#25festivals Tomorrowland, “Mais où est le bracelet d’amitié?”

Depuis quelques semaines, il était annoncé comme une des nouveautés du festival pour fêter ses dix ans : le bracelet connecté. Un bracelet stylisé sur le modèle d’une montre arborant le papillon logo de Tomorrowland, reçu dans un coffret par chaque festivalier avec une clé reliée au profil Facebook de son utilisateur…
IMG_20140725_163728

D’après les organisateurs, lorsqu’on appuie sur le bouton avec un cœur, oh surprise ! La demande d’ajout comme ami se fait automatiquement. Une révolution dans le monde des Pass de festivals, d’habitude en tissu périssable ou en plastique. Je m’étais fait une joie de tester ce nouveau gadget technologique. On m’avait  même lancé un défi : réussir à se faire le plus d’amis Facebook en trois jours (avec un faux compte, je ne suis pas inconsciente !).

Oui, mais…. Deux problèmes. De un : la presse n’a pas le droit au bracelet. Allez savoir pourquoi on ne reçoit que le coffret vide. Très utile. De deux : en fait, il semble que peu de festivaliers soient au courant de cette option « Facebook ». « Quoi ? », s’étonnent trois Anglaises. « Non, non c’est juste un bracelet pour le camping. Désolé, nous devons y aller. » Du calme les filles, je ne vais pas vous manger. Bon, elles sont très jeunes et timides, peut-être pas les cobayes idéaux pour cet accessoire. Je scrute les poignets. Pas de rapprochement, ni de contact, aucune connexion en vue. On est loin de la « partouze bisounours » annoncée. « Ça fait juste une petite lumière verte quand on entre le code d’activation. Et c’est tout », m’explique Édouard, 24 ans, torse nu et casquette à l’envers devant la Mainstage. « Je n’ai jamais entendu parler de cette histoire de compte Facebook. » 

Mauvaise information ? Non, simplement tout le monde n’a pas accès au bracelet d’amitié. Seulement ceux qui ont payé pour le “Pass confort”, le petit papillon rose. Tout de suite ça fait moins d’amis. Dommage pour moi, dommage pour les autres… On va revenir à la bonne vieille méthode du papier et du crayon, ou plutôt des notes sur le smartphone.