Mots-clefs: #25festivals Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • Le Soir le 17 August 2014 à 13 h 34 min
    Mots-clefs: #25festivals,   

    #25festivals : les tops et les flops du Pukkelpop 

    Après avoir enfin trouvé où était Charlie (dans la foule devant l’une des scènes) et après avoir passé trois jours… intenses au Pukkelpop, l’épuisée festivalière #25 se trouve face aux bilans à tirer. Ce festival, l’un des plus gros de Belgique, donne vraiment l’impression d’entrer dans un monde à part, une espèce de grand parc d’attraction complètement régressif, où il est non seulement possible d’écouter de la musique, mais aussi de se faire coiffer, de faire un tour en grande roue, ou encore de jouer au cowboy en montant sur un taureau mécanique à l’air mauvais, le tout avec en fond sonore l’electro entêtante venant de la Boiler Room, située non loin de là. L’ambiance est bon enfant et les chapiteaux ont fait le plein (à cause de la pluie? ), malgré les coups de vent parfois violents. L’incident du début de semaine n’était déjà plus dans les mémoires. Penser le contraire, ce serait oublier qu’en festival, c’est la vie qu’on fête.

    unnamed

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Max la Menace le 17 août 2014 à 14 h 12 min

      “Coup de vieux ?” Snoop Dogg est sur la scène musicale depuis plus longtemps que les QOTSA…

      Permalien | Répondre
      • Miel Delhaye le 17 août 2014 à 16 h 34 min

        Oui c’est vrai. Il parait que Snoop Dogg était super a Pukkelpop? Pour ceux qui ont été cette année, c’était comment l’édition de Pukkelpop 2014 en général?

        Permalien | Répondre
    • A Rochus le 17 août 2014 à 15 h 03 min

      …3 jours de festival, 15 lignes et un pass offert par le journal…On postule où Camille dis donc?…

      Permalien | Répondre
      • Le Soir le 17 août 2014 à 15 h 05 min

        J’ai payé mon pass, ai campé trois jours dans la pluie comme tous les autres festivaliers et je n’avais pas accès à la salle presse. Ce n’est pas “15 lignes”, nous avons plusieurs pages culture du journal consacrées uniquement au Pukkelpop. Je vous invite également à visiter le blog du Soir Frontstage.

        Bonne journée.

        Camille

        Permalien | Répondre
        • Jean-Victor le 17 août 2014 à 15 h 21 min

          Merci Camille! J’ai fait tout les pukkel de 92 à 2001. j’aimerais avoir le temps d’y retourner. Mais il manque une vague. Quelque chose de nouveau,jeune, naif et révolté. L’hédonisme me casse les .

          Permalien | Répondre
        • A Rochus le 17 août 2014 à 17 h 52 min

          Je comprends l’esprit blog mais avoir comme tribune la page principale du quotidien belge le plus lu et produire un article aussi pauvre que celui-là ne rend pas service à la profession que nous essayons de maintenir à flot..Relisez votre compte-rendu d’ici quelques temps et posez-vous la question de ce que va vraiment retenir le lecteur de votre composition…Un seul artiste (vraiment?), la bouffe bobobio et une considération écologique chronique?..Allez, on peut faire mieux!

          Bien à vous :)

          Permalien | Répondre
          • Le Soir le 18 août 2014 à 8 h 25 min

            Ceci est un top et flop, forcément subjectif. J’ai écrit un nombre incalculable de signes sur les festivals cet été que je vous propose de relire.

            Bien à vous.

            Camille

            Permalien | Répondre
    • Michel le 17 août 2014 à 15 h 30 min

      Coup de vieux ? Jusqu’il y a peu, j’allais à un festival ou deux par vacances et j’en revenais casse en 4, bien que n’etant reste qu’un jour ! Faut dire que j’ai 56 piges, hum ? Alors, tant qu’on peut : Long live, rock´n’roll (et vive le métal et les pogos d’enfer)……..

      Permalien | Répondre
    • Miguel le 17 août 2014 à 23 h 57 min

      Dans les Flops, on peut aussi mettre le son de la “Boiler Room” qui pollue les 4 tentes : Castello, Marquee, Shelter et Dance Hall. L’organisation devrait peut-être réfléchir à l’écarter un peu des autres scènes.

      A part ça, l’organisation du Pukkel est vraiment bien huilée, que ça soit sur le site du camping ou dans le festival.

      Permalien | Répondre
    • Pierre le 18 août 2014 à 19 h 34 min

      Le son est mauvais partout! Qotsa, fink et portishead le son était horrible…. Trop de basses! Quel malheur à ce prix là….

      Permalien | Répondre
  • Le Soir le 11 August 2014 à 13 h 33 min
    Mots-clefs: #25festivals, ,   

    La check-list de Caroline au BSF 

    Je croise Caroline devant la Mainstage du BSF (au milieu sur la photo). C’est la troisième année que l’étudiante en droit foule les pavés de la Place des Palais pour y découvrir des nouveaux artistes. Découvrir, c’est le mot. “Je ne viens pas à ce festival pour l’affiche. Il y a d’ailleurs des noms que je connais mais que je n’ai jamais entendus. Je viens pour découvrir des nouveaux artistes“, explique-t-elle de but en blanc. “Ce n’est pas un festival qui me tient plus à cœur que ça, même si j’aime beaucoup l’ambiance.”, continue-t-elle. “Je vais au BSF pour la distraction. Je travaille en août et ça me permet de sortir le soir. J’ai l’impression que le public de ce festival est principalement constitué des gens qui restent à Bruxelles durant l’été“.

    1908382_10152223617531227_5075890105462012409_n (1)

     

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Flavie le 1 August 2014 à 14 h 50 min
    Mots-clefs: #25festivals,   

    #25festivals: Mon Esperanzah ! “Deux week-ends, un même but” 

    Après deux jours à Tomorrowland le week-end dernier, me voici de nouveau dans l’atmosphère des festivals à Esperanzah. Et cette fois, le site où se déchaîneront les passions des amateurs de musique du monde pendant quatre jours ne m’est pas étranger. J’arpente les « collines » de l’abbaye de Floreffe pour la deuxième année consécutive. L’ambiance contraste royalement avec celle de Tomorrowland…

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • max le 1 août 2014 à 21 h 55 min

      Disons qu’il y a tout simplement les hippies pleins aux as et les hippies qui sont fauchés mais qui font semblant de l’avoir choisi. :-)

      Permalien | Répondre
  • Flavie le 27 July 2014 à 18 h 30 min
    Mots-clefs: #25festivals, défi   

    #25festivals Mon défi à Tomorrowland: Survivre sans un euro 

    Je suis arrivée sur le site ce dimanche à 13h30 en ayant mangé un bon déjeuner ce matin. C’est parti pour une journée sans un euro en poche. Je débute le festival sans soucis le ventre plein et rassasiée. Malheureusement, le soleil n’est pas de mon côté. Un peu partout sur le site, des écrans indiquent une température de 27 degrés.
    25072014-PGC_5362PGC © Pablo Garrigos

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Tony le 28 juillet 2014 à 7 h 15 min

      Et faire la manche c’était trop humiliant à essayer ? Pas très téméraire dans le défi…

      Permalien | Répondre
    • pavi le 28 juillet 2014 à 7 h 21 min

      magnifique article

      Permalien | Répondre
    • Fx le 28 juillet 2014 à 8 h 29 min

      Je ne vois pas l’intérêt de cet article. Il n’y a aucune raison que manger gratuitement à Tomorrowland soit plus possible que n’importe où ailleurs. Le festival n’a pas le même but social qu’Emmaus ou les Restos du Cœur. Tenter le coup sur la Grand’Place, à Ostende ou à Walibi ne serait pas plus fructueux.

      Permalien | Répondre
    • lectrice enthousiaste le 28 juillet 2014 à 8 h 51 min

      Je suis soulagée que ce fait ait été établi par une enquête aussi fouillée et approfondie.

      Permalien | Répondre
    • Karlos le 28 juillet 2014 à 11 h 32 min

      fulamerde

      Permalien | Répondre
    • Arno le 29 juillet 2014 à 8 h 35 min

      Je ne sais pas ce que ce journal a contre ce festival… Je n’ai pas lu un seul article positif émanant de la presse francophone à propos de Tomorrowland, pour Dour par contre… (mais bon, c’est en Wallonie c’est vrai).

      J’y suis allé et j’ai pu avoir 5 bières (en une après-midi) sans acheter un ticket… suffit de se baisser, plein de gens en laissent tomber. A 1,5 ticket la bière (soit 3€, ce que je trouve plutôt correct pour un tel événement) et 2,5 ticket la demie (5€). J’aurais pu largement me payer un burger si j’avais voulu. Et l’eau était largement disponible au point “freshpoint” et j’aurais bien voulu voir une image de ce ‘non potable’ parce que justement je m’étais posé la question et j’ai bien cherché sans rien trouver. De plus énormément de monde remplissait leur bouteille d’eau à ces points.

      Un peu d’objectivité ferait du bien aux lecteurs.

      Permalien | Répondre
  • Flavie le 26 July 2014 à 18 h 30 min
    Mots-clefs: #25festivals, disney, enfance   

    #25festivals Mon Tomorrowland: Bienvenue au Disneyland des festivals! 

    Une fois franchies les portes du monde féerique, j’ouvre grand les yeux et pénètre dans cette atmosphère unique. Je ne sais plus où donner de la tête. Un mot me vient à l’esprit “TROP”. De couleurs, de fleurs, de monde, de drapeaux, de torses, de maillots, de scènes, de stands, de nourriture, de costumes bizarres, de chapeaux à plumes, de masques, de Gopros, trop, trop de tout.

    25072014-PGC_5620PGC ©Pablo Garrigos
    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Flavie le 26 July 2014 à 13 h 15 min
    Mots-clefs: #25festivals,   

    #25 festivals la check-list d’Alizée à Tomorrowland 

    Alizée, 23 ans, s’éclate devant Martin Garrix avec sa casquette rose Tomorrowland. Elle est sur le site depuis 10 heures ce matin avec toute sa bande de pote. C’est la première fois que cette Bruxelloise, pilote d’avion, vient à Boom. ” Tout le monde nous dit tout le temps que l’ambiance est géniale à Tomorrowland. On a voulu tester cette année.

    25072014-PGC_5865PGC © Pablo Garrigos (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler