur souffle, réagissant à la moindre occasion manquée. Une fois le coup de sifflet final donné, ils étaient nombreux à avoir les yeux qui brillent. Et ce ne sont pas les musiques douces et mélancoliques d’Agnes Obel qui vont leur remonter le moral…

Sur la mainstage, les Black Keys mettent le feu. Mais la pluie vient gâcher ce qu’il reste de motivation et efface les peintures noir-jaune-rouge des visages.

“Heureusement qu’il y a Stromae demain pour nous remonter le moral”, lance le jeune Stanley. Lui et ses amis affichent des mines déconfites. Il leur faudra bien Stromae pour de nouveau scander : “Tu aimerais faire la fête.”