Mots-clefs: génération Y Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • elodie le 11 June 2014 à 6 h 44 min
    Mots-clefs: génération Y   

    «Génération Y», fantasme médiatique? 

    Sacrifiée! Il y a quelques mois, lorsque nous lancions le projet #25, grande enquête sur la génération des jeunes nés en 1989, c’est d’emblée le qualificatif qui s’imposait chez les internautes: vainement à la recherche d’un emploi, ou enchaînant les jobs précaires sous-payés, contraints d’opter pour la coloc’ et voyant leurs rêves de propriété s’étioler, le moral bouffé par un horizon apocalyptique sur tous les plans, les jeunes adultes clament leur désarroi, entre morosité ou révolte.

    Et soudain, sous ce ciel que l’on pensait si plombé, l’enquête de la VUB semble presque repousser les nuages noirs à grand renfort de prévisions estivales. Les détails de l’étude. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Syllepse le 13 juin 2014 à 9 h 37 min

      L’enquête évoquait aussi : « Mais cet optimisme personnel tranche avec une vision sombre de l’avenir de la société en général. Ce paradoxe témoignerait […] d’un recentrage sur le privé de la jeune génération » (cf. article du Soir du 11juin). Un devenir individuel radieux, dans un monde sans avenir collectif. Ils sont 80% à être persuadés qu’ils vont se sortir (à titre individuel) du lot (de misères collectives dont ils perçoivent pourtant l’approche). À la limite, ce serait encore plus ou moins crédible si les indices de cet optimisme individuel n’étaient pas les critères de réussite de la génération précédente (niveau de vie, situation financière, sécurité d’emploi, confort de l’habitation, loisirs, santé, environnement), mais ce n’est même pas le cas. Alors, à votre avis, quel type de société se dégagera d’une telle posture existentielle ?

      Permalien | Répondre
  • Xavier le 19 December 2013 à 18 h 00 min
    Mots-clefs: , génération Y, paul magnette   

    Paul Magnette : “La description qu’on fait de la génération Y est trop belle pour être vraie” 

    Mardi, le président du parti socialiste Paul Magnette  a consacré la chronique qu’il publie chaque quinzaine chez nos confrères du Standaard à la “génération Y”. Vous retrouverez cette chronique ci-dessous. Et si vous voulez nous soumettre une carte blanche sur les défis liés à cette génération #25, n’hésitez pas. Une seule adresse : forum@lesoir.be

    MAGNETTE

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Béatrice Decoop le 20 décembre 2013 à 8 h 55 min

      Ce ne sont pas les sociologues qui ont mis ce thème à la mode (ils savent très bien que la jeunesse est trop hétérogène pour être globalement qualifiée)… mais les marketeurs et certains journalistes auto-proclamés “Y-ologue” (ce terme n’est pas de moi mais je le trouve bien trouvé ;) . Vous présentez la version séduisante de la génération Y, il y aussi la version opposée, celle qui leur prête tous les maux, la version moderne du rejet de la jeunesse qu’ont toujours plus ou moins partagé les anciens depuis Socrate : “Notre jeunesse (…) est mal élevée. Elle se moque de l’autorité et n’a aucune espèce de respect pour les anciens. Nos enfants d’aujourd’hui (…) ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans une pièce. Ils répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler. Ils sont tout simplement mauvais.” Maintenant, par rapport à ce qu’il se passe dans les entreprises, on ne peut pas nier les changements, notamment la désacralisation du pouvoir, de l’autorité, l’évolution vers des modes de travail sans doute plus collaboratifs, des formes d’organisation moins hiérarchiques et pyramidales… mais bon, c’est loin d’être généralisé… cela s’illustre pour l’instant essentiellement dans le modèle des start-up. Il y a un penseur américain que j’aime bien sur ces questions-là, Jeremy Rifkins dont je vous invite à consulter les ouvrages si cela n’est déjà fait. Bravo pour votre article et le fait de rappeler la réalité difficile dans laquelle vivent de nombreux jeunes chez nous aujourd’hui.

      Permalien | Répondre
    • G.C le 23 décembre 2013 à 8 h 30 min

      Je répond à la version opposée, propos dont j’ai du mal à voir votre avis, vu qu’ils sont entre guillements. Je pense que beaucoup de jeunes sont encore bien élevé et poli. Mais nous n’avons sans doutes pas la même notion de politesse. Personnellement, j’en ai que faire de tout les protocoles: “se lever quand un personne agée entre dans la pièce”? Je vois pas en quoi cela montre le respect. Et quand bien même je préférerai ne pas me lever dans pareil cas, et essayer d’être convivial et solidaire avec les personnes agées, au lieu de les “stocker” dans les maisons de repos. Après il y a toujours quelque chose entre le tout et le rien, il y a un juste milieu. Le tout est de rester critique et objectif pour pouvoir avancer!

      Permalien | Répondre
      • Béatrice Decoop le 14 mars 2014 à 17 h 29 min

        j’avoue que je prends parfois des raccourcis et que je n’ai peut-être pas été très claire. Je voulais tout simplement dire que Paul oublie d’évoquer dans son article la version critique de la génération Y à laquelle bien entendu, comme vous, je n’adhère pas. En résumé je dis que nos sociétés ont toujours critiqué les jeunes depuis Socrate, que cela n’a rien de nouveau. C’est une manière de refuser le changement en oubliant ce qu’on a été soi-même.

        Permalien | Répondre
    • Rachel le 2 janvier 2014 à 13 h 37 min

      Un monde du travail qui a changé de camp..JEUNES ET MOINS JEUNES sont de plus en plus inquiets face à une technologie qui change rapidement et dont les coûts d’acquisition sont transférés sur le compte des particuliers. Désinvestissements des entreprises dans les centres professionnels de formation ,,,, sélectivités “sévères” des centres de formation publics et procédures d’exécution de mise à disposition GRATUITE de “stagiaires”, “étudiants”, en fin de formation, pendant plusieurs mois. Est-ce réellement, une voie royale vers l’emploi ?

      Permalien | Répondre
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler