Actualisations de janvier, 2014 Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • Gil le 6 January 2014 à 8 h 50 min
    Mots-clefs: , ,   

    Diplômé mais sans emploi, comment y remédier ? Nos conseils 

    recrutementLes jeunes, tous diplômés mais sans travail? Pas tout à fait. D’après les observations d’Elisabeth Waltregny, responsable du suivi des alumni à l’ULG, les universitaires finissent par trouver un emploi correspondant à leur niveau de diplôme. « En matière de chômage chez les jeunes, on est sur deux planètes , celle des jeunes qui ont suivi un cursus dans le supérieur, et celle des autres », conclut Vincent Vandenberghe, professeur d’économie à l’UCL. .

    Comment “se vendre” quand on a un diplôme ? Et si on n’en a pas ? Gil Van den Berghe, expert chez Easy Way Consulting, a répondu à vos questions. En voici le résumé en 3 fois 3 points (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Stanislas Bauer le 6 janvier 2014 à 10 h 10 min

      Bon, faudrait d’abord dire QUELS universitaires ? Si les demoiselles choisissent plutôt les sciences humaines, l’histoire, la littérature, les besoins sont très limités, en effet, notamment parce qu’il n’y a plus de budgets pour le social et la culture. Ensuite , pour nombre d’autres métiers: que voulez vous faire dans un pays où les ouvriers bâtiments jeunes sont remplacés par des syldaves et des bordures, expérimentés, dociles et moins chers et où la production industrielle est délocalisée…

      Permalien | Répondre
      • Maria Chris le 8 janvier 2014 à 13 h 37 min

        Les demoiselles…et quoi les garçons font informatiques, économie, solvay, tu vois la vie en rose et en bleu toi.

        Permalien | Répondre
    • Jonathan Roland le 6 janvier 2014 à 10 h 34 min

      Bonjour,
      Moi-aussi j’ai 26, un beau diplôme et suis toujours sans emploi.
      J’ai fait des études d’Ingénieur Industriel en chimie, secteur normalement porteur. Je suis quadrilingue (FR-EN-NL-ES) et je ne répond jamais aux exigences des recruteurs. Encore récemment, j’ai postulé pour un job cherchant un junior (OK pour moi) parlant espagnol et anglais (encore OK) dans mon domaine et pourtant je ne convient pas au profil, sans pour autant avoir été sollicité pour un entretien…. C’est navrant et en même temps décourageant

      Permalien | Répondre
      • Marc le 6 janvier 2014 à 11 h 06 min

        Ce qui est intéressant pour vous , c’est savoir le pourquoi?
        Nous sommes actif depuis 20 ans dans le domaine du recrutement
        Rassurez vous il s’agit pas simplement d’une question de de manque d’expérience. Il est necessaire de comprendre que le diplôme est une chose mais en fonction de l’offre d’emploi, les compétences humaines tels que l’attitude et les aptitudes sont souvent plus importantes et peuvent conséquemment compenser le manque d’expérience

        Permalien | Répondre
    • jo le 6 janvier 2014 à 10 h 59 min

      Je suis sorti de l’unif en juin dernier du master en administration publique (95% des gens sortis de cette filière ont un emploi dans l’année). Après plusieurs entretiens d’embauche, la réponse est toujours la même: “Vous n’avez pas d’expérience”. Que répondre à ça? Si personne ne veut embaucher de jeunes sans expérience, comment voulez-vous obtenir une expérience professionnelle pour vous insérer sur le marché du travail?

      Permalien | Répondre
      • aline le 8 janvier 2014 à 0 h 22 min

        moi aussi je suis sortie de cette filière cette année avec en plus un master complémentaire en gestion et le constat est le même: pas assez d’expérience. 95% je pense que tes données ne sont pas justes!

        Permalien | Répondre
    • amal le 6 janvier 2014 à 11 h 00 min

      moi aussi j ai DES en economie à UCL j ai 7 ans au sein d une Banque tunisiene
      ici en belgique j arrive ps un trouver un boulot meme guichetier je parle arabe francais et espgnol je comprens rien koi faire et pire ke j ai 40 ans maintenant

      Permalien | Répondre
    • Raph le 6 janvier 2014 à 11 h 11 min

      Je ressens énormément de frustration et de colère dans les messages postés ici… et je le comprends fort bien! Les politiques ont échoués en matière d’emploi (comme dans beaucoup d’autres domaines, d’ailleurs), et ce sont les jeunes qui trinquent!

      Permalien | Répondre
    • michel le 6 janvier 2014 à 11 h 16 min

      Jonathan,
      N’hésite pas à demander aux employeurs pourquoi ils n’ont pas sélectionné ta candidature.
      C’est la moindre chose de leur part, que de prendre au moins un peu de temps pour cela.
      Prend aussi en compte de ton côté que postuler est un job exigeant.
      Je ne sais pas comment tu procède, mais constituer un dossier pour un employeur peut nécessiter plusieurs jours de travail, voire plusieur semaines. Il faut se documenter sur l’employeur, trouver chaque point de convergence possible, le faire savoir, …
      Il ne faut pas négliger non plus la présence sur le web, et la soigner.
      Par ailleurs, poursuis des formations utiles (ce que tu fais sans doute) et essaye de trouver des occasion de confirmer ton diplôme par des expériences même courtes: il faut mettre le pied dans la porte!
      Enfin, ne néglige pas les candidatures spontannées qui sont souvent payantes et te permette de te baser encore plus sur ta motivation: lis les actus et toruve-y des créneaux.
      Et bien sûr, si cela te plais, tente ta chance à l’étranger.
      Essaye d’apprendre l’Allemand aussi.
      Bonne chance

      Permalien | Répondre
    • Raph le 6 janvier 2014 à 11 h 18 min

      @Gil: qu’entendez-vous par “joboard”?

      Permalien | Répondre
    • Albert le 6 janvier 2014 à 11 h 23 min

      Juste pour info, j’ai fait une réorientation professionelle il y 9 ans maintenant et j’ai suivi une formation FOREM en informatique, 400 candidats, 17 sélectionnés. Certains étaient très motivés et considéraient cette formation comme une chance, d’autres étaient juste là pour garder leur droit au chomage, et le sommet, c’est qu’on nous a dit que le FOREM était un organisme social et donc il devait adapter sa vitesse à la vitesse du dernier wagon, quitte à ce que toute la matière ne soit pas vue!!!!
      Quand un d’entre nous a posé la question de savoir si il y avait des débouchés après la formation, on nous a dit oui mais à Bruxelles et au Luxembourg et là, réaction quasi générale: “ah non, moi je reste à Liège”, maintenant, cela fait 8 ans que je travaille au Lux, et c’est très bien.
      Probleme des jeunes, pour bcp ils veulent tout ce qu’ils voient à la télé sans faire d’efforts, ils pensent qu’on va leur donner un salaire de CEO pour commencer :(
      Moi, j’ai fait de tout dans ma vie, vendeur, chauffeur livreur, et aujourd’hui Test Manager mais si il le fallait, je referais vendeur sans honte.
      Maintenant il est vrai que l’Etat ne les aide pas, plus vous êtes depuis longtemps au chomage plus vous avez de chance de vous faire engager, on me refusait des jobs car ça ne faisait “que” 2 mois que j’étais au chomage et donc pas d’aide pour l’employeur :(

      Permalien | Répondre
    • Claire le 6 janvier 2014 à 11 h 28 min

      Comment etre proactif? Quand on telephone, on tombe souvent sur la secretaire qui n’en a pas grand chose à faire…

      Permalien | Répondre
    • Marie le 6 janvier 2014 à 14 h 09 min

      Diplômée d’un bachelier dans le web en juin 2011, j’ai cherché pendant plus d’un an de l’emploi et j’ai suivi différentes formations. J’ai finalement été engagée en janvier 2013 en PFI (qui visait un emploi sur le long terme). J’ai donc réalisé le PFI, puis, j’ai eu un contrat CDD (qui devait déboucher sur un CDI) et le dernier jour, mon boss m’a annoncé que je n’étais pas ré-engagée car il ne savait pas me rémunérer. Donc depuis septembre 2013, je suis de nouveau sur le marché de l’emploi et je n’ai eu qu’un entretien pour le moment qui n’a pas été concluant.

      Permalien | Répondre
    • pavi le 6 janvier 2014 à 15 h 09 min

      Un bon conseil, créer votre job vous même au lieu de de le quémander…. enfin c’est ce que j’ai fait après être passé par toutes ces galères… et maintenant plus de patron, que des clients, je ne gagne pas plus qu’avant mais j’ai bcp plus de temps libre et je si je bosse pas assez ce n’est pas la faute des autres…. et je ne suis ni indépendant ni employé ni en société…. enfin bref faut être créatif…
      Pour ceux qui n’ont pas pigé comment on postule la première chose a faire c’est de travailler son capital social…..

      Permalien | Répondre
    • Anne le 6 janvier 2014 à 15 h 37 min

      Maman de 4 grands enfants dont 2 déjà au travail, un en recherche d’emploi et une en dernière année d’étude… Je pousse une coup de gueule
      Informatique études porteuses s’il en est: 4mois pour trouver un poste… pas trop bien payé, bien sûr!
      Chimie études porteuses également…6mois de recherche active, envoi de CV toujours pas de job, d’intérim ou…??
      “il ne suffit pas d’envoyer une lettre de motivation et un CV pour espérer décrocher un poste” dites-vous…
      Qu’est-ce que nos jeunes doivent faire??? Mettre une affiche sur l’hôtel de ville..et être poursuivi pour dégradation de bien publique?
      Ne faites pas ci, pas ça… Mais surtout personne ne donne de vrais conseils!

      Au forem… le “néant” des “andouilles” débordées qui “elles” ont un poste et propose des jobs de téléphoniste à un informaticien.. chercher l’erreur.
      Commentaires du forem sur les cv :”c’est bien – Vous cherchez du travail? – c’est bien”
      C’est pas comme cela que les jeunes trouveront du boulot, c’est sûr!!

      Le conseil du haut au jeune qui maitrise 4 langues… apprenez l’allemand en plus!!!! Le monde devient fou!! Ingénieur chimiste maitrisant 4 langues lui conseiller une 5è. Je rêve!!!
      Si avec l’allemand ça ne va pas il doit apprendre le chinois??? C’est interprète qu’il aurait dû faire alors!!!
      Trouver du travail est effectivement un job à plein temps, OUI il ne faut pas se décourager malgré le manque de réponse aux diverses demandes d’emploi tout azimut. Les patrons sont difficiles ils demandent souvent des surqualifications (pourquoi se priver, il y a le choix)
      Et non, il n’y a pas de recettes miracles mais de la chance, des qualifications et de l’obstination..

      Bon courage les jeunes!!!

      Permalien | Répondre
      • Maria Chris le 8 janvier 2014 à 13 h 51 min

        Bien dis Anne!

        Moi ça fait 2 et demie que j’ai fini mes études en sociologie. Mon mémoire a été publié, je suis passée à la radio, bientôt à la télé, j’ai intervenu dans une conférence à Paris, un séminaire à l’unif, j’ai écrit un, bientôt deux articles dans des revues. tout cela en lien avec la publication de mon mémoire. Mais rien, nada, je suis là en stage non rémunéré et les employeurs réclament davantage d’expérience! . A oui je parle 4 langues aussi.

        Je n’ai pas fait 5 ans d’études pour travailler dans un bar. Je l’aurais fait à la sortie de l’école sans faire d’études. J’ai travaillé dans un bar quand j’étais étudiante et je suis presque devenu experte en call center…mais STOP, j’exige un travail un vrai!

        Même pour faire un bénévolat maintenant il faut de l’expérience! Les gens sont fous!

        Permalien | Répondre
    • Marie le 6 janvier 2014 à 15 h 37 min

      trop facile de dire qu’on attend tout et qu’on ne fournit aucun effort. Tous les “conseils” (moi je dirais plutôt les “évidences”) citées dans l’article je les ai mises en place : j’ai fait un stage de recherche active d’emploi, fait une formation en langue, fait du bénévolat tout en cherchant activement, en rédigent des lettres de motivation adaptées à chaque offre, en m’informant sur la société pour laquelle je postulais, en essayant un maximum de garder de la motivation, en ayant un capital sympathie, en ayant même 1 an d’expérience dans un 1er emploi, en ne regardant même pas le montant du salaire ni si c’était un temps partiel ou un CDD… quelques entretiens, toujours des réponses négatives, même quand j’étais dans les derniers sélectionnés.

      Pour moi ce ne sont pas les jeunes qui sont exigeants, ce sont les sociétés. On peut difficilement combiner les facteurs (être jeune pour les aides à l’emploi, mais avoir le diplôme et des années d’expérience, plus un carnet d’adresse, des relations…) ce n’est pas possible d’avoir tout ça à 25 ans!

      Alors je fais une autre formation que j’espère plus porteuse… en me demandant si j’ai pas finalement perdu mon temps à l’unif. Et des jeunes qui sont fatigués de la situation, il y en a des dizaines !”

      Permalien | Répondre
    • Mathieu Callens le 6 janvier 2014 à 19 h 51 min

      Moi j’ai 25 ans et je n’ai jamais ( vraiment jamais! ) eu d’emmerdes pour trouver un emploi. Je suis un jeune diplomé à finalité commerciale ET je parle 3 langues! Ha! Voilà ce que l’on ne dit pas… On boude le néerlandais pendant des années et un beau jour on se retrouve baisé. Je n’étais pas dans les premiers de ma classe pourtant. Maintenant je fais ce que j’aime et j’ai eu de très beaux et bons employeurs depuis mes débuts sur le marché de l’emploi. J’aimer varier les plaisirs et n’ai pas de mal à trouver des postes passionnants et qui payent bien. Il faut arrêter le baratin… Je n’écris pas ceci pour que l’on m’envie mais simplement pour faire passer un message: Qui veut, peux! A bon entendeur…

      Permalien | Répondre
    • gilissen le 8 janvier 2014 à 9 h 56 min

      J’ai une licence en communication mais malheureusement, je ne suis pas trilingue.
      Du coup, les emplois dans mon domaine me sont fermés.
      Si je cherche un cran plus bas, on me répond : vous convenez mais si on vous engage, vous prenez la place de qq qui n’a pas de diplôme. Dans les deux cas, on me met sur le côté.
      Seule solution pour trouver un emploi : ENLEVER MON DIPLOME DE MON CV !
      Ca vaut vraiment la peine de pousser les jeunes à faire des études !!!

      Permalien | Répondre
    • Lorraine le 9 janvier 2014 à 0 h 24 min

      Passée par 2 ans de chomage après ma licence en biologie (et seulement 3 entretiens, malgré plus de 1200 cvs déposés/candidatures, malgré des années de bénévolat, des formations, 4 langues etc…), je me reconnais bien dans les commentaires ci-dessus.

      Au bout de deux ans, j’ai décidé de postuler à l’étranger. En un mois: 3 entretiens en France, 1 aux Pays-Bas et 4 en Angleterre (ou j’ai finalement accepté un poste intéressant). Peut-être que c’était juste un coup de chance, mais j’ai envie de dire à ces jeunes : pensez à partir! Angleterre, Irelande, Allemagne, Canada…Ce n’est pas renier la Belgique, c’est juste accepter que, au temps t, elle n’offre pas de possibilités dans votre domaine / à votre niveau.
      C’est triste évidemment, et dur, souvent. Mais c’est le prix à payer pour obtenir l’emploi satisfaisant dont vous rêvez, et revenir vous poser en Belgique dans quelques années en pouvant justifier les années d’expérience qui vous manquent tant pour l’instant.

      Permalien | Répondre
    • Alexis le 21 janvier 2014 à 16 h 25 min

      Nos politiques ont de l’humour au moins. Arrêtez de croire que tout nous est donné… Ah bon? Toutes les personnes de la proportion énorme de gens étudiant la gestion et l’économie le fait par vocation croyez-vous? On me refuse parfois des postes parce qu’en plus d’avoir fait un choix raisonnable dans mes études, j’aurais également dû choisir une orientation qui ne me plaît pas pour faire plaisir aux employeurs…

      J’ai fait fait un bac universitaire en économie, suivi d’un master en Business International en Anglais à l’étranger, un stage au Mexique et j’ai créé et revendu ma propre entreprise . Quand je suis reçu en entretien on me dit: et donc vous n’avez pas d’expérience professionnelle?… C’est vrai que rester derrière un bureau à évaluer si une personne est capable de remplir un job qu’on a jamais fait nous-même et voir si on s’intégrerait à une équipe dans laquelle on ne travaille pas c’est beaucoup plus difficile que de monter une entreprise… Et qui va me donner cette expérience? Vous peut-être? Votre voisin qui pense la même chose que vous?

      J’ai alors approfondi les langues, moi aussi j’en parle 4 et bien. Merci au Forem d’ailleurs pour ses cours de langues, à défaut d’être de bonne qualité, ils sont gratuits. En parlant d’eux, voici ce qu’il est ressorti de mon entretien: le cv est bien, vous devriez aller à des salons de l’emploi, vous avez déjà contacté des agences d’intérim? Vous faites du sport? … Merci Einstein, j’ai l’impression de parler au bar avec un ami! Sans oublier les départements qui vous transfèrent au département qui vous a envoyé et qui en plus on le culot de vous engueuler pour ça! Mais eux sont payés…
      9 mois de recherches, pourtant on complimente mon parcours. J’ai été voir un coach pour m’améliorer en entretien et là, belle leçon morale! Ce que j’ai appris: jouez du pipeau, soyez très sûr de vous et surtout, surtout, évitez toute forme de modestie! L’important c’est de montrer les choses sous leur plus bel angle, autant grossir ce qu’on peut…

      Vous voulez que l’on soit plus flexible, pourquoi? Le CDI est tabou? On doit aller aux USA pour trouver de l’emploi? C’est mieux d’accumuler les stages non rémunérés? J’e lis que les jeunes veulent tous commencer CEO… Alors là, n’importe quoi! Je voulais juste un job qualifié. Vous n’imaginez pas le nombre de fois que j’ai revues mes ambitions à la baisse, la différence entre maintenant et le début est énorme! A quoi bon faire des études alors? Et après ce sont ces gros messieurs assis sur leurs chaises de bureau, occupant une bonne position et qui n’ont probablement jamais été au chômage de leur vie qui disent de garder de l’espoir; on se croirait dans un sketch de Dieudonné! Et s’il vous plaît ne me rabâchez pas les oreilles avec vos success stories! Si on en parle , c’est justement parce que ce sont des exceptions!

      Envoyer un cv et une lettre de motivation ne suffisent pas? Ok. J’ai personnalisé 75 lettres de motivations et même mes cv, j’ai appelé à chaque fois que j’ai pu pour relancer. J’ai vu un coach et je suis des formations et certificats pour ne pas donner l’impression d’être inactif. Alors il faut faire quoi d’autre? Ca vous ne le dites pas!
      Vous savez, pendant votre vie si vous n’avez pas de chômeur dans votre entourage vous entendez souvent cette idée comme quoi les chômeurs le sont parce qu’ils ne font pas d’efforts; en gros si on appartient à une certaine classe sociale, c’est de notre faute. C’est facile de mépriser les autres quand on est bien loti… Depuis je relativise pas mal de choses. Et c’est à cause de cette mentalité stupide que au plus longtemps on est au chômage, au plus longtemps on risque d’y rester; sans oublier les procédures de sélections qui prennent des mois!

      Que les politiques s’attèlent à la création d’emplois plutôt que de nous faire la morale! Qu’on se vende bien ou pas, s’il n’y a q’un seul poste pour 3 candidats, il n’y en aura au final quand-même qu’un seul qui sera repris! Vous voulez savoir ce que pensent la génération d’aujourd’hui? Elle sait qu’elle va trinquer. Elle trinque pour la crise, trinquera pour le vieillissement de la population et elle trinquera pour la pollution de ses aïeuls. Alors que ces mêmes aïeuls, à défaut d’y avoir trouvé des solutions la respecte!
      Je pense avoir décroché un emploi aujourd’hui mais mon opinion restera inchangée. Bonne chance aux autres.

      Permalien | Répondre
    • Agnès le 25 février 2014 à 9 h 04 min

      dur dur c’est clair d’avoir fait des années d’études pour au final, chomer… je pense qu’en attendant chacun devrait essayer de multiplier les expériences… varier les stages, les entreprises, faire du bénévolat, montrer qu’on ne reste pas les bras croisés, en étant passif, se bouger en somme et pourquoi pas aller voir à l’étranger si l’herbe est plus verte?

      Permalien | Répondre
    • Michael le 5 août 2014 à 17 h 27 min

      c’est vraiment dur, comment pourrais-tu trouver du travail à presque 35 ans et après avoir eu son dernier diplôme de maîtrise en économie il y a 10 ans. Après plusieurs stages , dans des domaines souvent différents de celui de ta formation, j’ai mm été le gestionnaire principal d’un cybercafé et mm simple coursier ce qui m’a permis d’avoir des connaissances en maintenance informatique et d’autres domaines des TIC.
      Et par moment on a l’impression d’avoir fait un mauvais choix à l’Université concernant la discipline.
      Merci pour vos conseils et bon courage à tous.

      Permalien | Répondre
  • AnnCharlotte le 5 January 2014 à 15 h 07 min
    Mots-clefs: , belgique, wallon   

    Et vous, parlez-vous wallon? (Vidéo) 

    Dans notre cahier spécial du samedi 4 janvier, nous vous dévoilions que les jeunes de notre pays se sentent Belges avant tout. Nous avons complété l’information avec une série de portraits: du vrai noir-jaune-rouge à l’Européen convaincu. Dans cette galerie de portraits, il y avait aussi Jean-Philippe, un Liégeois de 23 ans acteur dans une troupe de théâtre wallon.

    photo (1) (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • mon canard le 5 janvier 2014 à 22 h 04 min

      baraki une personne habitant une caravane, au sens second une personne sans manières qui s’habille mal et qui le plus souvent parle mal le français. Et en sont sens péjoratif est une insulte (franchement y a pas de quoi en être fier)

      Source ; http://fr.wiktionary.org/wiki/baraki

      Permalien | Répondre
    • Mon canard le 5 janvier 2014 à 22 h 14 min

      “Nomdèdjeu”, ou plus précisément “Nom dè Djû”, qui a pour variantes “nom dè zot !” ,”nom dè mène !” et “nom de Dieu”. cela provient en soit du fait que l on ne pouvait nommer Dieu par son nom parce que seuls les prêtres du Temple de Jérusalem étaient habilités à prononcer le Tétragramme sacré “YHWH” (qui signifie “être, devenir, arriver”) :-)

      Permalien | Répondre
    • Mon canard le 6 janvier 2014 à 7 h 39 min

      Comprenez-vous encore le wallon ? Non En ce qui me concerne c est “une langue étrangère” comme pour tous ceux qui on étés élevés au sein de “la grande muette ” (ex-armée belge) où l’excellence était de mise. Que l ‘Etat belge assume à présent ce qu’il a produit :-p

      Permalien | Répondre
  • Gil le 4 January 2014 à 13 h 59 min
    Mots-clefs: , barometre, ,   

    Les jeunes Belges tiennent à l’unité du pays 

    TDB-MANIF_FRITES-5569Les jeunes de 25 ans se sentent-ils d’abord Belges, Flamands, Wallons, Bruxellois, Européens?

    Bernard Rimé, professeur à l’UCL, spécialiste des questions de psychologie sociale, a dirigé dès 2011 une étude sur le sentiment national à travers les générations. Il vient de mettre un point final à ses recherches et nous livre en exclusivité ses résultats.

    La grande conclusion de son travail? La jeune génération s’identifie davantage à son pays que les générations précédentes. Et c’est particulièrement marquant du côté flamand, où les revendications nationalistes déclinent systématiquement chez les 18-28 ans. Tous les détails sont  à lire dans la sélection abonnés du Soir et sur le journal numérique. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Rudi DE MEYER le 4 janvier 2014 à 11 h 48 min

      Eendracht maakt macht… ;-)

      Permalien | Répondre
    • Simon Engelen le 5 janvier 2014 à 11 h 20 min

      ” La jeune génération s’identifie davantage à son pays que les générations précédentes”> Tous ceux qui ont connu “la guerre froide” vous répondront que c’est totalement faux…

      Permalien | Répondre
    • reimond vandecasteele le 5 janvier 2014 à 16 h 46 min

      En ze zullen hem niet temmen……!!

      Permalien | Répondre
    • Michel le 6 janvier 2014 à 9 h 23 min

      Les communes pour le niveau local, le pays (au sein de l’Europe) pour le niveau gestion. Entre les 2, les provinces comme courroie de transmission. Les régions ne servent à rien si ce n’est multiplier les égo et les ministères, donc les dépenses inutiles.
      Eendracht maakt macht ! L’union fait la force !

      Permalien | Répondre
  • Gil le 4 January 2014 à 13 h 53 min  

    Les #25ans sont-ils pris au sérieux ? 

    “Une génération fragile qui veut être prise au sérieux”, écrit Christophe Berti, rédacteur en chef du Soir, pour présenter l’opération #25 et le supplément de 12 pages dans Le Soir (c’est à lire en intégralité par ici). Mais, les adultes, justement, nous prennent-ils au sérieux ?

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 2 January 2014 à 10 h 56 min
    Mots-clefs: , , , , ,   

    A #25ans, ils ne s’engagent plus “par manque de temps” 

    A #25ans, êtes-vous engagés ? Cette question a suscité des commentaires et des témoignages très divers. “Oui, pour agir contre un système inéquitable”, a répondu une majorité d’entre vous. Mais un tiers des répondants reconnait ne plus s’engager. Pourquoi? Principalement par manque de temps, peut-on lire dans les témoignages. Mais ce ne sont pas les seules raisons. Voici un résumé du sondage auquel vous pouvez toujours participer.

    BAHRAIN-POLITICS-UNREST-DEMO-MEDIA

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 2 January 2014 à 7 h 41 min
    Mots-clefs: , ,   

    Quel est l'objet culte des #25ans ? C'est votre dernière chance de voter 

    concoursFaites-vous partie des 6.000 internautes qui ont déjà participé à notre grand sondage ? Si ce n’est pas le cas, nous vous laissons une dernière chance de participer ! Dans la liste d’objets ci-dessous, lequel a le plus marqué la génération #25ans ?

    Les scores des objets en tête sont serrés: votre vote sera peut-être déterminant… (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • elodie le 31 December 2013 à 15 h 48 min  

    À #25 ans, où se voit-on… dans 25 ans?! 

    Faites-nous part de votre vision de l’avenir. Dans 25 ans, à quoi ressemblera notre pays et à quoi ressembleront nos vies? Quels sont les enjeux majeurs auxquels nous serons confrontés dans nos 25 prochaines années? Difficile de se projeter… Allez, on a nous-mêmes fait l’exercice. A vous d’en faire de même !

    Réagissez et vos meilleurs commentaires seront publiés dans le journal du 4 janvier !

    XAVIEREXavier : Dans 25 ans, je me demande quelle sera la nouvelle révolution technologique qui aura bouleversé notre existence. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Kawtar le 2 janvier 2014 à 12 h 18 min

      je suis perplexe quant à l’avenir, tout va tellement vite! Dans 25 ans, j’espère vivre dans une société plus égalitaire.

      Permalien | Répondre
    • Machin le 2 janvier 2014 à 14 h 58 min

      Dans 25 ans je serai probablement sous terre où parti en fumée alors quelques soient les avancées technologiques ou autres quel importance nous sommes tous mortels donc je m’en fout ;-)

      Permalien | Répondre
  • Xavier le 31 December 2013 à 13 h 30 min
    Mots-clefs: #25ans, allocation, , en pratique, mutualité, Stib, TEC   

    En pratique : ce qui change à #25 ans 

    A 18 ans, on a le droit de voter. A 21 balais, on peut entrer dans un casino. Et à 25 piges, qu’est-ce qui change ?

    Préparez-vous psychologiquement, voici une liste de mauvaises nouvelles…

    • Fin des abonnements jeunes aux TEC et à la Stib. En Wallonie, l’abonnement annuel passe de 270 à 560 euros. A Bruxelles, de 120 euros (pour les jeunes qui étaient toujours étudiants) à 499 euros.
    • Fin de la gratuité des comptes “jeunes”. A 25 ans, il faut payer des frais de gestion pour la grande majorité des comptes à vue (quelques euros tous les mois)
    • Fin des allocations familiales, qui sont accordées jusqu’à 25 ans pour les jeunes toujours aux études.
    • Obligation de s’inscrire auprès d’une mutualité comme titulaire (et de payer par la même occasion). C’était trop beau de profiter de la mutualité de papa et maman…

    Profitez-en, parce que 25 ans c’est aussi la dernière année pour bénéficier :

    • de prix réduits à l’entrée des musées et théâtres, qui ont la plupart du temps un tarif spécial 18-25 ans.
    • du GoPass de la SNCB (6 euros pour un billet unique, 50 euros pour 10 trajets).

    Un oubli ? Faites-le nous savoir en commentaire.

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 31 December 2013 à 10 h 56 min
    Mots-clefs: , , , , ,   

    A #25ans, êtes-vous engagés ? “Oui, pour agir contre un système inéquitable” 

    “A 25 ans, on ne s’engage plus”: c’est l’un de nos clichés à démont(r)er. Une affirmation déjà battue en brèche par les présidents des mouvements jeunes des partis francophones, invités pour un débat à la rédaction. Ils expliquent les raisons de leur engagement.


    Pourquoi s’engager ? par Le_Soir

    Mais au delà de l’engagement politique, quelles sont les domaines dans lesquels les jeunes s’engagent aujourd’hui ? Et combien sont-ils ? Voici les premières réactions recueillies.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Maxime le 29 December 2013 à 12 h 21 min
    Mots-clefs: neon, vieux   

    A #25ans, on est déjà vieux ! La preuve en 10 signes 

    Rester debout tout un concert, enchaîner les gueules de bois plus que les cuites et être super fan des années nonante (« I love the 90′s »… ça vous dit quelque chose?). Le magazine Néon a fait la liste des dix signes qui montrent que vous êtes déjà vieux à 25 ans.

    La parole du sage ! Le Chat de Philippe Geluck: la parole du sage ! Copyright: Casterman

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Eric N. le 29 décembre 2013 à 14 h 44 min

      quand un “jeune” vous aborde et commence sa phrase par Monsieur….

      Permalien | Répondre
      • JP le 29 décembre 2013 à 22 h 06 min

        Ou quand un “jeune” te vouvoie. Que tu lui dis de te tutoyer… mais qu’il n’y arrive pas.

        Permalien | Répondre
    • Madame Raymonde le 30 décembre 2013 à 7 h 46 min

      Assez étrange cette société où l’on vit de plus en plus vieux et où on est vieux de plus en plus jeune.

      Permalien | Répondre
    • Alain François le 30 décembre 2013 à 14 h 10 min

      ça, ce n’est rien : attendez d’être vraiment vieux :

      1. Trouver que les concerts debout, c’est chiant ==> trouver que les concerts c’est chiants
      2. Avoir plus de gueules de bois que de cuites ==> plus de cuites (le foie !)
      3. Arrêter de fumer ou y réfléchir ==> ça c’est fait depuis longtemps
      4. Appeler les jeunes « les jeunes » ==> appeler certains adultes “les jeunes”
      5. Calculer en années ==> decompter en années
      6. Quand tes potes affichent sur Facebook le chrono de leur dernier marathon ==> mes potes ne font plus de marathon
      7. Se débrouiller pour cuisiner des trucs maisons ==> plus très faim, surtout le soir
      8. Devenir hystérique dès qu’on te parle d’un objet des années nonante ==> années septante
      9. Se lever tôt le week-end « pour en profiter » ==> dormir tard parce que trop fatigué et que les semaines sont finalement quand même assez dures
      10. Remplir ses papiers de mutuelle. Et tout comprendre ==> se dire que l’on en remplit bien plus qu’avant….

      Permalien | Répondre
  • Gil le 28 December 2013 à 15 h 26 min
    Mots-clefs: , entraide, , paix, respect, ,   

    La paix, valeur des #25ans ? 

    valeurs25 (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Xavier le 27 December 2013 à 14 h 00 min
    Mots-clefs: émissions, top 20, TV   

    Les 20 meilleures émissions qui ont disparu du petit écran au cours des 25 dernières années 

    top10*Mélangez subjectivité, humour et un brin de mauvaise foi et vous obtenez ce classement des meilleures émissions de télé qui ont disparu du petit écran au cours des 25 dernières années…
    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Benjamin le 23 décembre 2013 à 14 h 17 min

      Waw pour le moment rien à redire.

      Pour demain ? Striptease et Tout le monde en parle (peut-être la plus grande perte du PAF… remplacé par un bien piètre Salut les Terriens)

      Permalien | Répondre
    • Benjamin le 23 décembre 2013 à 14 h 36 min

      La Lidia de Megamix, a bien disparu du petit écran, mais n’est-ce pas du PAB ? (parce que le PAF c’est en France, et je ne pense pas que Megamix et CLub RTL avaient leurs fans à Paris…) Ou bien je me mets le doigt dans l’oeil ??

      Permalien | Répondre
      • Xavier le 23 décembre 2013 à 14 h 37 min

        Bien vu ;-) . Correction faite !

        Permalien | Répondre
    • Boleyn le 23 décembre 2013 à 15 h 29 min

      Ciel mon mardi (ou Coucou c’est nous) et N’oubliez pas votre brosse à dents

      Permalien | Répondre
    • Mathilde le 23 décembre 2013 à 17 h 10 min

      Le Burger Quiz ! :)

      Permalien | Répondre
    • Louis le 23 décembre 2013 à 17 h 25 min

      nulle part ailleurs

      Permalien | Répondre
    • Marc le 23 décembre 2013 à 17 h 46 min

      Le juste prix ; C’est pas sorcier ; Motus ; Les guignols de l’info

      Permalien | Répondre
      • Xavier le 23 décembre 2013 à 17 h 55 min

        Le juste prix, Motus et Les guignols de l’info, on ne les a pas pris en compte dans notre classement parce que l’émission existe toujours aujourd’hui. Pour C’est pas sorcier, rendez-vous demain ;-)

        Permalien | Répondre
    • Marie le 23 décembre 2013 à 18 h 52 min

      “Ici Blabla” sans aucun doute dans le top 3 non?! Moins belge, “les Minikeums” restent néanmoins assez emblématiques, pour moi en tout cas. Sinon, jusque là, je suis assez d’accord!

      Permalien | Répondre
    • DenisWrvs le 23 décembre 2013 à 19 h 45 min

      Pour moi, il manque assurément les émissions pour la jeunesse que sont Ici Blabla et les Minikeums !

      Et perso, je verrais bien Génies en herbe… J’adorais !

      Permalien | Répondre
      • Xavier le 23 décembre 2013 à 20 h 40 min

        Alors, tu ne devrais pas être trop déçu du top 10 ;-)

        Permalien | Répondre
    • Grégory Vervoort le 23 décembre 2013 à 22 h 26 min

      Et Varvara Dewez avec “Chambard” et “Bon anniversaire”?!

      Permalien | Répondre
    • AnnCharlotte le 24 décembre 2013 à 11 h 10 min

      @Grégory Vervoort Aaah, Varvara! Elle animait aussi “Pirates”! J’avais même son CD à l’époque et j’avais été la voir en concert. Malheureusement je ne retrouve pas beaucoup de vidéos d’elle. A part celle-ci http://www.dailymotion.com/video/x6egff_chambard-1993_shortfilms

      Permalien | Répondre
    • coco le 25 décembre 2013 à 16 h 19 min

      VISA POUR LE MONDE!!!!!!!

      Permalien | Répondre
    • Maxime le 27 décembre 2013 à 14 h 54 min

      Arf. Je pleure de rire en revoyant le Maillon Faible. L’émission revient en 2014 mais sans Bodcolini. Ca ne sera plus pareil mais qui sait…

      Permalien | Répondre
    • hvala le 27 décembre 2013 à 16 h 28 min

      Warf, les beaufs!!! Si vous n’avez jamais vu “NULLE PART AILLEURS”, continuez à lustrer vos zappettes… 8-p

      Permalien | Répondre
      • Xavier le 27 décembre 2013 à 16 h 59 min

        Nulle part ailleurs était dans notre préselection, mais après le vote de la rédaction, il n’a recueilli qu’un seul petit point. Insuffisant pour être dans le top 20… Et les beaufs vous saluent ;-)

        Permalien | Répondre
    • TRESELLE le 28 décembre 2013 à 21 h 03 min

      Mais par contre on nous sert de la télé-réalité n’importe quand. Ce serait bien de supprimer ce genre d’âneries .

      Permalien | Répondre
    • Kevin le 28 décembre 2013 à 22 h 00 min

      Dans “c’est pas sorcier”, c’est pas plutôt Fred qui a été viré (au lieu de Jamy)

      Permalien | Répondre
      • Xavier le 29 décembre 2013 à 8 h 02 min

        Mea culpa. Correction faite…

        Permalien | Répondre
    • David le 29 décembre 2013 à 10 h 06 min

      Mais ! Mais ! Vous avez oublié 10 qu’on aime :-)

      Permalien | Répondre
    • Marie le 18 juin 2014 à 15 h 39 min

      Je recherche une émission qui a disparu aussi mais je ne me souviens plus de quelle chaine. C’était une émission caméra cachée où l’on faisait des farces à des gens. Entre chaque type de farce il y avait comme un petit générique ( chaque fois différent mais commun à toutes les émissions). Pas moyen de remettre la main dessus. Je pensais à tranche de rire, mais ne sachant plus sur quelle chaine c’était, pas moyen de trouver un extrait pour vérifier.

      Permalien | Répondre
  • AnnCharlotte le 27 December 2013 à 11 h 00 min
    Mots-clefs: agriculture, démonter, ,   

    Les clichés sont faits pour être démontés! 

    Petit retour sur les coulisses du projet génération #25ans. Les jeunes de la rédaction se sont réunis pour tenter de trouver des adjectifs qui qualifient notre génération. Plusieurs pistes sont ressorties de ce brainstorming : génération hyper-connectée, voyageuse, débrouillarde, plus diplômée qu’avant, peu engagée, angoissée, égocentrique, décomplexée… Rappel en images, avec le teaser de l’opération.

    visuel_stop_aux_cliches
    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 26 December 2013 à 14 h 12 min
    Mots-clefs: , déconnexion   

    Eux aussi, ils se sont déconnectés 

    Vivre sans GSM, sans Internet, sans aucune de ces technologies ? Olivier Croughs, qui tente l’expérience pour notre opération (c’est à suivre par ici), n’est pas le seul à avoir tenté de se déconnecter. Et vous, vous vous y mettez quand ? Voici quelques autres tentatives du genre.

    Source: The Verge

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • AnnCharlotte le 26 décembre 2013 à 14 h 29 min

      Moi je pourrais mais seulement en période de vacances, au boulot c’est impossible. Mais sinon, aucun problème!

      Permalien | Répondre
  • catherine le 25 December 2013 à 16 h 48 min
    Mots-clefs: ,   

    Quelles sont les valeurs des #25ans ? 

    Notre enquête avance ! Et cette semaine, nous allons partir faire un petit tour dans l’une ou l’autre gare de Belgique, pour une opération “sondage”, cherchant à savoir : “Quelles sont les valeurs de la génération #25ans ?” (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • elodie le 23 December 2013 à 10 h 40 min
    Mots-clefs: , qui-fait-la-cuisine?,   

    L’égalité des sexes: la bonne idée de débat familial pour Noël (ou pas) 


    Aaaah, les grands repas de famille du réveillon de Noël.. En quelques heures, nous finirons sans doute tous l’estomac aussi gavé que celui du palmipède s’étant retrouvé par mégarde sur notre toast, le grand-père ronflant dans le divan et l’ambiance frôlant alors l’hystérie d’un tournoi provincial de scrabble. Halte là! Pour relancer la soirée, rien de tel qu’un petit débat… Et pour mêler toutes les générations, quoi de mieux que de parler directement de ceux et celles qui les composent: des hommes et des femmes!

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 22 December 2013 à 19 h 51 min
    Mots-clefs: , , ,   

    Chômage: "Les jeunes ne sont pas responsables de leur situation" 

    Le chômage des jeunes est trois fois plus important que ceux de plus de #25ans. La faute aux jeunes chômeurs ou aux politiques d’aides à l’emploi ? Muriel Dejemeppe (UCL) de l’IRES, a répondu à vos questions dans notre chat.
    chomage-jeune
    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • jean le 23 décembre 2013 à 5 h 16 min

      Logique, les emplois peu qualifiés sont le plus touchés par la crise et les délocalisations massives, donc les moins de 25 ans déjà au chômage sont certainement ceux qui ne sont plus aux études depuis un moment !

      Permalien | Répondre
    • Michel le 23 décembre 2013 à 10 h 44 min

      C’est une catastrophe pour les diplômés, les débouchés sont rares et seules les fonctions IT trouvent une place. Beaucoup d’entreprises attendent les aides à l’embauche et retardent des projets. Les coûts d’embauche sont élevés. Mais ceux qui ne réussissent pas à obtenir leur diplôme entre en concurance avec les nouveaux belges moins exigeant quant à la qulité du travail à faire et la concurance avec les pays de l’est tue notre marché de l’emploi. il faut légiférer là-dessus….bref beaucoup de problèmes à résoudre avant d’avoir des solutions….

      Permalien | Répondre
    • Jonathan le 23 décembre 2013 à 11 h 17 min

      Bonjour,

      Je connais plusieurs jeunes sortants de l’université ou d’un haute école avec un diplome en main.
      Ces derniers, lorsqu’ils se présentent à un poste avec leur cv, les entrepreneurs affirment qu’ils n’ont pas assez d’expérience et que donc ils préfèrent prendre une personne de plus expérimentée.
      Ce phénomène est de plus en plus courant et oblige donc les jeunes à être au chômage. De plus, le fait de se voir maintes fois refuser un poste, pour lequel ils possèdent le diplome, fait également en sorte que le jeune est de plus en plus démotiver et tomber dans la spirale du chomage. Cette difficulté existait déjà il y a une dizaine d’années et n’a fait que empirer depuis.

      Ma question est de connaître si des mesures qui vont être prises afin de faciliter l’accès à un emploi aux jeunes diplomés? Tant au niveau des sociétés qu’au niveau des demandeurs d’emploi.

      D’avance merci,

      Permalien | Répondre
    • Mc le 23 décembre 2013 à 11 h 21 min

      La faute à ce gouvernement qui partira sans changements structurels.

      Permalien | Répondre
    • Lisez-moi le 23 décembre 2013 à 11 h 47 min

      Dans le monde informatique (Télécoms, Banques, ….) Combien d’informaticiens sont encore engagés ici en Belgique ? La main d’oeuvre utilise les technologies modernes et le travail se fait à partir de l’autre côté du monde sans faire rentrer 1 euro dans les caisses de l’état et laisse nos jeunes qualifiés sans travail et donc sans expérience à long terme la catastrophe. Le dernier exemple en date avec la main d’oeuvre dans la construction, là l’impact a été directement visible pour les autres …

      Permalien | Répondre
    • Marcus le 23 décembre 2013 à 11 h 48 min

      Pourquoi s’étonner? Beaucoup de jeunes sortent de primaire (voire de secondaire) sans savoir écrire et compter. L’esprit d’abstraction n’est plus développé. Les mathématiques régressent. Les élèves ont des cours de sociologie, philo, etc…tous très intéressant, mais la base des savoirs (langue maternelle, sciences, mathématiques) n’est plus assurée. A l’université arrivent des élèves qui ratent par ce manque de formation rigoureuse. L’exigence n’est pas l’élitisme. Il y a assez d’argent dans le système. Ce n’est pas ça le problème. Le rénové est un problème et l’idée que l’école est là pour compenser les inégalités sociales. C’est souhaitable, bien sûr, mais la réduction des inégalités est un effet d’un bon enseignement qui ne doit pas être conçu pour les étudiants les plus faibles a priori.

      Permalien | Répondre
    • coin coin le 23 décembre 2013 à 12 h 10 min

      Avec tout l’argent qu’on injecte dans des organisations superflues comme l UE et les Régions pourquoi s’étonner qu’il ne soit pas disponible pour des projets “raisonnés” et porteur d’emploi . On pourrait me rétorquer que créer des postes politiques c’est une manière de mettre des chômeurs au travail mais hélas ca ne génère que des ennuis pour les autres et ca n’a jamais été générateur de “valeur ajoutée” (au contraire puisque ca détruit même toutes valeurs, y compris les valeurs sociale de l’aveu même de ceux qui ont créer ces emplois afin de mettre un terme à “l’ancien régime belge”)

      Permalien | Répondre
    • Péa le 23 décembre 2013 à 12 h 25 min

      L’origine de ce problème est multiple:

      Du côté de l’enseignement: il faudrait instaurer un numerus clausus/examen d’entrée pour les études qui, bien qu’enrichissantes, ne sont pas directement utiles pour le marché de l’emploi (Histoire, Philo, Sciences po, …). Je sais de quoi je parle. J’adore toutes ces matières (j’ai fait sciences po), mais elles sont… inutiles pour trouver un travail sauf si on a de la chance ou qu’on travaille très dur (bosser dans un musée, à l’université, …). Il faut encourager les études professionalisantes: ingénieurs, informaticiens, plombiers, comptables, électriciens, etc ; et revaloriser les métiers manuels.
      Du côté de l’Etat: les mesures incitatives actuelles sont dérisoires. Il faut un changement profond et structurel. Encourager les jeunes à fonder leur business. Pour cela, il faut élaguer dans deux domaines : la lourdeur administrative et le taux d’imposition. Je connais plein de gens qui cherchent du boulot mais rêvent de fonder leur affaire personnelle. Ils ne le font pas en raison de ces deux problèmes.
      Du côté des employeurs: il faut inciter les entreprises à engager du jeune personnel en défiscalisant. Le problème est qu’un jeune, même de bonne volonté, n’est pas rentable tout de suite. Il faut donc permettre aux sociétés, par exemple pour les deux premières années, de rémunérer le jeune à un salaire brut bien inférieur, mais laisser le salaire net tel que l’employé le toucherait d’ordinaire (c’est à dire couper dans le précompte professionnel, pour dire les choses rapidement). L’entreprise n’aurait le droit de procéder de la sorte qu’à la condition de donner un CDI à l’employé au bout de deux ans. C’est un exemple de mesure très concret.

      Permalien | Répondre
  • Gil le 22 December 2013 à 9 h 26 min
    Mots-clefs: , ,   

    Quel est votre objet culte ? Deuxième tour ! 

    concoursVous avez 25 ans (ou presque) ? Avez-vous déjà participé à notre grand sondage ? Dans la liste d’objets ci-dessous, lequel a le plus marqué la génération #25ans ? Il reste plus d’une semaine pour voter. Un indice sur l’évolution des scores ? Jusqu’ici, l’objet en tête figure sur la photo ci-dessous… (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • tournesol le 22 décembre 2013 à 12 h 18 min

      25 ans ?
      Non ! Minimum 30 ans !
      La plupart des objets présentés ici sont apparus dans les années 80 et ont disparu au début des années 90 ! Autrement dit, les 25 ans n’ont pas pu les connaître !

      Permalien | Répondre
      • camae le 22 décembre 2013 à 12 h 50 min

        Bien sûr que si ! J’ai bientôt 22 ans et j’ai connu/joué avec/lu/dégusté ces objets à 2 exceptions près ;) !

        Permalien | Répondre
      • Jo le 22 décembre 2013 à 13 h 05 min

        @tournesol: j’ai 24 ans et j’ai connu TOUS les objets énoncés, ils ont fait mon enfance et celles de tous mes amis.

        Permalien | Répondre
      • ysi le 22 décembre 2013 à 13 h 09 min

        J’ai 25 ans et je connais tous les objets présentés … La grande majorité ont évidemment marqué mon enfance. Quels objets ont disparu début 90?

        Permalien | Répondre
    • Roxane le 22 décembre 2013 à 12 h 50 min

      Si si j’ai 24 ans et j’ai bien connu tous ces objets dans mon enfance je te rassure! Que de bons souvenirs!

      Permalien | Répondre
    • Charlotte le 22 décembre 2013 à 13 h 02 min

      J’ai 24 ans et ces objets représentent bien mon enfance comme celle de mes amis… Il faut connaître son sujet avant de donner des leçons :-)

      Permalien | Répondre
      • tournesol le 23 décembre 2013 à 23 h 44 min

        Ah oui, je ne me rendais pas compte que les 25 ans n’ont que 5 ans de moins que moi :p
        Mais même en 5 ans d’écart, il y a eu des effets de mode passés.
        Et les Happy Hippos n’étaient déjà plus sur le marché dès 1989-1990.

        Charlotte, où ça, une leçon ? Vous confondez rectification avec leçon, je suppose. Ce n’est pas exactement la même définition.

        Permalien | Répondre
    • Xavier le 22 décembre 2013 à 13 h 11 min

      Comme en témoignent les autres commentaires, je pense que vous faites erreur @tournesol. Sorry

      Permalien | Répondre
    • Louise le 22 décembre 2013 à 13 h 25 min

      J’ai eu 20 ans ce mois ci, et je connais la plupart des objets de cette liste ! D’ailleurs, les gogos, j’y jouais en 4e primaire à l’école, donc, bien après les années 90, étant née en 93!

      Permalien | Répondre
    • Julien le 22 décembre 2013 à 13 h 47 min

      Oui pour les trentenaires ce serait plutot les Musclor, les jouets star wars, goldorak, les jeux game&watch, …J’ai 37 ans et tous les objets présentés sont apparus au minimum pendant l’adolescence !

      Permalien | Répondre
    • Joachim Rogister le 22 décembre 2013 à 14 h 25 min

      j’ai 26 ans, j’ai bien connu tous les objets de cette liste lorsque j’étais à l’école primaire (1993-1999)

      Permalien | Répondre
    • lauraaaaaaaaaa le 22 décembre 2013 à 22 h 31 min

      je n’ai que 17 ans pourtant j’ai jouer avec tout les jouets présent (mis à part les énormes chaussures)

      Permalien | Répondre
    • maddam le 23 décembre 2013 à 5 h 04 min

      Dire que j’ai vu un 3210 encore en fonctionnement il y a à peine 2 semaines. Belle époque! Par contre les buffalo,c’est uniquement sur les photos de classe qu’on vois ça maintenant…

      Permalien | Répondre
    • tournesol le 23 décembre 2013 à 23 h 45 min

      Ah oui, je ne me rendais pas compte que les 25 ans n’ont que 5 ans de moins que moi :p
      Mais même en 5 ans d’écart, il y a eu des effets de mode passés.
      Et les Happy Hippos n’étaient déjà plus sur le marché dès 1989-1990.

      Charlotte, où ça, une leçon ? Vous confondez rectification avec leçon, je suppose. Ce n’est pas exactement la même définition.

      Permalien | Répondre
    • Catherine le 25 décembre 2013 à 16 h 24 min

      Cette liste est géniale, certes (les cartes Spacix m’ont bien fait sourire!).
      Mais n’est-elle pas empreinte d’un brin (voire beaucoup plus…) de nostalgie ? Les objets cultes de la génération 25 ans se seraient-ils donc arrêtés à la fin des années 90′ ? Pourquoi ne pas intégrer dans cette liste des objets comme – au hasard – l’iPod, la tente 2 secondes de Decathlon, ou encore l’Ice Watch ? La génération #25 est-elle nostalgique au point d’en oublier les objets qui font son quotidien aujourd’hui ?

      Permalien | Répondre
  • Flavie le 21 December 2013 à 14 h 20 min
    Mots-clefs: amour, coincé, , pudeur,   

    A #25ans, "on n’est pas coincé, juste pudique" 

    jouissez-sans-entrave-mai-68

    Après avoir lancé un appel à témoins pour parler de la sexualité des jeunes de 25 ans, les réactions sur le blog et les réseaux sociaux ne se sont pas faites attendre.
    Plusieurs d’entre vous, ont signifié qu’ils voulaient bien témoigner. Une belle revanche à la remarque de notre collègue: “Alors c’est qui les plus libérés?”.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Giulianna le 22 décembre 2013 à 14 h 27 min

      Puisque que “vous” faites partie de la générations des 25 ans : faites-le vous-même votre tests !

      Permalien | Répondre
    • wc le 22 décembre 2013 à 17 h 58 min

      “il n’est pas question de voyeurisme, d’exhibitionnisme” C’est pourtant ce que vous leurs demandez de faire.

      Permalien | Répondre
    • Oscar Wilde le 23 décembre 2013 à 6 h 02 min

      Les tests, c’est à des sexologues d’éventuellement les faire, et j’imagine qu’ils les ont déjà faits. Il n’y a qu’à leur demander et les publier. Si la presse s’en mêle, si elle organise des tests, c’est une faute journalistique : la presse crée l’info. Alors, il n’y a pas à dire, la presse est libérée de tous ses tabous, de sa déontologie. Vous n’organiseriez pas aussi un p’tit braquage ? Pour savoir si les 25 ans sont malhonnêtes et violents… Tout ceci n’est révélateur que de ce que VOUS êtes.

      Permalien | Répondre
  • elodie le 20 December 2013 à 9 h 16 min
    Mots-clefs: appel à témoins, ,   

    Lorsqu’une secrétaire, quinquagénaire et féministe, interpelle une jeune journaliste… 

    La scène que je vais vous décrire s’est déroulée le 18, ou le 19 novembre dernier. Mais elle vient de me revenir en mémoire, au moment où nous enquêtons sur la génération #25ans. Un billet de Catherine Joie. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Roland le 20 décembre 2013 à 8 h 58 min

      Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire.

      Permalien | Répondre
    • quenon le 20 décembre 2013 à 9 h 00 min

      Je n’y vois qu’une personne qui propose un café à une autre. Il n’est pas nécessaire de “sexuer” chaque acte posé. Je suis femme et revendique l’égalité des droits et devoirs mais il ne faut pas devenir “intégriste” non plus. Le secrétaire aurait été un homme, il aurait aussi proposé un café à son patron non ?

      Permalien | Répondre
      • Georges D le 20 décembre 2013 à 20 h 57 min

        Le vrai probleme c’est la lutte des classes. Pas la lutte des sexes.

        Permalien | Répondre
        • Anonymat le 21 décembre 2013 à 13 h 13 min

          Oui, exact. Et elle s’est transformée en guerre absolu(tist)e.

          Cependant, ne pas ignorer qu’à l’intérieur de cette guerre qui fait des millions de pauvres en Europe (famine de retour en Grèce et en Espagne, Portugal, Allemagne et son modèle de brave Mutti, etc… des millions d’enfants ne mangent plus à leur faim), les instruments de division (divide et impera, classique) sont le sexisme profond (ancré dans les inconscients des victimes elles-mêmes, les femmes de toutes origines, couleurs) et le racisme structurel.
          Pendant que les esclaves se battent entre eux, les maîtres sont sereins.

          N’oubliez pas que le sexisme (rôles et attitudes prédistribués) et le racisme structurés dans ce but, sont des instruments outils classiques de domination (par le conformisme omniprésent).
          Woman is the nigger of the world.

          Cette conscience de l’oppression a disparu avec l’ extraordinaire consécration de la victoire de la vulgarité anti-humaine, ce crypto fascisme de nos sociétés dont on n’ose pas dire le nom.(ou même interdit)

          Si l’homme est un esclave, on lui permet de se soulager sur une femme. Femme alors doublement contrainte.
          Femme contrainte en rue, au travail et à la maison.

          L’esclave homme peut ainsi perpétuer la division (instrument de pouvoir) et l’inertie (la puissance de l’inertie est exponentielle, c’est la plus forte énergie du pouvoir : rien, immobilisme) car un instant, il lui est permis de se transformer en “petit maître”. Ce faisant, il perpétue sa propre domination de classe. Mais on fait tout pour qu’il l’ignore. Tous les médias participent à cette politique délibérée.
          Tous. C’est voulu et programmé.

          Son pendant est la Mutti autoritaire (ou la figure sado-masochiste) que l’on voit apparaître de plus en plus fréquemment (magasins et femelles radicales).
          L’ultra conservatisme des réactions, attitudes intolérantes graves, est prôné dans la société partout.
          La maman et la putain. Ancestrales.
          Il n’est pas étonnant que la prostitution ait autant de succès et prolifère (causes psychiques de femmes se considérant comme des wc-décharges, causes socio-économiques donc politiques).

          On n’entend plus parler des libertés et des droits.

          Les buzz sont faits de “décolletés” profonds, d’exhibitionnisme volontaire ou involontaire (hystérisation), de fesses et de chirurgie mutilatoire. Les femmes se sentant inférieures ont intégré leur infériorité mentale, psychique et leur image d’elles-mêmes en tant que telles. D’où régimes, chirurgies qui ne sont que des refus, des rejets de soi.

          Rien de neuf. Le corps des femmes est contraint et elles ont intégré ce fait comme ‘normal” sans jamais voir que le corps des hommes est beaucoup plus accepté. Révélateur d’une domination mentale assimilée comme “naturelle”. Femme inférieure veut dire dont le corps n’est pas correct. D’où artifices, mutilations et contraintes permanentes. Le corps, enjeu du jeu.
          Mode opérant sur la séduction donc hystérisation.

          La double contrainte qu’elles subissent a pour but d’annuler toute possibilité d’union sacrée afin de libérer hommes et femmes de l’enfer qu’on leur sert à présent tous les jours, du joug rétabli et de la culpabilité de vivre que l’on matraque en permanence comme cause-effets de tous les immenses dégâts dont ils souffrent..

          La régression (c’est dans l’inconscient que cela se joue car les femmes ont intégré leur propre domination comme “naturelle” alors qu’elle ne l’est pas) de nos sociétés est patente. En 30ans, retour en arrière, et attitudes identiques à celles d’il y a 300 ans.
          La machine de régression puissante et infernale n’est stoppée par … personne.

          Bref, actuellement la politique délibérée est celle du “Grand Bond en Arrière”(;-) la dictature maoïste avait comme slogan “grand bond en avant”..entre autres) afin de préparer les mentalités (déjà à l’oeuvre depuis les années 1980) à pire. Car ce qui vient sera encore pire.

          Un travail efficace sur les mentalités a été effectué dans une totale maîtrise, “préparer le terrain” a demandé 30 ans. On peut dire que c’est une “réussite”, faite de main de maître.

          Permalien | Répondre
    • FabienneT le 20 décembre 2013 à 9 h 18 min

      La tâche d’une secrétaire est de débarrasser son patron de toutes les petites contingences matérielles pour qu’il puisse se consacrer à l’essentiel de son travail : étudier ses dossiers et prendre des décisions. Donc, on s’adapte en fonction du patron…. dans les limites du respect de soi-même.
      Si elle trouve dégradant d’aider son patron à enlever son manteau ou de lui servir son café, elle ne doit pas le faire.
      Si je ne propose jamais un café à mon patron, c’est parce qu’il préfère se servir lui-même. Ca lui permet de ne pas rester sur sa chaise toute la journée, et le matin, de voir ses équipes de façon conviviale autour de la machine à café. Ma chef précédente préférait qu’on lui apporte car elle trouvait ça casse-pied de faire la file à la machine.
      Donc, un secrétariat, c’est du sur mesure. C’est un accord, un consensus à établir avec son supérieur. Ca n’a rien d’anti-féministe d’être efficace.
      Quant à renoncer au combat, personnellement, je n’ai pas renoncé et pourtant j’ai 50 ans. J’en connais d’autres qui l’ont fait et je me sens trahie par ces personnes.
      Je suis aussi effrayée de constater que de jeunes femmes se considèrent comme inférieures aux hommes et estiment que je ne sais pas rester à ma place … J’ai le sentiment d’un retour en arrière et je me dis que le combat continue, sinon, nous allons perdre tous nos acquis sans encore avoir obtenu l’égalité complète dans tous les domaines.
      Petite précision que j’apporte toujours : les hommes doivent aussi avoir les mêmes droits que les femmes dans tous les domaines. Donc, par exemple, un homme au foyer, n’est pas risible et n’est pas moins un homme que n’importe quel autre.

      Permalien | Répondre
    • Colette Seifarth le 20 décembre 2013 à 9 h 23 min

      Je me dis que si cette secrétaire avait été un secrétaire, la question ne se poserait même pas. Ici, il est question de hiérarchie, pas de sexe…

      Permalien | Répondre
    • Mueller le 20 décembre 2013 à 9 h 25 min

      J’ai 56 ans et ai justement l’impression que les jeunes-filles actuelles ne défendent que peu les valeurs féministes tant elles leur semble intégrées à la société. Alors qu’elles me semblent intallées de manière fragiles et en danger. Peut-être pas dans tous les milieux. En effet, je travaille dans un service d’insertion professionnelle et je constate que de plus en plus chez CERTAINES personnes, les relations hommes-femmes ne sont plus très équilibrées (retour de la femme-objet considérée comme une salope si elle n’obéit pas au doigt et à l’oeil) alors que chez d’autres les valeurs féministes et l’égalité homme/femme sont totalement naturelles. Arriverait-on, à ce niveau à une société duale?

      Permalien | Répondre
    • stump le 20 décembre 2013 à 11 h 15 min

      Je croirai au féminisme lorsqu’une école mettra au chomage une femme professeur afin d’assurer que les enfants ont un quota d’hommes dans leurs professeurs… s’il y a bien un domaine dans laquelle la mixité est nécessaire, c’est bien celui-là…

      Je croirai au féminisme lorsque les allocations familiales seront versées aux parents sans discrimination… quelle logique de croire qu’encore aujourd’hui ce ne sont que les mères qui s’occupent des enfants…

      Je croirai au féminisme lorsque la RTBF consacrera, le jour de la fête des pères, un reportage sur les pères célibataires qui vont conduire leurs enfants à l’école… Par définiton et avec la garde alternée qui commence à devenir la norme (il y a encore un long chemein pour reconnaître les mêmes droits aux pères qu’aux mères…), il y a une prère célibataire pour chaque mère célibataire…

      Je croirai au féminisme lorsqu’on accordera autant d’importance à la violence conjugale des femmes envers les hommes que l’inverse… Selon l’institut de l’égalité femmes-hommes, un tiers des victimes des cas déclarés de violence conjugale sont des hommes…

      Permalien | Répondre
    • Annah le 20 décembre 2013 à 19 h 57 min

      J’en pense que ce que vous soulevez est intéressant mais que vous vous posez les mauvaises questions. En gros, on pourrait résumer les questions que vous posez à du “Pourquoi”… “Pourquoi m’ a-t-elle dit cela”.
      Je ne sais pas si c’est l’âge ou simplement une vision du monde différente, mais moi j’aurai été intéressée par le “Comment”. Comment cette femme serait-elle devenue secrétaire, comment aurait-elle jugé que son combat était fini, quel était son parcours”… En gros, “comment en vient-elle à parler de cela”… A la limite peut-être que je l’aurai interviewée aussi.
      Je dis tout cela parcequ’ il me semble qu’avant, je me posais aussi beaucoup de questions sur le “pourquoi” des choses.Pourquoi c’est comme ça, etc… Et puis j’ai vécu plein de trucs, et maintenant que j’ai 40+, je me rends compte que le “comment” me semble plus essentiel, beaucoup plus susceptible d’amener des réponses concrètes et éclairantes… Après tout, lorsqu’on se retrouve affamé dans la rue par exemple, on ne se demande pas “pourquoi on veut manger”, mais plutôt “comment on va manger”…

      Permalien | Répondre
    • MarieA le 20 décembre 2013 à 22 h 08 min

      Vous avez un travail, vous êtes bien formé, vous travaillez vite et bien et on vous apprécie… Mais je n’ai jamais compris pourquoi je devrais servir un café à mon “patron”: il a deux mains comme vous et moi (sauf problème), non? Je ne suis pas formée pour le servir. Non. Jamais. Je refuse cela. Questions de principe; c’est tout. Et de respect!

      Permalien | Répondre
    • Anonymat le 21 décembre 2013 à 3 h 17 min

      Le sexisme est structurel et non conjoncturel. Le sexisme est un racisme de genre. Les rôles sont prédéfinis. VOIR LA TELE BELGE indique le retour de cette véritable pathologie du superficiel, du conventionnel, du look, des attitudes et des sujets d’émissions de plus en plus conservateurs, méprisants, de l’image de la poupée qui travaille, des sujets thématiques absolument régressifs sur tous les plans (y compris pour les hommes)
      .
      On ne peut à la fois indiquer qu’il faut être conservateur ultra et s’en plaindre.

      Et en effet, la lutte des sexes est un … cache-sexe de la vraie division guerrière radicale : la guerre des classes (pour l’instant gagnée par le conservatisme ravageur des dominants du fric.. sans noblesse ni classe, parvenus divers proliférant et exposant leur vulgarité tous azimuts en tant que “modèle”, matraquage présent dans la pub, le mercantilisme, le consumérisme, les médias, les affiches, les politiques, etc…) Effarant. La marchandisation des êtres n’est qu’une guerre des classes sociales. Pour l’instant le modèle régressif cynique absolu est prôné et évident partout..

      La société est totalement régressive, asociale et les jeunes (filles) ont opéré une formidable régression comportementale, mentale,d’attitude, de réflexe de soumission mentale patente, (inconsciente car vendue comme le contraire de ce qu’elle est, système retors et pervers) elles ne sont plus individuées.
      Le grégarisme et l’objet-jouet ont opéré un magistral retour. Visible, évident dans les comportements immatures généralisés. Aucune conscience et aucune science. Aucune individuation véritable.

      Idem pour la sociopathie, “valeur” phare de gouvernement tant public que privé.

      Permalien | Répondre
    • Cagou le 21 décembre 2013 à 15 h 07 min

      J’en pense que cette femme a été rebelle dans son adolescence puis est revenue à ses esprits. Comme tout le monde à l’adolescence, quoi. Vous feriez bien d’ouvrir les yeux également, et d’arrêter les combats stériles parce que vous avec lu dans Elle que le féminisme c’était tendance (comme la minijupe cet été et les uggs cet hiver)

      Permalien | Répondre
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler