Mots-clefs: études Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • Le Soir le 12 September 2014 à 13 h 46 min
    Mots-clefs: démocratique, dupriez, égalité, études, , , ,   

    L’université est-elle suffisamment démocratique? “Non” 

    Students, Universities, Youth, Education, Degrees, Graduate Studies, Academic Sessions, Young students, ULB , Universite Libre de Bruxelles , Brussels ,Vincent Dupriez, professeur de science de l’éducation à l’UCL a co-réalisé une étude en 2010 qui s’intéressait aux profils des étudiants qui débutaient à l’université. Il répond à nos questions.

    Tous les étudiants sont-ils égaux face à l’institution universitaire?

    Lors de différentes recherches, nous avons pu constater que non. Pour l’année académique 2009-2010, entre 55 et 70 % des étudiants arrivant à l’UCL, l’ULG et l’ULB avaient un père diplômé de l’enseignement supérieur. Le chiffre est d’autant plus impressionnant que l’on a également remarqué qu’à peine 30 % des hommes entre 40 et 64 ans, ce qui correspond à l’âge probable des parents, étaient titulaires d’un diplôme du supérieur. Il est donc très clair que les étudiants issus de familles culturellement favorisées sont largement sur-représentés à l’université.

    Par ailleurs, nous avons essayé de remonter jusqu’à 25 ans et nous nous sommes aperçu que ces proportions n’avaient pas beaucoup évolué. L’université accueille chaque année 1% d’étudiants en plus, mais les proportions restent les mêmes. Enfin, on observe tout de même une démocratisation de l’accès, il s’agit des femmes. Elles sont les plus nombreuses à venir de milieux culturellement défavorisés. Et elles ont tendance à mieux réussir que les garçons.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Darak le 12 septembre 2014 à 14 h 32 min

      Encore une étude de bas étage qui travestit les faits, on ose encore et toujours prétendre que l’élément essentiel au fait de retrouver un enfant à l’université est l’aide externe alors qu’il s’agit d’un facteur secondaire à la façon dont son environnement et par conséquent lui même considère les dites études. Si son entourage n’accorde pas d’importance aux études il aura lui même tendance à ne pas en accorder et par conséquent n’en fera pas. La solution tient dans l’éducation de l’enfant et de ses parents quant à l’importance des études ainsi que l’importance du support parental dans les dites études et ce depuis les primaires. Mettez les parents/la famille face à leur responsabilité dans l’éducation de leur enfant au lieu de les déresponsabiliser de manière systématique.

      Permalien | Répondre
    • Réverbères le 12 septembre 2014 à 18 h 47 min

      Mais, Darak, ce que vous dites ne fait-il pas que confirmer les résultats objectifs de cette “étude de bas étage qui travestit les faits” ? Du moins c’est ce que vous énoncez sans vraiment étayer votre propos assez contradictoire !

      Permalien | Répondre
    • Monsieur Wojtila le 12 septembre 2014 à 21 h 04 min

      Quand je dois interroger un etudiant, je ne sais pas – et je n’ai d’ailleurs aucun moyen de savoir – si ses parents ont fait des etudes ou pas. Ca ne m’interesse pas. Pas plus que s’il collectionne des timbres-poste ou s’il a pris une cuite la veille. S’il connait son cours au point qu’il peut jongler avec lui, il reussit. S’il n’a pas ete foutu d’etudier, il rate. Et ca se voit apres 2 minutes. Au point que je n’ai jamais eu de reclamation d’etudiants buses: quand ils sortent de l’examen, ils sont parfaitement conscients qu’ils ont foire s’il n’ont pas etudie.

      Permalien | Répondre
    • Hadrien le 13 septembre 2014 à 10 h 43 min

      La démocratie , c’est l’égalité des droits et des devoirs, PAS l’égalité des résultats. En ce sens notre système scolaire est parfaitement démocratique.

      Permalien | Répondre
    • Ada le 14 septembre 2014 à 13 h 51 min

      Hélas, j’en suis témoin, ce n’est principalement qu’un pâle petit monde de “fils de…” et de “fifille de…”.

      Permalien | Répondre
    • Ada le 14 septembre 2014 à 14 h 17 min

      Je m’étonne du peu de commentaires. Il me semble que c’est bien filtré ici. Comment peut-on débattre si certaines vérités sont empêchés d’être dévoilé ?
      Pour “Le Soir”, journal du “très politiquement correct”.

      Permalien | Répondre
  • Gil le 6 January 2014 à 9 h 39 min
    Mots-clefs: , , études, ,   

    Le chiffre: 3,9 

    csd (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Denis le 6 janvier 2014 à 11 h 41 min

      Très intéressant! Autre proposition de chiffres : Pourcentage de demandeurs d’emploi par niveau de qualification. Vous avez ça en magasin? :-)

      Permalien | Répondre
      • Xavier le 6 janvier 2014 à 12 h 32 min

        Exemple à Bruxelles pour les jeunes nés en 89 (chiffres Actiris de novembre 2013) :

        • 3474 demandeurs d’emplois bruxellois
        • Parmi eux, 46% ont un faible niveau d’études, 34% un niveau moyen, et 10% un diplôme de supérieur.

        Deuxième élément de réponse sur les chiffres du chômage en Belgique (calculé sur la population active sur le troisième trimestre 2013) :

        • 24,5 % des jeunes actifs de 18-24 ans sont au chômage
        • Ce taux atteint 39,5% pour les bas diplômes

        En espérant avoir répondu à votre demande.

        Permalien | Répondre
    • Quentin le 6 janvier 2014 à 11 h 59 min

      faudrait mettre ces chiffres en relation avec le % de personne dans chaque type de qualification.

      Permalien | Répondre
    • 4saken le 6 janvier 2014 à 14 h 23 min

      Je me demande ce que deviennent ces chiffres dans cette fameuse population de 20% de belges qui détient 60% du patrimoine (belge, donc)?

      Permalien | Répondre
      • Xavier le 6 janvier 2014 à 15 h 46 min

        Là, vous m’en demandez trop ;-)

        Permalien | Répondre
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler