Mots-clefs: politique Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • AnnCharlotte le 28 January 2015 à 17 h 42 min
    Mots-clefs: , , , partis, politique   

    La FEF réagit aux chiffres sur le pessimisme des jeunes: “Il n’y a pas que les partis politiques pour s’engager” 

    Corinne Martin, présidente de la Fédération des étudiants francophones (FEF), a tenu à réagir sur une série de constats pointés par le thermomètre Solidaris RTBF – Le Soir, sur le pessimisme des jeunes vis-à-vis de la société, de la politique et de l’enseignement.

    martin

    L’ascenseur social en panne: “La démocratisation n’est pas assez qualitative”

    D’après le baromètre, 11% des 18-30 ans estiment que l’échelle sociale fonctionne en Belgique. “Nous le dénonçons depuis de nombreuses années“, entame Corinne Martin. “Quantitativement, une démocratisation s’observe dans l’enseignement supérieur: beaucoup d’étudiants s’inscrivent.” Mais deux problèmes subsistent. Le premier concerne la qualité de la démocratisation: “L’accès à l’université reste problématique pour les étudiants originaires de milieux populaires. Il y a un réel manque d’ouverture“, commente la présidente de la FEF.

    Avant d’évoquer la question de la démocratisation de la réussite: “Beaucoup d’études démontrent que les inégalités se jouent déjà dans le secondaire. Cela se poursuit dans le supérieur, où la maîtrise de certains codes est requise de manière inconsciente. Dans les échanges entre les étudiants, avec les enseignants, au niveau de l’administration… Tout cela peut poser problème dans l’adaptation du jeune.” Pour Corinne Martin, sur ce dernier sujet, on est face à un manque de réponse politique qui devient “de plus en plus criant“.

    Les jeunes ne croient pas en la politique: “Il n’y a pas que les partis”

    C’était sans doute l’information “coup de poing” du jour: seul un jeune sur 20 pense que les partis politiques peuvent vraiment changer les choses, et seuls 4% font confiance aux partis. Corinne Martin rétorque: “Les jeunes sont intéressés par la chose politique au sens initial du terme! Ils s’intéressent aux affaires de la société de manière générale, de la “cité”, ce qui est d’ailleurs la la signification première du grec “polis”. Preuve en est: l’explosion d’endroits où les jeunes peuvent s’engager. Il existe des associations, des mouvements citoyens ou étudiants… Le parti n’est plus le seul canal pour s’engager, je pense que les moyens se sont diversifiés avec le temps.” Mais encore: “Ce n’est pas parce que les jeunes ne se retrouvent pas dans les partis qu’ils ne sont pas engagés politiquement.”

    L’école ne prépare pas assez  à la compréhension de la société: “Travailler davantage sur la citoyenneté”

    Selon Solidaris, 46% pensent que l’enseignement prépare mal à la compréhension du monde et de la société. La FEF réclame depuis longtemps que l’enseignement supérieur travaille  davantage sur l’esprit critique et l’émancipation des jeunes. “C’est aussi une des missions de l’université d’apprendre aux jeunes à devenir des citoyens. On pourrait davantage introduire de formation à la citoyenneté dans l’enseignement supérieur, via davantage d’interdisciplinarité, via une multiplication des points de vue présentés et en invitant plus d’interlocuteurs externes, par exemple.”

    Et vous, quel est votre avis? Vous pouvez réagir sur cette page.

    Crédit photo: Pablo Garrigos

    Permalien | Répondre
     
    • JosephKocks le 28 janvier 2015 à 19 h 20 min

      Et voilà! Des jeunes prêts à se faire manger tout cru par les décideurs de demain…Car, jusqu’à preuve du contraire, tout est politique! Ce que vous mangez, buvez, l’électricité du réveille-matin, l’eau des sanitaires, la sécu, les bus et trains, etc. Ne votez surtout pas et laissez faire!

      Permalien | Répondre
    • B. E. M. le 29 janvier 2015 à 15 h 31 min

      Il faut cesser de nommer “démocratie” le parlementarisme. Le parlementarisme date d’une époque où les gens étaient analphabètes et où le système de communication le plus rapide c’était le cheval. S’exprimer une fois tous les 4 ans ne peut être appelé de la démocratie. La démocratie est née à Athènes, où les citoyens participaient directement à la vie politique, tirés au sort comme des jurés à un procès. Nous sommes majoritairement éduqués, connectés, pourtant nous nous désintéressons de la politique car nous en avons assez d’être représentés. Nous voulons que notre voix compte, pas qu’un parti l’utilise à ses fins. Le parlementarisme est basé sur l’idée que les citoyens n’ont pas le temps ni l’intérêt pour se gouverner eux-mêmes. Depuis nous avons Internet et en moyenne 8 heures de loisirs par jour.

      Le parlementarisme, donc la représentation, sont anachroniques.

      Notre premier ministre actuel a obtenu son poste grâce au népotisme et au mensonge (“je ne gouvernerai pas avec la N-VA”). Qui l’a sanctionné ? Notre système politique encourage la tromperie, mais pire encore ces tromperies découragent le vote. Preuve en est l’augmentation inarrêtable du vote blanc.

      Peu importe son bilan, un ministre n’a pas à s’inquiéter pour sa retraite. Comment pourrait-il défendre des citoyens dont il ne partage plus le sort ? Que la politique soit une carrière au lieu d’un service rendu à la société est une dérive. Nous n’avons plus confiance dans les hommes politiques parce qu’ils défendent leurs intérêts, pas les nôtres. Quel que soit leur âge, les engagés en politique devraient s’en inquiéter.

      Regardez cette vidéo pour en savoir plus : https://www.youtube.com/watch?v=Dahg7XPHu98

      Permalien | Répondre
  • Gil le 7 May 2014 à 12 h 13 min
    Mots-clefs: politique,   

    Les jeunes sont-ils plus intéressés par la fiscalité que par l’environnement ? (Sondage) 

    Quels sont les thèmes qui déterminent votre vote ? L’emploi, la fiscalité, l’enseignement ou le logement ? Nous vous avons posé la question après avoir fait l’analyse des mesures qui ciblent les jeunes dans les programmes des partis politiques. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 2 May 2014 à 10 h 21 min
    Mots-clefs: politique,   

    Sondage: quels sont les thèmes qui déterminent votre vote ? 

    Nous avons fait l’analyse des mesures qui ciblent les jeunes dans les programmes des partis politiques. Résultat: trop de flou mais de nombreuses convergences. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 2 May 2014 à 6 h 30 min
    Mots-clefs: politique, programme   

    Ce que proposent les partis politiques pour les jeunes 

    Il y a trois mois, Le Soir réunissait les présidents des grands partis francophones pour un débat sur la jeunesse de 25 ans (ou presque), dans le cadre de l’opération #25. Emploi, enseignement, logement, autant de thématiques abordées avant la campagne pour prendre le pouls au sein des différents partis. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Pirson le 4 mai 2014 à 0 h 11 min

      Ce que je regrette le plus, c’est qu’on propose de faire des économies, mais sans tenir compte que couper les budgets, qui sont indispensable au bon fonctionnement de l’Etat, de ses institutions et services à la population, c’est de la démagogie.
      C’est comme si je disais à ma famille, c’est la crise, à partir de demain je coupe le budget nourriture de 50 %. C’est facile à dire, mais c’est un manque de responsabilité vis à vis de sa famille. Je vote pour le parti qui présente un plan financier, pour que chaque euro dépensé le soit à bon escient. Il faut gérer et améliorer l’efficacité de tous les acteurs qui dépensent l’argent des contribuables. Il faut des gens intègres et efficaces pour faire fonctionner un Etat.

      Les débats, c’est démontrer que l’autre est plus con que vous. Ou c’est faire fonctionner la peur, on va vous couper les vivres, on va supprimer l’index, on va diminuer les impôts, on va créer de emploi. C’est minable.
      Un chef d’entreprise, ne vous parlera jamais comme cela, il a des objectifs, des projets et il vous expliquera comment il pense les atteindre.

      Permalien | Répondre
  • Xavier le 7 April 2014 à 15 h 38 min
    Mots-clefs: politique   

    Quand la génération sacrifiée fait “Controverse” 

    Depuis quelques semaines, la fiscalité s’est imposée comme le thème phare de la campagne électorale. Chaque parti y va de sa réforme/électrochoc/révolution fiscale, oscillant entre du “budgétairement neutre” et une modique réforme à 5 (ou 15?) milliards. Quid de la jeunesse dans tout ça ? Rassurez-vous, elle n’est pas complètement oubliée.

    La preuve, Dominique Demoulin lui a consacré la majeure partie de son émission dominicale Controverse (RTL). Et les partis n’étaient pas seuls pour débattre autour de la table, où quatre jeunes ont également été conviés pour faire part de leur expérience.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 4 March 2014 à 8 h 11 min
    Mots-clefs: , , politique   

    Avant les élections, les promesses d’emploi pour les jeunes se multiplient 

    C’est la fête à l’emploi! Depuis le début de la campagne, et ces derniers jours en particulier, les présidents de parti promettent sans ciller la création de dizaines de milliers d’emplois. Tout bénéfice  pour les jeunes ? (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • AnnCharlotte le 31 January 2014 à 18 h 00 min
    Mots-clefs: , cdh, ecolo, jeunesse, politique   

    Campagne: le CDH et Ecolo ciblent la jeunesse 

    La campagne a bien démarré! Et, à l’horizon du scrutin de mai, la jeunesse représente un enjeu important pour les partis et un réel réservoir de votes potentiels.

    Le Soir

    Mardi, lors de ses voeux à la presse, le président du CDH Benoît Lutgen  a désigné la jeunesse comme “chantier absolu pour la prochaine législature“. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • DEMEZ Robin le 27 février 2014 à 9 h 28 min

      Merci enfin de parler de relocalisation de l’économie, la prospérité sans croissance “doit” débuter au plus tôt.

      Permalien | Répondre
  • Gil le 20 January 2014 à 9 h 29 min
    Mots-clefs: drogue, politique   

    “Les jeunes MR ont-ils abusé de la fumette ?”: Charles Michel rejette l’idée d’une dépénalisation des drogues douces 

    “Les jeunes MR ont-ils abusé de la fumette ?”. C’est avec cette question provocatrice que Fabrice Grosfilley a interrogé, ce lundi matin sur Bel RTL, Charles Michel sur la position des Jeunes MR concernant une réforme de la législation en matière de drogues. Pour rappel, Lora Nivesse, présidente des Jeunes MR, avait défendu son point de vue dans un débat organisé par Le Soir. “Une légalisation des drogues douces et dépénalisation de la consommation des drogues dures”, avait-elle alors défendu. Cette position se retrouve également dans le programme des Jeunes MR pour la campagne.


    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Moi le 20 janvier 2014 à 11 h 06 min

      Ah c’est sur que le MR et cDh : meme etroitesse d’esprit.

      On n’est pas sorti de l’auberge …

      Permalien | Répondre
    • PL le 20 janvier 2014 à 11 h 27 min

      C’est bien le MR fait la campagne des autres…
      Ils ont perdu ma voix à la région pour Borsu et son Eolien.
      Au fédéral pour cette étroitesse d’esprit…

      Permalien | Répondre
    • MalPat le 20 janvier 2014 à 13 h 45 min

      Je voyais encore un reportage où ils se déplacaient à 4 de la PJ pour faire une perquisition et y trouver 3gr + 2 plantes… lol
      …à un moment où l’on se plaint du manque d’effectifs, de justice surchargée et de prisons bondées
      …avec le Colorado et Washington qui dépenalisent
      , ça fait plus vieux réac que jeune libéral dynamique sa non-proposition politique
      Con, pour une fois qu’il en avait une…bonne !
      Manquerait pas un parti Libéral en Belgique…à côté des Conservateurs MR ?

      Permalien | Répondre
    • Baudouin Petit le 20 janvier 2014 à 17 h 48 min

      En tout cas, on a le droit de se demander ce qui a piqué Charles Michel, s’il jouissait vraiment de toutes ses facultés, ou s’il ne souffrait pas de graves pertes de mémoire, quand il a condamné l’initiative des jeunes de son parti, conforme à la position adoptée par le Bureau élargi du PRL FDF MCC en 1998, à l’initiative du FDF….

      Permalien | Répondre
    • Jacques F le 21 janvier 2014 à 9 h 02 min

      Après cela je vraiment changé d’avis. Maintenant, je vote MR!

      Permalien | Répondre
    • spop le 21 janvier 2014 à 14 h 58 min

      Après la dépénalisation des drogues douces, il faut les légaliser. Et ensuite lancer le débat sur l’ecstasy pour faire prendre conscience aux gens qu’il s’agit réellement d’une drogue douce. Et que la consommation des adultérants présents dans les pilules d’ecstasy du marché noir est un problème à résoudre. (Non, on ne sait pas résoudre ce problème en rendant l’ecstasy illégal, il est déjà illégal.)

      Permalien | Répondre
    • Gael le 22 janvier 2014 à 8 h 05 min

      C’est tellement mieux de laisser les mafias s’enrichir au lieu de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat et de créer de l’emploi!

      Permalien | Répondre
    • Baudouin Petit le 25 janvier 2014 à 12 h 29 min

      Charles Michel n’a peut-être pas fumé la moquette, mais on pourrait le croire compte tenu de sa mémoire défaillante. Car les jeunes de son parti n’ont fait que reprendre des propositions adoptées par le bureau élargi du PRL FDF MCC en 1998. Il est vrai que c’était à la demande du FDF…

      Permalien | Répondre
    • Stanislas Bauer le 25 janvier 2014 à 13 h 09 min

      Il a tort. Le cannabis n’est pas ce que les autorités veulent bien en dire et, criminalité mise à part, tue moins que le travail, la route, l’alcool et le tabac. Faisons comme avec les produits cités: transformons les coûts pour l’état en recettes TVA, ainsi que le préconise democratie-nouvelle.be.ma : http://democratie-nouvelle.skynetblogs.be/archive/2013/11/27/plaidoyer-pour-le-cannabis-7998640.html

      Permalien | Répondre
    • Baudouin Petit le 25 janvier 2014 à 15 h 22 min

      A quoi bon, il ne passe pas…

      Permalien | Répondre
    • Binamé le 29 janvier 2014 à 15 h 45 min

      Les meneurs des Jeunesses Libérales qui prônent la consommations de drogues organisée par l’Etat devraient être mis à la porte du MR ! S’abriter derrière la liberté d’opinion c’est tout simplement du laxisme et de l’irresponsabilité. Un très mauvais signal donné au peuple et aux enfants des familles !!!

      Permalien | Répondre
      • Baudouin Petit le 31 janvier 2014 à 17 h 04 min

        Les jeunes du MR n’ont fait que reprendre une position – de bon sens – adoptée par leur parti en 2008…. Et apparemment oubliée par leurs aînés.

        Permalien | Répondre
  • Gil le 20 January 2014 à 7 h 41 min
    Mots-clefs: politique, quiz   

    "Pas de défaitisme": Le "qui a dit" des présidents de parti 

    Enseignement, emploi, logement et engagement politique: les présidents de parti ont débattu de ces thèmes dans le cadre de notre enquête #25. Leur message: “Pas de défaitisme !”. Plus loin, Emily Hoyos, Paul Magnette, Charles Michel et Benoît Lutgen ont également proposé plusieurs mesures concrètes pour chacun de nos thèmes.

    DSC_9484 (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 20 January 2014 à 7 h 41 min
    Mots-clefs: politique   

    Le message des présidents de parti aux #25ans 

    Le premier débat des présidents a mis l’accent sur la jeunesse. Nous avons confronté les quatre présidents de parti aux grandes problématiques de la génération de 25 ans. Voici leur message.


    Les présidents de parti au Soir pour l… par Le_Soir

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Wafellman Fabienne le 20 janvier 2014 à 8 h 52 min

      Pas de défaitisme pour nos jeunes ? La confiance serait tellement meilleure si vous cessiez de vous charogner ! Comment croire aux dires de personnes ayant (et même bien) travaillé durant cette législation et qui n’ont – en période pré-électorale – comme unique but, non de communiquer leur programme mais de dénigrer les autres partis. Une grand-mère de 63 ans qui s’inquiète de l’avenir de ses petits.

      Permalien | Répondre
    • Gergeay le 20 janvier 2014 à 10 h 11 min

      Les politiciens ne sont plus désormais que les hommes-sandwichs de lobbies particuliers, de castes conservatrices, cherchant davantage à faire coïncider leur intérêt personnel avec celui de leurs électeurs déboussolés qu’à repenser notre société à la lumière de ces révolutions silencieuses : la mondialisation économique, la crise environnementale, l’explosion de la communication et de l’informatique. La bande des quatre a confisqué le débat. On ne votera pas sur des questions de société, mais sur la couleur du Titanic. Que ces politiciens laissent la place aux jeunes (pas à leurs fistons) ! Un grand-père de 65 ans qui rejoint la grand-mère précédente.

      Permalien | Répondre
    • Jadin Martin le 20 janvier 2014 à 10 h 42 min

      Comment ne pas être défaitiste quand l’administration passe sa vie a démolir les jeunes au-lieux de les aidés a porté leurs projets. Entre prof d’école supérieur qui sont la pour cassé les étudiants, FOREM qui envoie dans des voies de garage, urbanisme qui recale tout les projets de jeune sans grand moyen mais qui cherche une solution de logement, les solutions d’aides au lancement d’entreprise qui recale les jeunes du a leur age et manque d’expérience, je ne sais pas comment les jeunes dont je fais parties peuvent voir l’avenir autrement qu’en noirs.
      Alors aux lieux de blablaté dans les médias, descendez dans la rue et discuté avec les jeunes, prenez la pêne de les recevoir et de répondre a leurs mails quand il vous écrivent vous verrez différemment les réalité que de votre bureaux bien doré.

      Permalien | Répondre
    • Lal le 20 janvier 2014 à 11 h 18 min

      Pas de défaitisme, on s’occupe de vos affaires.

      Permalien | Répondre
  • Gil le 12 January 2014 à 19 h 11 min
    Mots-clefs: , politique   

    Les jeunes engagés en politique 

    « Les jeunes ne s’engagent plus », « génération bof », « ils ne se préoccupent que d’eux-mêmes » : autant d’accusations faites aux #25 mais sont-elles réellement justifiées? En tout cas pas pour les jeunes qui ont décidé de rejoindre les jeunes de partis et de s’engager politiquement. Voici leur nombre et leur répartition. Ces chiffres nous ont été communiqués par les représentants des jeunes des partis. Cependant, les méthodes de calcul diffèrent selon les mouvements, ce qui explique les différences si importantes entre les partis. Prudence donc.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Kash le 13 janvier 2014 à 14 h 35 min

      On peut avoir une légende et des sources pour le camembert?

      C’est le minimum syndicale quand on publie un graph.

      Permalien | Répondre
    • Gil le 13 janvier 2014 à 17 h 51 min

      Ces chiffres nous ont été communiqués par les représentants des jeunes des partis. Cependant, les méthodes de calcul diffèrent selon les mouvements, ce qui explique les différences si importantes entre les partis. Prudence donc.

      Permalien | Répondre
    • Jean-Luc le 14 janvier 2014 à 9 h 33 min

      Ce qui manque profondement aux jeunes, c’est l’esprit d’entreprendre tant en politique mais surtout au niveau du boulot, ils doivent oser créer leur propre emploi et ne plus vivre en espérant que l’Etat les aidera via des allocations de toute sorte, internet offre des tas de possibilités autres que consulter bêtement des infos……….
      J’ai confiance en la jeunesse si elle se prend en main…..

      Permalien | Répondre
    • Pierre le 14 janvier 2014 à 9 h 43 min

      Merci d’avoir appelé à la prudence, toutefois,
      Peut-on avoir une information à propos des modes de calcul ?
      Sans c’est aussi informatif qu’un diagramme fait au feeling, les chiffres sont, de plus, bien ronds et donc sans doute des approximations.

      Permalien | Répondre
  • Maxime le 11 January 2014 à 12 h 11 min
    Mots-clefs: , politique   

    #25ans, une génération sans idoles? 

    Quelles sont vos idoles ? Nous avons posé la question aux représentants des jeunes des partis politiques.


    Jeunes Présidents de partis : quelle est votre… par Le_Soir

    Mais avoir 25 ans en 2014 et se poser la question de ses idoles, c’est d’abord se sentir un peu ridicule. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Flavie le 4 January 2014 à 6 h 00 min
    Mots-clefs: , , politique, théâtre   

    David Murgia : «Je grandis dans un secteur dévasté» 

    David Murgia est un jeune acteur belge de 25 ans qui monte. Gagnant du Magritte espoir masculin en 2013 pour son rôle dans le film “La tête la première”, il brille sur scène dans le spectacle qu’il a créé avec Ascanio Celestini “Discours à la nation”.


    Interview de David Murgia au Théatre National par Le_Soir

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 2 January 2014 à 10 h 56 min
    Mots-clefs: , , , politique, ,   

    A #25ans, ils ne s’engagent plus “par manque de temps” 

    A #25ans, êtes-vous engagés ? Cette question a suscité des commentaires et des témoignages très divers. “Oui, pour agir contre un système inéquitable”, a répondu une majorité d’entre vous. Mais un tiers des répondants reconnait ne plus s’engager. Pourquoi? Principalement par manque de temps, peut-on lire dans les témoignages. Mais ce ne sont pas les seules raisons. Voici un résumé du sondage auquel vous pouvez toujours participer.

    BAHRAIN-POLITICS-UNREST-DEMO-MEDIA

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 31 December 2013 à 10 h 56 min
    Mots-clefs: , , , politique, ,   

    A #25ans, êtes-vous engagés ? “Oui, pour agir contre un système inéquitable” 

    “A 25 ans, on ne s’engage plus”: c’est l’un de nos clichés à démont(r)er. Une affirmation déjà battue en brèche par les présidents des mouvements jeunes des partis francophones, invités pour un débat à la rédaction. Ils expliquent les raisons de leur engagement.


    Pourquoi s’engager ? par Le_Soir

    Mais au delà de l’engagement politique, quelles sont les domaines dans lesquels les jeunes s’engagent aujourd’hui ? Et combien sont-ils ? Voici les premières réactions recueillies.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 19 December 2013 à 16 h 11 min
    Mots-clefs: politique, priorités, thématiques   

    Les mots des jeunes politiques 

    Quels sont les priorités des présidents des mouvements jeunes des partis francophones ? Voici leurs réponses.

    Wordle: Les mots des jeunes politiques (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • Gil le 18 December 2013 à 11 h 14 min
    Mots-clefs: , politique   

    Jeunes en politique, qu’est-ce que ça change ? 

    Les hommes et femmes politiques de demain ont aujourd’hui 25 ans. Qui sont-ils? Le Soir a organisé, ce mercredi, un grand débat en présence des présidents des mouvements jeunes des partis francophones. Comment feront-ils de la politique demain ?

    Le débat

    Le résumé de leurs réponses se trouve ci-dessous.

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Valentin D. le 18 décembre 2013 à 16 h 25 min

      Il n’y aura pas de diffusion vidéo ?

      Permalien | Répondre
    • Kalipso (@RomainMiraglia) le 18 décembre 2013 à 16 h 37 min

      Pourquoi ne pas avoir organisé une visio conférence via Google+ & une chaîne Youtube? :) Dommage, j’aurais bien suivi le débat en live ;)

      Faites bien ça!

      Romain

      Permalien | Répondre
    • Koala777 le 18 décembre 2013 à 17 h 42 min

      Peu importe que l’on soit jeune pourvu que l’on soit ” fils ou fille de… “

      Permalien | Répondre
    • Lucille le 18 décembre 2013 à 20 h 37 min

      Y a t-il podcast ou une vidéo du débat quelque part pour le revoir?

      Permalien | Répondre
    • dominique le 19 décembre 2013 à 7 h 26 min

      ils ont raison car ils auront toujours un salaire, si pas élus, intercommunales donc avenir assuré..pour eux.

      Permalien | Répondre
    • Cédric G le 19 décembre 2013 à 19 h 37 min

      J’ai eu la chance d’être élu échevin à 21 ans en octobre 2012… Je me suis présenté avec tout mon idéalisme (dans le libéralisme dans mon cas) devant les citoyens. Certains, à tord ou à raison, pensaient que j’étais trop jeune… Heureusement, d’autres pensaient que mes idées n’étaient pas irréalisables!

      Cela fait un an que je suis échevin… Et très étonnamment j’ai l’impression (juste une impression, donc c’est totalement subjectif) que ce sont les 40 ans et plus qui croient le plus en ce que je fais. Il y a évidemment beaucoup de jeunes qui me témoignent aussi du soutien, mais dans une moindre mesure.

      Peut-être sont-ils plus méfiants vis à vis de la politique par rapport à leurs parents… En fait, j’en suis persuadé. Mais malgré leur méfiance, ils se posent tous des questions sur la politique et le socio-économique. Je rejoins Lora Nivesse lorsqu’elle dit que ce n’est pas une génération désengagée… Elle est fortement engagée mais plus méfiante. Il faut donc continuer le dialogue avec la jeunesse qui m’épate chaque jour :)

      Permalien | Répondre
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler