Mots-clefs: Engagement Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • AnnCharlotte le 28 January 2015 à 17 h 42 min
    Mots-clefs: Engagement, , , partis,   

    La FEF réagit aux chiffres sur le pessimisme des jeunes: “Il n’y a pas que les partis politiques pour s’engager” 

    Corinne Martin, présidente de la Fédération des étudiants francophones (FEF), a tenu à réagir sur une série de constats pointés par le thermomètre Solidaris RTBF – Le Soir, sur le pessimisme des jeunes vis-à-vis de la société, de la politique et de l’enseignement.

    martin

    L’ascenseur social en panne: “La démocratisation n’est pas assez qualitative”

    D’après le baromètre, 11% des 18-30 ans estiment que l’échelle sociale fonctionne en Belgique. “Nous le dénonçons depuis de nombreuses années“, entame Corinne Martin. “Quantitativement, une démocratisation s’observe dans l’enseignement supérieur: beaucoup d’étudiants s’inscrivent.” Mais deux problèmes subsistent. Le premier concerne la qualité de la démocratisation: “L’accès à l’université reste problématique pour les étudiants originaires de milieux populaires. Il y a un réel manque d’ouverture“, commente la présidente de la FEF.

    Avant d’évoquer la question de la démocratisation de la réussite: “Beaucoup d’études démontrent que les inégalités se jouent déjà dans le secondaire. Cela se poursuit dans le supérieur, où la maîtrise de certains codes est requise de manière inconsciente. Dans les échanges entre les étudiants, avec les enseignants, au niveau de l’administration… Tout cela peut poser problème dans l’adaptation du jeune.” Pour Corinne Martin, sur ce dernier sujet, on est face à un manque de réponse politique qui devient “de plus en plus criant“.

    Les jeunes ne croient pas en la politique: “Il n’y a pas que les partis”

    C’était sans doute l’information “coup de poing” du jour: seul un jeune sur 20 pense que les partis politiques peuvent vraiment changer les choses, et seuls 4% font confiance aux partis. Corinne Martin rétorque: “Les jeunes sont intéressés par la chose politique au sens initial du terme! Ils s’intéressent aux affaires de la société de manière générale, de la “cité”, ce qui est d’ailleurs la la signification première du grec “polis”. Preuve en est: l’explosion d’endroits où les jeunes peuvent s’engager. Il existe des associations, des mouvements citoyens ou étudiants… Le parti n’est plus le seul canal pour s’engager, je pense que les moyens se sont diversifiés avec le temps.” Mais encore: “Ce n’est pas parce que les jeunes ne se retrouvent pas dans les partis qu’ils ne sont pas engagés politiquement.”

    L’école ne prépare pas assez  à la compréhension de la société: “Travailler davantage sur la citoyenneté”

    Selon Solidaris, 46% pensent que l’enseignement prépare mal à la compréhension du monde et de la société. La FEF réclame depuis longtemps que l’enseignement supérieur travaille  davantage sur l’esprit critique et l’émancipation des jeunes. “C’est aussi une des missions de l’université d’apprendre aux jeunes à devenir des citoyens. On pourrait davantage introduire de formation à la citoyenneté dans l’enseignement supérieur, via davantage d’interdisciplinarité, via une multiplication des points de vue présentés et en invitant plus d’interlocuteurs externes, par exemple.”

    Et vous, quel est votre avis? Vous pouvez réagir sur cette page.

    Crédit photo: Pablo Garrigos

    Permalien | Répondre
     
    • JosephKocks le 28 janvier 2015 à 19 h 20 min

      Et voilà! Des jeunes prêts à se faire manger tout cru par les décideurs de demain…Car, jusqu’à preuve du contraire, tout est politique! Ce que vous mangez, buvez, l’électricité du réveille-matin, l’eau des sanitaires, la sécu, les bus et trains, etc. Ne votez surtout pas et laissez faire!

      Permalien | Répondre
    • B. E. M. le 29 janvier 2015 à 15 h 31 min

      Il faut cesser de nommer “démocratie” le parlementarisme. Le parlementarisme date d’une époque où les gens étaient analphabètes et où le système de communication le plus rapide c’était le cheval. S’exprimer une fois tous les 4 ans ne peut être appelé de la démocratie. La démocratie est née à Athènes, où les citoyens participaient directement à la vie politique, tirés au sort comme des jurés à un procès. Nous sommes majoritairement éduqués, connectés, pourtant nous nous désintéressons de la politique car nous en avons assez d’être représentés. Nous voulons que notre voix compte, pas qu’un parti l’utilise à ses fins. Le parlementarisme est basé sur l’idée que les citoyens n’ont pas le temps ni l’intérêt pour se gouverner eux-mêmes. Depuis nous avons Internet et en moyenne 8 heures de loisirs par jour.

      Le parlementarisme, donc la représentation, sont anachroniques.

      Notre premier ministre actuel a obtenu son poste grâce au népotisme et au mensonge (“je ne gouvernerai pas avec la N-VA”). Qui l’a sanctionné ? Notre système politique encourage la tromperie, mais pire encore ces tromperies découragent le vote. Preuve en est l’augmentation inarrêtable du vote blanc.

      Peu importe son bilan, un ministre n’a pas à s’inquiéter pour sa retraite. Comment pourrait-il défendre des citoyens dont il ne partage plus le sort ? Que la politique soit une carrière au lieu d’un service rendu à la société est une dérive. Nous n’avons plus confiance dans les hommes politiques parce qu’ils défendent leurs intérêts, pas les nôtres. Quel que soit leur âge, les engagés en politique devraient s’en inquiéter.

      Regardez cette vidéo pour en savoir plus : https://www.youtube.com/watch?v=Dahg7XPHu98

      Permalien | Répondre
  • Maxime le 28 January 2014 à 14 h 39 min
    Mots-clefs: , combat, Engagement, , , réaction,   

    Réaction de la FEF : #25ans. Sans combat, sans engagement… vraiment?! 

    Suite à la série d’articles sur la génération #25ans, parus dans le journal Le Soir, la Fédération des Étudiants Francophones a souhaité réagir. En tant qu’organisation de jeunesse, représentative de plus de 120.000 étudiants en Communauté française et interlocutrice dans les concertations entre ceux-ci et les autorités, la FEF donne une vision plus nuancée de la jeunesse à travers différentes thématiques centrales. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Luca Rossi le 29 janvier 2014 à 5 h 06 min

      mobilisation contre le Sanctions Administratives Communales: 2000+/120000+ = 1.67%
      participation aux élections étudiantes de 2013: 27000+/120000+ = 22.5%

      participation ?, engagement ?

      Permalien | Répondre
    • Joachim le 29 janvier 2014 à 10 h 13 min

      Très bon article ! Il est temps de montrer le visage de la Jeunesse ! BRAVO la FEF…

      Permalien | Répondre
    • Marc Evrard le 30 janvier 2014 à 7 h 49 min

      Avant de critiquer et de poser vos conditions dans ce monde qui sera vôtre,montrez vos capacités d’adaptation,votre jugement exact de votre environnements et de grâce ne succombez pas appels fallacieux des gauchistes qui malheureusement pullulent en Belgique.
      Je remarque que les deux derniers présidents de votre mouvements sont:

      Henry éminent écolo qui participe gaiement au gâchis du photovoltaïque et des éoliennes.
      Mertens nouveau président du PTB,sachez qu’il représente les partis qui ont plus de 100 millions de morts sur leurs consciences.

      Réfléchissez,jeunes amis

      Permalien | Répondre
  • Gil le 12 January 2014 à 19 h 11 min
    Mots-clefs: Engagement,   

    Les jeunes engagés en politique 

    « Les jeunes ne s’engagent plus », « génération bof », « ils ne se préoccupent que d’eux-mêmes » : autant d’accusations faites aux #25 mais sont-elles réellement justifiées? En tout cas pas pour les jeunes qui ont décidé de rejoindre les jeunes de partis et de s’engager politiquement. Voici leur nombre et leur répartition. Ces chiffres nous ont été communiqués par les représentants des jeunes des partis. Cependant, les méthodes de calcul diffèrent selon les mouvements, ce qui explique les différences si importantes entre les partis. Prudence donc.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Kash le 13 janvier 2014 à 14 h 35 min

      On peut avoir une légende et des sources pour le camembert?

      C’est le minimum syndicale quand on publie un graph.

      Permalien | Répondre
    • Gil le 13 janvier 2014 à 17 h 51 min

      Ces chiffres nous ont été communiqués par les représentants des jeunes des partis. Cependant, les méthodes de calcul diffèrent selon les mouvements, ce qui explique les différences si importantes entre les partis. Prudence donc.

      Permalien | Répondre
    • Jean-Luc le 14 janvier 2014 à 9 h 33 min

      Ce qui manque profondement aux jeunes, c’est l’esprit d’entreprendre tant en politique mais surtout au niveau du boulot, ils doivent oser créer leur propre emploi et ne plus vivre en espérant que l’Etat les aidera via des allocations de toute sorte, internet offre des tas de possibilités autres que consulter bêtement des infos……….
      J’ai confiance en la jeunesse si elle se prend en main…..

      Permalien | Répondre
    • Pierre le 14 janvier 2014 à 9 h 43 min

      Merci d’avoir appelé à la prudence, toutefois,
      Peut-on avoir une information à propos des modes de calcul ?
      Sans c’est aussi informatif qu’un diagramme fait au feeling, les chiffres sont, de plus, bien ronds et donc sans doute des approximations.

      Permalien | Répondre
  • Maxime le 11 January 2014 à 12 h 11 min
    Mots-clefs: Engagement,   

    #25ans, une génération sans idoles? 

    Quelles sont vos idoles ? Nous avons posé la question aux représentants des jeunes des partis politiques.


    Jeunes Présidents de partis : quelle est votre… par Le_Soir

    Mais avoir 25 ans en 2014 et se poser la question de ses idoles, c’est d’abord se sentir un peu ridicule. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 11 January 2014 à 8 h 34 min
    Mots-clefs: , Engagement   

    Le chiffre: 25 

    ce (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 11 January 2014 à 7 h 47 min
    Mots-clefs: , Engagement   

    #25, génération non engagée? “Les mouvements citoyens, la façon la plus efficace de se révolter” 

    Près de 70% des jeunes n’ont plus confiance dans la politique. S’ils s’engagent moins via les canaux traditionnels, ne s’engagent-ils plus pour autant? A moins qu’ils ne le fassent simplement différemment… Voici l’avis de nos avatars sur la question.

     

    ImpressionSophie, 25 ans en 2014, Bruxelloise et engagée : “Je crois que c’est important qu’il y ait une confiance dans le monde politique tout comme c’est important que les gens se révoltent d’une façon ou d’une autre pour faire entendre leur voix. Si on reste juste dans son fauteuil, derrière la télé, rien ne va changer. Je crois que les mouvements citoyens sont la façon la plus efficace de se révolter, de se regrouper et de se faire entendre mais c’est une partie des choses seulement : on devra toujours convaincre les politiciens car ils auront toujours le dernier mot. C’est pour ça que je crois que c’est important d’avoir confiance dans le politique ou de nous-mêmes prendre les choses en main en s’investissant dans la politique. Quand on veut faire entendre sa voix, il faut s’engager.  Et une des façons de le faire, c’est la politique. En votant mais aussi en s’investissant directement à l’intérieur du système pour le changer. Les deux vont ensemble. Ce n’est pas l’un ou l’autre, mais l’un et l’autre.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • elodie le 10 January 2014 à 18 h 17 min
    Mots-clefs: , Engagement   

    Les #25 sont-ils vraiment moins engagés? 

    indignés« Les jeunes ne s’engagent plus », « génération bof », « ils ne se préoccupent que d’eux-mêmes » : autant d’accusations faites aux #25 mais sont-elles réellement justifiées? D’après Geoffrey Pleyers, professeur à l’UCL de sociologie des mouvement sociaux et de la globalisation, c’est un leitmotiv qui a toujours existé, génération après génération… Et puis, que signifie véritablement « s’engager »? « Si on parle de cartes de parti, ça c’est certain, les jeunes en ont moins. Mais si s’engager, c’est se soucier de son milieu au quotidien… », pondère le (jeune) chercheur.
    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Maxime le 10 January 2014 à 16 h 20 min
    Mots-clefs: Engagement, mouvements de jeunesse, patro, scout,   

    Animateur dans un mouvement de jeunesse, une autre forme d’engagement? 

    Depuis trois ans, Elodie est la présidente d’un mouvement de jeunesse. “Une expérience qui a développé chez moi des qualités que je ne soupçonnais pas“. Lorsqu’on lui soumet le cliché d’une génération qui ne s’engage pas, elle répond du tac au tac : “Comment ça? Je ne vois pas pourquoi on s’engagerait moins que la génération précédente“. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Flavie le 4 January 2014 à 6 h 00 min
    Mots-clefs: Engagement, , , théâtre   

    David Murgia : «Je grandis dans un secteur dévasté» 

    David Murgia est un jeune acteur belge de 25 ans qui monte. Gagnant du Magritte espoir masculin en 2013 pour son rôle dans le film “La tête la première”, il brille sur scène dans le spectacle qu’il a créé avec Ascanio Celestini “Discours à la nation”.


    Interview de David Murgia au Théatre National par Le_Soir

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 2 January 2014 à 10 h 56 min
    Mots-clefs: , Engagement, , , ,   

    A #25ans, ils ne s’engagent plus “par manque de temps” 

    A #25ans, êtes-vous engagés ? Cette question a suscité des commentaires et des témoignages très divers. “Oui, pour agir contre un système inéquitable”, a répondu une majorité d’entre vous. Mais un tiers des répondants reconnait ne plus s’engager. Pourquoi? Principalement par manque de temps, peut-on lire dans les témoignages. Mais ce ne sont pas les seules raisons. Voici un résumé du sondage auquel vous pouvez toujours participer.

    BAHRAIN-POLITICS-UNREST-DEMO-MEDIA

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 31 December 2013 à 10 h 56 min
    Mots-clefs: , Engagement, , , ,   

    A #25ans, êtes-vous engagés ? “Oui, pour agir contre un système inéquitable” 

    “A 25 ans, on ne s’engage plus”: c’est l’un de nos clichés à démont(r)er. Une affirmation déjà battue en brèche par les présidents des mouvements jeunes des partis francophones, invités pour un débat à la rédaction. Ils expliquent les raisons de leur engagement.


    Pourquoi s’engager ? par Le_Soir

    Mais au delà de l’engagement politique, quelles sont les domaines dans lesquels les jeunes s’engagent aujourd’hui ? Et combien sont-ils ? Voici les premières réactions recueillies.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 18 December 2013 à 11 h 14 min
    Mots-clefs: Engagement,   

    Jeunes en politique, qu’est-ce que ça change ? 

    Les hommes et femmes politiques de demain ont aujourd’hui 25 ans. Qui sont-ils? Le Soir a organisé, ce mercredi, un grand débat en présence des présidents des mouvements jeunes des partis francophones. Comment feront-ils de la politique demain ?

    Le débat

    Le résumé de leurs réponses se trouve ci-dessous.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Valentin D. le 18 décembre 2013 à 16 h 25 min

      Il n’y aura pas de diffusion vidéo ?

      Permalien | Répondre
    • Kalipso (@RomainMiraglia) le 18 décembre 2013 à 16 h 37 min

      Pourquoi ne pas avoir organisé une visio conférence via Google+ & une chaîne Youtube? :) Dommage, j’aurais bien suivi le débat en live ;)

      Faites bien ça!

      Romain

      Permalien | Répondre
    • Koala777 le 18 décembre 2013 à 17 h 42 min

      Peu importe que l’on soit jeune pourvu que l’on soit ” fils ou fille de… “

      Permalien | Répondre
    • Lucille le 18 décembre 2013 à 20 h 37 min

      Y a t-il podcast ou une vidéo du débat quelque part pour le revoir?

      Permalien | Répondre
    • dominique le 19 décembre 2013 à 7 h 26 min

      ils ont raison car ils auront toujours un salaire, si pas élus, intercommunales donc avenir assuré..pour eux.

      Permalien | Répondre
    • Cédric G le 19 décembre 2013 à 19 h 37 min

      J’ai eu la chance d’être élu échevin à 21 ans en octobre 2012… Je me suis présenté avec tout mon idéalisme (dans le libéralisme dans mon cas) devant les citoyens. Certains, à tord ou à raison, pensaient que j’étais trop jeune… Heureusement, d’autres pensaient que mes idées n’étaient pas irréalisables!

      Cela fait un an que je suis échevin… Et très étonnamment j’ai l’impression (juste une impression, donc c’est totalement subjectif) que ce sont les 40 ans et plus qui croient le plus en ce que je fais. Il y a évidemment beaucoup de jeunes qui me témoignent aussi du soutien, mais dans une moindre mesure.

      Peut-être sont-ils plus méfiants vis à vis de la politique par rapport à leurs parents… En fait, j’en suis persuadé. Mais malgré leur méfiance, ils se posent tous des questions sur la politique et le socio-économique. Je rejoins Lora Nivesse lorsqu’elle dit que ce n’est pas une génération désengagée… Elle est fortement engagée mais plus méfiante. Il faut donc continuer le dialogue avec la jeunesse qui m’épate chaque jour :)

      Permalien | Répondre
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler