Gilles Dal : “A l’unif, j’ai appris à considérer les choses sous un angle différent”

FREDERIC JANNIN, GILLES DALGilles Dal est auteur, scénariste de BD et participe à divers talk-shows radio et télé. Formation: Catteau puis l’ULB en Histoire.

Quel est votre meilleur souvenir d’unif?

Les cours de critique historique. J’y ai appris à considérer les choses sous un angle différent de celui qui était généralement admis. Le seul problème c’est que j’ai tellement bien assimilé cela que j’en suis devenu très méfiant à propos de toutes les soi-disant vérités. Limite parano… (rires)

Et à côté des cours?

Mon baptême. Je savais que c’était du second degré et que je pouvais dire stop à tout moment et donc ça reste vraiment un très bon souvenir.

Cette période a-t-elle eu un impact sur votre vie?

J’y ai découvert que je n’étais pas le seul à m’intéresser à ces sujets. Jusque-là, je me faisais l’effet d’être un peu solitaire au milieu de gens qui s’intéressaient à des tas d’autres trucs: foot, bagnole, etc. Pas mal de gens avec qui j’ai fait mes études sont restés des amis même si nous travaillons dans des secteurs très différents. L’histoire, ça n’est pas comme le droit ou Solvay où les gens se retrouvent après dans les mêmes jobs. C’est une des forces d’une section comme l’histoire. Ce n’est pas un domaine qui mène directement à un métier, par contre ça ouvre de multiples perspectives.

Propos recueillis par Jean-Marie Wynants