«Le Soir» récompensé pour sa cure de jouvence

Les jeunes journalistes du Soir. Portrait d'equipe.PHOTO:Bruno DALIMONTE.L’opération #25 du « Soir » depuis le début de l’année a valu à votre journal un des « World Young Reader Prize » de l’Association mondiale des journaux.

La WAN-IFRA (Association mondiale des journaux et des éditeurs de médias d’information) récompense les initiatives prises par ses membres et qui peuvent être reproduites par d’autres. Les initiatives ne manquent pas, de tous ordres, de toutes natures, dirigées vers l’éducation et l’environnement. Le grand prix est allé au groupe de presse régionale norvégien Amedia.

Le Soir fait partie des titres de presse récompensés par le World Young Reader Prize. Ce prix est important car il récompense un projet éditorial alors que d’autres prix concernent la distribution de tablettes dans une école ou le soutien à une campagne environnementale. Ici, le prix concerne l’opération « #25 » que tous les lecteurs du Soir ont rencontrée au cours des derniers mois. Depuis le début de l’année, nos lecteurs ont pu régulièrement retrouver cette appellation dans les pages du Soir.

Tout a commencé en décembre dernier avec l’ouverture d’un blog dédié puis, en janvier, avec la publication d’un supplément et d’une série faisant le tour des préoccupations de la jeunesse d’aujourd’hui. L’opération s’est terminée avec un débat avec les présidents de partis, avant d’autres initiatives: suivi des festivals, focus sur la rentrée universitaire, etc.

« C’est d’abord un véritable vent de fraîcheur pour la rédaction, se réjouit Didier Hamann, directeur général du Soir. Plutôt que de créer, comme certains journaux l’ont fait en leur sein, une académie, nous avons incorporé en une fois une dizaine de journalistes dans les différents départements de la rédaction. On a parfois tendance dans les médias à vouloir «faire jeune» ou s’adresser aux jeunes sans l’être réellement et cela sonne faux : ce n’est pas le cas ici puisque ces jeunes journalistes nous ont apporté leurs préoccupations, les sujets qui les concernent et une autre façon de voir. » Et ce n’est sans doute qu’un début.