Actualisations de janvier, 2014 Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • elodie le 14 January 2014 à 14 h 19 min
    Mots-clefs: , , , génération   

    L’égalité des sexes au fil des générations: récit d’une table-ronde familiale originale 

    Dominique Duchesnes

    Quand nous arrivons chez Anne et Jacques, à l’approche des fêtes, ça sent déjà le sapin, les biscuits de Noël et la grande réunion de famille… Anne, la maman, et sa fille fille, Lison, proposent thé et café. Lionel, le compagnon de Lison, les aide. Jacques, le père, et Daniel, le grand-père, discutent de leur côté. « Voilà, on est déjà catégorisés ! », lance Jacques avec humour quand il perçoit que nous prenons note de l’organisation qui s’est naturellement mise en place. C’est que les trois générations sont rassemblées aujourd’hui pour parler de l’égalité des sexes et donc, notamment, de la répartition des tâches… (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Maxime le 12 January 2014 à 9 h 33 min
    Mots-clefs: armée   

    Maxime: «L’armée m’a dressé. De là, j’ai réfléchi» 

    Lorsqu’il termine ses secondaires, Maxime est un peu perdu. «Parce qu’il faut bien», il se lance dans des études d’instituteur à Champion près de Namur. Rapidement, il se rend compte qu’il fera partie de la moitié des jeunes qui échouent en première année d’études supérieures.

    «J’ai tout arrêté, ce n’était pas mon truc. Je ne voyais pas du tout quoi faire de ma vie, j’étais paumé. Il fallait que je me reprenne en main et je me suis orienté vers l’armée. C’était naturel pour moi. Comme tous les petits garçons, je jouais avec des petits soldats. Alors, j’ai pris un job de saisonnier à Walibi pour l’argent, et pendant ce temps-là, je me suis entraîné.»

    maxime barbier

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Francis Eggermont le 12 janvier 2014 à 20 h 24 min

      Non, l’armée n’a pas dressé Maxime mais l’a aidé à murir. Mais je me souvient de quelques fortes têtes, grandes gueules et écervelés pendant mon service militaire : eux ont été dressés et éduqués. Aussi j’ai été déçu lorsque le gouvernement a aboli le service militaire après avoir garanti la nationalité Belge aux fils d’immigrants nés sur notre territoire. Pour bon nombre d’entre-eux ce passage leur aurait fait le plus grand bien.

      Permalien | Répondre
  • Maxime le 10 January 2014 à 16 h 20 min
    Mots-clefs: , mouvements de jeunesse, patro, scout,   

    Animateur dans un mouvement de jeunesse, une autre forme d’engagement? 

    Depuis trois ans, Elodie est la présidente d’un mouvement de jeunesse. “Une expérience qui a développé chez moi des qualités que je ne soupçonnais pas“. Lorsqu’on lui soumet le cliché d’une génération qui ne s’engage pas, elle répond du tac au tac : “Comment ça? Je ne vois pas pourquoi on s’engagerait moins que la génération précédente“. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gaëlle Moury le 9 January 2014 à 11 h 45 min
    Mots-clefs:   

    Alizée, 25 ans : “Créer son boulot, c’est un idéal de vie” 

    alizeeGrande blonde aux yeux bleus, Alizée est une jeune femme de 25 ans souriante et motivée. Déterminée même.
    Il y a quelques mois, elle a décidé de lancer “The Zou’z Factory”, via laquelle elle propose la vente d’une sélection de pâtisseries directement inspirées de Brooklyn.

    Du haut de son jeune âge, elle est déjà sûre de vouloir se lancer: “C’est un idéal de vie: j’ai envie de créer mon boulot pour avoir la vie que je veux avoir” explique Alizée. “Je veux créer ma réalité pour pouvoir être heureuse.(la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • De Greef le 9 janvier 2014 à 15 h 12 min

      Elle a l’air vraiment cool cette petite Alizée! et ses gâteaux sont DE-LI-CIEUX! ;-)

      Permalien | Répondre
    • Godfroid Claudine le 9 janvier 2014 à 17 h 26 min

      quel plaisir de lire cette jeune femme “vouloir c’est pouvoir” des mots du passé oubliés

      Permalien | Répondre
    • Wyckmans le 9 janvier 2014 à 20 h 23 min

      Bravo pour Alizée . C est bon de voir des jeunes volontaires !

      Permalien | Répondre
    • Boza le 9 janvier 2014 à 22 h 10 min

      Inspirant!

      Permalien | Répondre
    • Glansdorff stéphane le 11 janvier 2014 à 18 h 55 min

      Chef d’une entreprise d’événement, j’aurais aimé savoir comment contacter cette miss!!!! ses produits me paraissent fabuleux…. si quelqu’un peut m’aider!!! Capgarden@gmail.com.

      Permalien | Répondre
      • Boul le 12 janvier 2014 à 14 h 54 min

        la journaliste qui a écrit l’article devrait pouvoir faire ça je suppose?

        Permalien | Répondre
    • Sauvage le 15 janvier 2014 à 17 h 38 min

      Créative, déterminée et décontractée, Alizée ajoute à ses plats et pâtisseries de la couleur, du goût mais surtout un supplément d’âme. j’adore et la recommande.

      Permalien | Répondre
    • Christiane Gaeng le 22 janvier 2014 à 17 h 38 min

      Les starters se font bassiner par des conseillers qui brandissent l’idée de la nouveauté!Il est bien évident que aujourd’hui, le commerce classique n’est pas vraiment demandeur de nouveautés.Lorsque le pouvoir d’achat a tendance à diminuer le client cherche surtout un prix.Ce qui est nouveau,donc,c’est donner une meilleure qualité à un prix inférieur ou alors vendre un produit nouveau à
      chercher à l’étranger comme c’est le cas ici. Donc bravo à Alizée et laissons le
      secteur secondaire créer des nouveautés marquantes à vendre en masse et en
      créant de la richesse par l’exportation.
      Dans la supérette la + reculée de Belgique ,regardez par exemple le mural de
      tomado (marque de 1er ordre) je vous mets au défi d’identifier certains accessoires : ceci prouve qu’une nouveauté doit répondre à un besoin fondamental! On pourrait très bien créer la chaussure à roulettes,il faudra avoir
      un oreiller sur le cul!!

      Permalien | Répondre
  • Violaine Jadoul le 8 January 2014 à 17 h 29 min
    Mots-clefs:   

    Alice, 25 ans en 2014, ancienne anorexique: "Je ne trouvais pas ma place" 

    GetContent[1]Alice (prénom d’emprunt) est une jeune femme de 25 ans. Lorsqu’elle était âgée de 17 ans, elle est tombée dans l’anorexie. Elle devra se faire hospitaliser deux mois. Mais tout n’est pas réglé alors elle rechute deux fois à l’université pendant le blocus et se fait hospitaliser à chaque fois trois semaines. «L’anorexie n’était pas une source d’angoisse, c’était un outil pour pallier mes angoisses, précise-t-elle. Je n’étais pas bien. Angoissée? Je n’en sais rien. Je ne trouvais pas ma place»(la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 8 January 2014 à 13 h 22 min
    Mots-clefs: , ,   

    A #25ans, “certains sont tellement passionnés qu’ils créent leur propre emploi” 

    Sommes-nous trop pessimistes dans notre dossier sur les jeunes de #25 ans et l’emploi ? C’est un reproche qu’un internaute nous a adressé lors d’un chat avec Bernard Rentier, le recteur de l’ULG, sur le thème: “Les #25ans sans travail, la faute aux unifs ?“. “Pas envie de faire aussi des articles positifs sur des jeunes de 25 ans qui vont bien et ont un job? Je comprends qu’on parle de ceux qui ont des soucis, je connais l’ampleur du chômage des jeunes, mais bon il n’y a pas que ça dans la génération 25 ans…”, écrivait Anna.

    BDA_4531_famest

    Effectivement et pour vous rassurer, voici déjà le portrait de Julien Paquet, jeune entrepreneur de 25 ans, réalisé par Olivier Croughs. Un bel exemple de ce que nous confiait le recteur de l’ULG pendant notre chat: “A 25 ans, certains sont tellement passionnés qu’ils créent leur propre emploi” (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Flavie le 7 January 2014 à 19 h 43 min  

    Le couple à #25ans: un engagement “à petit pas” 

    D’après le sexologue et docteur de l’UCL Armand Lequeux, la notion de couple n’a plus le même sens pour notre génération. Les jeunes de 25 ans avancent à petit pas. On se rencontre, on se revoit, on couche ensemble, (parfois pas forcément dans cet ordre là), on attend de voir si ça colle… Et puis bien plus tard, on affiche ouvertement sa relation en présentant l’élu(e) à ses amis et sa famille. C’est en tout cas ce qu’a confirmé le couple que nous avons interrogé pour notre reportage.

    Le témoignage de nos avatars:

    ficheidentitegeraldineGéraldine, 25 ans en 2014, Carolo et ambitieuse : “J’ai quand même peur de l’engagement c’est sans doute pour ça que je me suis installée en colocation et pas avec mon copain lorsque je suis arrivée sur Bruxelles. J’aurais pu habiter avec lui mais je n’ai pas voulu de ça. On est fort une génération où on veut rester libre et indépendant.” (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • catherine le 6 January 2014 à 17 h 57 min
    Mots-clefs:   

    François-Xavier, jeune agriculteur, a son destin en main : reprendre l’exploitation familiale 

    Lorsque François-Xavier entrouvre la porte du hangar de la ferme, le rayon de lumière qui vient percer l’obscurité dévoile une montagne de pommes de terre, au bord de l’avalanche. « C’est la moitié de notre production de l’année, explique-t-il. L’autre partie se trouve dans le hangar d’à côté. » (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Parache Pascal le 6 janvier 2014 à 21 h 56 min

      Bonjour Francois-Xavier,

      A tout hasard, si tu veux compléter ta formation par un stage sur une exploitation de 4000 ha en Roumanie, tu es le bienvenu. Idem si tu connais quelqu’un que cela pourrait intéresser, pour un stage, voire plus si affinités.

      En tous les cas, bon vent !!

      Permalien | Répondre
    • Pierre Dalun le 7 janvier 2014 à 9 h 10 min

      bon choix François Xavier , d’autant qu’il ne suffit pas d’aller à l’unif pour réussir et y être diplômé….ce que tu sembles sous-entendre :-)

      Permalien | Répondre
  • elodie le 5 January 2014 à 10 h 04 min
    Mots-clefs: sdf   

    À #25ans, on peut aussi vivre dans la rue… 

    Être « hors normes » à 25 ans ne signifie pas uniquement jouir d’un destin exceptionnel, d’une réussite spectaculaire. Être « hors normes », c’est aussi parfois se retrouver hors des clous, en périphérie de la société, hors de toutes les cases dans lesquelles, habituellement, on range notre génération. Sans que ça soit un choix, une ambition d’avenir, une place convoitée. A 25 ans, on peut par exemple, vivre dans la rue…

    GetContent[4] (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Joe Troci le 5 janvier 2014 à 10 h 35 min

      Jusqu’à quand allons-nous laisser faire????????????????????????

      Permalien | Répondre
    • pat le 5 janvier 2014 à 11 h 23 min

      Ou allons nous quel société laissons nous a la future génération une petite révolution peut =être ??

      Permalien | Répondre
    • bampscarine le 5 janvier 2014 à 14 h 01 min

      ce qui est édifiant c’est que confié a une institution pour pourvoir à son éducation et son avenir on l’a mis aux cpas pour s’en décharger drôle de société incapable de s’occuper de ses enfants

      Permalien | Répondre
    • VLL le 5 janvier 2014 à 14 h 46 min

      Ce jeune homme est adulte et ne semble pas souffrir d’handicaps physiques ou mentaux. Ce n’est donc pas a la societe de “s’occuper de lui” mais a lui de s’occuper de lui-meme, en utilisant l’argent percu du CPAS (et donc paye par la societe). Il a commis des erreurs mais semble suffisamment intelligent pour avoir appris de ces erreurs. Pour l’aider a se responsabiliser, je lui conseillerais d’economiser pour se construire une bonne garantie locative et etre presentable. Il ne devrait pas eprouver de difficultes a louer un logement dans ces conditions. De plus, a ma connaissance, le CPAS produit des garanties au proprio, celui-ci a donc peu de raison de refuser a moins que le gars soit vraiment louche. (Il y a d’ailleurs de nombreux trous et zones d’ombre dans son recit).

      Permalien | Répondre
      • G. Dominique le 10 janvier 2014 à 23 h 45 min

        VLL, vous parlez pour parler et ne savez de quoi vous parler.
        Le CPAS ne donne AUCUNE garantie à un proprio. C’est facile de donner des conseils, pour faire des économies, et être bien, quand on a un toit et du fric c’est facile.
        Proposez lui plutot votre aide, plutôt que de le juger.

        Permalien | Répondre
    • Christian le 5 janvier 2014 à 15 h 24 min

      Le monde de la finance a réussi … On ne dit plus j’aimerais réussir dans mon boulot pour devenir riche on dit j’aimerais gagner au win for life ou euro millions… car on sait bien que les riches deviennent riches mais on ne devient plus riche en bossant… en bossant on arrive juste à ne pas devenir pauvre quand tout va bien….

      Le systeme est arrivé droit dans le mur….

      Que faire…

      Permalien | Répondre
    • Observateur le 6 janvier 2014 à 1 h 03 min

    • Assisté le 6 janvier 2014 à 4 h 51 min

      “j’aimerais gagner à l’euromillion, ça m’aiderait bien”… Pfff la phrase du loser par excellence!

      Permalien | Répondre
    • Marie-Claire Bero le 6 janvier 2014 à 13 h 23 min

      Il y aura encore des gens qui finiront par culpabiliser les pauvres. Ils auraient dû, ils doivent, il n’y a qu’à. Bref, le coupable de sa pauvreté ou sa précarité c’est le pauvre lui-même. Une explication que ces gens pensent mal. On nous a surriné qu’il fallait apprendre les langues. C’était l’avenir pour nos jeunes. Même le Roi Albert II en faisait des discours. Maintenant qu’ils sont nombreux à parler plusieurs langues, ils ne trouvent pas d’emploi. Tous les économistes disent que l’Europe n’aura plus que du travail de service. Soyons content, nos jeunes seront engagés avec des Titres-services mais ils parleront plusieurs langues.

      Permalien | Répondre
    • Joe Troci le 6 janvier 2014 à 13 h 59 min

      ‘Assisté’…….Je crois lire dans les propos de Dylan que celui voudrait gagner de l’argent tout simplement….Parce que, quand on ne gagne rien (=Zéro cent) comme lui, un petit boulot rémunéré pour commencer, c’est comme effectivement gagner à l’Euromillions…..Tout est dans la nuance. Nuance qui n’apparait point dans votre commentaire….

      Permalien | Répondre
    • Mia le 9 janvier 2014 à 6 h 34 min

      @Assisté : Mettez vous à sa place, être à la rue n’est pas chose facile, comme décrit dans son récit. Je suis quasiment certaine que si vous étiez à sa place, vous aussi, vous rêveriez de gagner à l’Euromillion.

      Permalien | Répondre
  • Xavier le 5 January 2014 à 8 h 40 min
    Mots-clefs:   

    Marie-France, 25 ans, cherche vainement un emploi 

    Marie-France est le dernier avatar qu’il nous reste à vous présenter. L’équipe de six jeunes de 25 ans sera alors complète pour traverser les différents clichés abordés pendant les 10 prochains jours d’enquête.

    Impression

    C’est à l’agence Manpower de Mons que nous avons rencontré Marie-France, en compagnie d’une “coach pour chômeurs”. Pendant deux heures, elle nous a raconté le combat quotidien qui était le sien : la recherche d’emploi. Que vous parliez avenir, politique ou internet, un sujet revient systématiquement sur la table dans le discours de cette jeune fille d’Antoing : le chômage. S’investir en politique ? Pourquoi pas… pour témoigner de la galère d’une demandeuse d’emploi de longue durée. L’utilisation d’internet ? “Heureusement qu’il y a l’ordinateur pour se changer les idées quand on n’a rien à faire de ses journées”. Et au sujet de ses éventuelles inquiétudes sur l’avenir ? “La seule chose qui me trotte dans la tête le soir avant de me coucher, c’est de trouver un travail”. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Lucille le 6 janvier 2014 à 10 h 40 min

      je trouve ce témoignage criant de vérité, cassant tous les préjugés qu’on peut avoir sur des jeunes recherchant un emploi. Avoir 25 ans et passer son temps à ne pas savoir de quoi sera fait le lendemain et se sentir dévalorisé par la situation: non, le chômage ce n’est pas des vacances!

      Permalien | Répondre
  • Flavie le 4 January 2014 à 6 h 00 min
    Mots-clefs: , , , théâtre   

    David Murgia : «Je grandis dans un secteur dévasté» 

    David Murgia est un jeune acteur belge de 25 ans qui monte. Gagnant du Magritte espoir masculin en 2013 pour son rôle dans le film “La tête la première”, il brille sur scène dans le spectacle qu’il a créé avec Ascanio Celestini “Discours à la nation”.


    Interview de David Murgia au Théatre National par Le_Soir

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Flavie le 3 January 2014 à 8 h 59 min
    Mots-clefs:   

    Géraldine, 25 ans en 2014, Carolo et ambitieuse 

    C’est ce samedi que sera lancée la série spéciale “25 ans” dans la version papier du Soir. Son but : faire un portrait-robot fidèle de cette génération. Et nous avons choisi six jeunes Belges, tous nés en 1989, pour nous suivre tout au long de l’enquête. Il en reste deux à vous faire découvrir. Aujourd’hui : Géraldine.

    ficheidentitegeraldine

    Boucles d’oreilles d’argent en forme de cœur, robe cintrée noire et veste en cuir rose, Géraldine déguste tranquillement un mokaccino au Café de la Presse, Avenue Louise à Bruxelles. « J’ai choisi ce café, parce que c’est ici la première fois qu’on est venu prendre un brunch avec mes colocataires après notre emménagement, il y a un an et demi. » Son appartement, qu’elle partage avec trois amis, se trouve quelques mètres plus loin sur l’Avenue Louise. Géraldine a quand même pris sa voiture pour venir au café. “On tombe vite dans le confort de se déplacer facilement surtout que je ne paie pas l’essence, c’est ma voiture de société.”

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • patrick le 3 janvier 2014 à 10 h 28 min

      Louvain puis Deloitte. Le classique. C’est ce que la plupart des diplômés font en sortant de cette école avec Solvay. Et pourtant… Les juniors sont payés une misère, les horaires peuvent être difficiles surtout en périodes de clôture d’exercice et le métier n’est pas toujours passionant.

      Permalien | Répondre
  • Maxime le 2 January 2014 à 10 h 37 min
    Mots-clefs:   

    Quentin, 25 ans en 2014, ouvrier et préoccupé 

    C’est ce samedi que sera lancée la série spéciale “25 ans” dans la version papier du Soir. Son but : faire un portrait-robot fidèle de cette génération. Et nous avons choisi six jeunes Belges, tous nés en 1989, pour nous suivre tout au long de l’enquête. Reste deux jours pour vous les faire découvrir. Aujourd’hui : Quentin.

    ficheidentitequentin
    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Julien le 2 janvier 2014 à 14 h 56 min

      Vous pensez qu’il est possible de faire des vidéos et montages photo encore moins professionnels? Ou peut être qu’il y a une erreur et que l’on parle de la génération 10 ans plutôt que 25.

      Ok c’est un blog, mais quand même. Le propos n’est pas mis en valeur et ça n’aide pas à faire passer le message d’une jeunesse active et motivée. La forme doit aider le fond et vice versa, ici j’ai l’impression que les deux sont très légers.

      Permalien | Répondre
  • catherine le 1 January 2014 à 18 h 34 min
    Mots-clefs:   

    Gwendoline, 25 ans et maman 

    C’est ce samedi que sera lancée la série spéciale “25 ans” dans la version papier du Soir. Son but : faire un portrait-robot fidèle de cette génération. Et nous avons choisi six jeunes Belges, tous nés en 1989, pour nous suivre tout au long de l’enquête. Après les présentations de Leila et Sophie, au tour de Gwendoline.

    Impression
    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 31 December 2013 à 15 h 36 min
    Mots-clefs: , fete, reveillon, ryd   

    A #25ans, elle est "Responsible Young Driver" pour le Nouvel An 

    Photos Stéphanie MengusL’association Responsible Young Drivers (RYD) enverra probablement un total d’environ 200 jeunes conducteurs bénévoles sur les routes belges, ce mardi, pour la nuit du Nouvel An. Parmi eux, Stéphanie, 25 ans en 2014, qui participe pour la première fois à cette opération qui propose une solution de secours aux fêtards se retrouvant loin de chez eux avec leur voiture mais ayant trop bu que pour pouvoir prendre le volant eux-mêmes.

    Pour elle, qui a perdu son père dans un accident de voiture lié à l’alcool, “l’important, c’est d’être encore là pour fêter le prochain Nouvel An”. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • elodie le 31 December 2013 à 14 h 14 min
    Mots-clefs:   

    Sophie, 25 ans en 2014, Bruxelloise et engagée 

    C’est ce samedi que sera lancée la série spéciale “25 ans” dans la version papier du Soir. Son but : faire un portrait-robot fidèle de cette génération. Et nous avons choisi six jeunes Belges, tous nés en 1989, pour nous suivre tout au long de l’enquête. Reste cinq jours pour vous les présenter. Aujourd’hui : Sophie.

    Impression (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Xavier le 30 December 2013 à 14 h 25 min
    Mots-clefs:   

    Leila, 25 ans en 2014, infirmière et Belge d’adoption 

    C’est ce samedi que sera lancée la série spéciale “25 ans” dans la version papier du Soir. Son but : faire un portrait-robot fidèle de cette génération. Et nous avons choisi six jeunes Belges, tous nés en 1989, pour nous suivre tout au long de l’enquête. Reste six jours pour vous les présenter. Aujourd’hui : Leila.

    ficheidentiteleila (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • AnnCharlotte le 27 December 2013 à 11 h 00 min
    Mots-clefs: agriculture, démonter, ,   

    Les clichés sont faits pour être démontés! 

    Petit retour sur les coulisses du projet génération #25ans. Les jeunes de la rédaction se sont réunis pour tenter de trouver des adjectifs qui qualifient notre génération. Plusieurs pistes sont ressorties de ce brainstorming : génération hyper-connectée, voyageuse, débrouillarde, plus diplômée qu’avant, peu engagée, angoissée, égocentrique, décomplexée… Rappel en images, avec le teaser de l’opération.

    visuel_stop_aux_cliches
    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Flavie le 24 December 2013 à 13 h 41 min
    Mots-clefs: actrice, Pauline Etienne,   

    Pauline Etienne: “A 25 ans, c’est très compliqué de croire en l’avenir” 

    A presque 25 ans, l’actrice ixelloise Pauline Etienne a déjà remporté plusieurs récompenses dont le Magritte du Meilleur espoir féminin en 2011. Révélée par Joachim Lafosse dans Elève libre en 2009, après son premier grand rôle l’année dernière dans La Religieuse, elle tourne actuellement sur le prochain film Eden de la réalisatrice française Mia Hansen-Løve.

    le-bel-age-30-12-2009-6-g

     
    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Flavie le 19 December 2013 à 9 h 55 min
    Mots-clefs: , Speeders Family, sport, Yamakasi   

    J’ai 25 ans et je suis un Yamakasi! 

    Avez-vous déjà vu ces beaux gosses sauter sur les toits, faire des acrobaties sur les murs et escaliers de Louvain-la-Neuve, Liège ou Charleroi ?

    Speeders Family par Le_Soir

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler