Mots-clefs: valeurs Afficher/masquer les discussions | Raccourcis clavier

  • Gil le 4 January 2014 à 13 h 59 min
    Mots-clefs: , barometre, , valeurs   

    Les jeunes Belges tiennent à l’unité du pays 

    TDB-MANIF_FRITES-5569Les jeunes de 25 ans se sentent-ils d’abord Belges, Flamands, Wallons, Bruxellois, Européens?

    Bernard Rimé, professeur à l’UCL, spécialiste des questions de psychologie sociale, a dirigé dès 2011 une étude sur le sentiment national à travers les générations. Il vient de mettre un point final à ses recherches et nous livre en exclusivité ses résultats.

    La grande conclusion de son travail? La jeune génération s’identifie davantage à son pays que les générations précédentes. Et c’est particulièrement marquant du côté flamand, où les revendications nationalistes déclinent systématiquement chez les 18-28 ans. Tous les détails sont  à lire dans la sélection abonnés du Soir et sur le journal numérique. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Rudi DE MEYER le 4 janvier 2014 à 11 h 48 min

      Eendracht maakt macht… ;-)

      Permalien | Répondre
    • Simon Engelen le 5 janvier 2014 à 11 h 20 min

      ” La jeune génération s’identifie davantage à son pays que les générations précédentes”> Tous ceux qui ont connu “la guerre froide” vous répondront que c’est totalement faux…

      Permalien | Répondre
    • reimond vandecasteele le 5 janvier 2014 à 16 h 46 min

      En ze zullen hem niet temmen……!!

      Permalien | Répondre
    • Michel le 6 janvier 2014 à 9 h 23 min

      Les communes pour le niveau local, le pays (au sein de l’Europe) pour le niveau gestion. Entre les 2, les provinces comme courroie de transmission. Les régions ne servent à rien si ce n’est multiplier les égo et les ministères, donc les dépenses inutiles.
      Eendracht maakt macht ! L’union fait la force !

      Permalien | Répondre
  • Gil le 28 December 2013 à 15 h 26 min
    Mots-clefs: , entraide, , paix, respect, , valeurs   

    La paix, valeur des #25ans ? 

    valeurs25 (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • catherine le 25 December 2013 à 16 h 48 min
    Mots-clefs: , valeurs   

    Quelles sont les valeurs des #25ans ? 

    Notre enquête avance ! Et cette semaine, nous allons partir faire un petit tour dans l’une ou l’autre gare de Belgique, pour une opération “sondage”, cherchant à savoir : “Quelles sont les valeurs de la génération #25ans ?” (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • elodie le 23 December 2013 à 10 h 40 min
    Mots-clefs: , qui-fait-la-cuisine?, valeurs   

    L’égalité des sexes: la bonne idée de débat familial pour Noël (ou pas) 


    Aaaah, les grands repas de famille du réveillon de Noël.. En quelques heures, nous finirons sans doute tous l’estomac aussi gavé que celui du palmipède s’étant retrouvé par mégarde sur notre toast, le grand-père ronflant dans le divan et l’ambiance frôlant alors l’hystérie d’un tournoi provincial de scrabble. Halte là! Pour relancer la soirée, rien de tel qu’un petit débat… Et pour mêler toutes les générations, quoi de mieux que de parler directement de ceux et celles qui les composent: des hommes et des femmes!

    (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
  • elodie le 20 December 2013 à 9 h 16 min
    Mots-clefs: appel à témoins, , valeurs   

    Lorsqu’une secrétaire, quinquagénaire et féministe, interpelle une jeune journaliste… 

    La scène que je vais vous décrire s’est déroulée le 18, ou le 19 novembre dernier. Mais elle vient de me revenir en mémoire, au moment où nous enquêtons sur la génération #25ans. Un billet de Catherine Joie. (la suite…)

    Permalien | Répondre
     
    • Roland le 20 décembre 2013 à 8 h 58 min

      Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire.

      Permalien | Répondre
    • quenon le 20 décembre 2013 à 9 h 00 min

      Je n’y vois qu’une personne qui propose un café à une autre. Il n’est pas nécessaire de “sexuer” chaque acte posé. Je suis femme et revendique l’égalité des droits et devoirs mais il ne faut pas devenir “intégriste” non plus. Le secrétaire aurait été un homme, il aurait aussi proposé un café à son patron non ?

      Permalien | Répondre
      • Georges D le 20 décembre 2013 à 20 h 57 min

        Le vrai probleme c’est la lutte des classes. Pas la lutte des sexes.

        Permalien | Répondre
        • Anonymat le 21 décembre 2013 à 13 h 13 min

          Oui, exact. Et elle s’est transformée en guerre absolu(tist)e.

          Cependant, ne pas ignorer qu’à l’intérieur de cette guerre qui fait des millions de pauvres en Europe (famine de retour en Grèce et en Espagne, Portugal, Allemagne et son modèle de brave Mutti, etc… des millions d’enfants ne mangent plus à leur faim), les instruments de division (divide et impera, classique) sont le sexisme profond (ancré dans les inconscients des victimes elles-mêmes, les femmes de toutes origines, couleurs) et le racisme structurel.
          Pendant que les esclaves se battent entre eux, les maîtres sont sereins.

          N’oubliez pas que le sexisme (rôles et attitudes prédistribués) et le racisme structurés dans ce but, sont des instruments outils classiques de domination (par le conformisme omniprésent).
          Woman is the nigger of the world.

          Cette conscience de l’oppression a disparu avec l’ extraordinaire consécration de la victoire de la vulgarité anti-humaine, ce crypto fascisme de nos sociétés dont on n’ose pas dire le nom.(ou même interdit)

          Si l’homme est un esclave, on lui permet de se soulager sur une femme. Femme alors doublement contrainte.
          Femme contrainte en rue, au travail et à la maison.

          L’esclave homme peut ainsi perpétuer la division (instrument de pouvoir) et l’inertie (la puissance de l’inertie est exponentielle, c’est la plus forte énergie du pouvoir : rien, immobilisme) car un instant, il lui est permis de se transformer en “petit maître”. Ce faisant, il perpétue sa propre domination de classe. Mais on fait tout pour qu’il l’ignore. Tous les médias participent à cette politique délibérée.
          Tous. C’est voulu et programmé.

          Son pendant est la Mutti autoritaire (ou la figure sado-masochiste) que l’on voit apparaître de plus en plus fréquemment (magasins et femelles radicales).
          L’ultra conservatisme des réactions, attitudes intolérantes graves, est prôné dans la société partout.
          La maman et la putain. Ancestrales.
          Il n’est pas étonnant que la prostitution ait autant de succès et prolifère (causes psychiques de femmes se considérant comme des wc-décharges, causes socio-économiques donc politiques).

          On n’entend plus parler des libertés et des droits.

          Les buzz sont faits de “décolletés” profonds, d’exhibitionnisme volontaire ou involontaire (hystérisation), de fesses et de chirurgie mutilatoire. Les femmes se sentant inférieures ont intégré leur infériorité mentale, psychique et leur image d’elles-mêmes en tant que telles. D’où régimes, chirurgies qui ne sont que des refus, des rejets de soi.

          Rien de neuf. Le corps des femmes est contraint et elles ont intégré ce fait comme ‘normal” sans jamais voir que le corps des hommes est beaucoup plus accepté. Révélateur d’une domination mentale assimilée comme “naturelle”. Femme inférieure veut dire dont le corps n’est pas correct. D’où artifices, mutilations et contraintes permanentes. Le corps, enjeu du jeu.
          Mode opérant sur la séduction donc hystérisation.

          La double contrainte qu’elles subissent a pour but d’annuler toute possibilité d’union sacrée afin de libérer hommes et femmes de l’enfer qu’on leur sert à présent tous les jours, du joug rétabli et de la culpabilité de vivre que l’on matraque en permanence comme cause-effets de tous les immenses dégâts dont ils souffrent..

          La régression (c’est dans l’inconscient que cela se joue car les femmes ont intégré leur propre domination comme “naturelle” alors qu’elle ne l’est pas) de nos sociétés est patente. En 30ans, retour en arrière, et attitudes identiques à celles d’il y a 300 ans.
          La machine de régression puissante et infernale n’est stoppée par … personne.

          Bref, actuellement la politique délibérée est celle du “Grand Bond en Arrière”(;-) la dictature maoïste avait comme slogan “grand bond en avant”..entre autres) afin de préparer les mentalités (déjà à l’oeuvre depuis les années 1980) à pire. Car ce qui vient sera encore pire.

          Un travail efficace sur les mentalités a été effectué dans une totale maîtrise, “préparer le terrain” a demandé 30 ans. On peut dire que c’est une “réussite”, faite de main de maître.

          Permalien | Répondre
    • FabienneT le 20 décembre 2013 à 9 h 18 min

      La tâche d’une secrétaire est de débarrasser son patron de toutes les petites contingences matérielles pour qu’il puisse se consacrer à l’essentiel de son travail : étudier ses dossiers et prendre des décisions. Donc, on s’adapte en fonction du patron…. dans les limites du respect de soi-même.
      Si elle trouve dégradant d’aider son patron à enlever son manteau ou de lui servir son café, elle ne doit pas le faire.
      Si je ne propose jamais un café à mon patron, c’est parce qu’il préfère se servir lui-même. Ca lui permet de ne pas rester sur sa chaise toute la journée, et le matin, de voir ses équipes de façon conviviale autour de la machine à café. Ma chef précédente préférait qu’on lui apporte car elle trouvait ça casse-pied de faire la file à la machine.
      Donc, un secrétariat, c’est du sur mesure. C’est un accord, un consensus à établir avec son supérieur. Ca n’a rien d’anti-féministe d’être efficace.
      Quant à renoncer au combat, personnellement, je n’ai pas renoncé et pourtant j’ai 50 ans. J’en connais d’autres qui l’ont fait et je me sens trahie par ces personnes.
      Je suis aussi effrayée de constater que de jeunes femmes se considèrent comme inférieures aux hommes et estiment que je ne sais pas rester à ma place … J’ai le sentiment d’un retour en arrière et je me dis que le combat continue, sinon, nous allons perdre tous nos acquis sans encore avoir obtenu l’égalité complète dans tous les domaines.
      Petite précision que j’apporte toujours : les hommes doivent aussi avoir les mêmes droits que les femmes dans tous les domaines. Donc, par exemple, un homme au foyer, n’est pas risible et n’est pas moins un homme que n’importe quel autre.

      Permalien | Répondre
    • Colette Seifarth le 20 décembre 2013 à 9 h 23 min

      Je me dis que si cette secrétaire avait été un secrétaire, la question ne se poserait même pas. Ici, il est question de hiérarchie, pas de sexe…

      Permalien | Répondre
    • Mueller le 20 décembre 2013 à 9 h 25 min

      J’ai 56 ans et ai justement l’impression que les jeunes-filles actuelles ne défendent que peu les valeurs féministes tant elles leur semble intégrées à la société. Alors qu’elles me semblent intallées de manière fragiles et en danger. Peut-être pas dans tous les milieux. En effet, je travaille dans un service d’insertion professionnelle et je constate que de plus en plus chez CERTAINES personnes, les relations hommes-femmes ne sont plus très équilibrées (retour de la femme-objet considérée comme une salope si elle n’obéit pas au doigt et à l’oeil) alors que chez d’autres les valeurs féministes et l’égalité homme/femme sont totalement naturelles. Arriverait-on, à ce niveau à une société duale?

      Permalien | Répondre
    • stump le 20 décembre 2013 à 11 h 15 min

      Je croirai au féminisme lorsqu’une école mettra au chomage une femme professeur afin d’assurer que les enfants ont un quota d’hommes dans leurs professeurs… s’il y a bien un domaine dans laquelle la mixité est nécessaire, c’est bien celui-là…

      Je croirai au féminisme lorsque les allocations familiales seront versées aux parents sans discrimination… quelle logique de croire qu’encore aujourd’hui ce ne sont que les mères qui s’occupent des enfants…

      Je croirai au féminisme lorsque la RTBF consacrera, le jour de la fête des pères, un reportage sur les pères célibataires qui vont conduire leurs enfants à l’école… Par définiton et avec la garde alternée qui commence à devenir la norme (il y a encore un long chemein pour reconnaître les mêmes droits aux pères qu’aux mères…), il y a une prère célibataire pour chaque mère célibataire…

      Je croirai au féminisme lorsqu’on accordera autant d’importance à la violence conjugale des femmes envers les hommes que l’inverse… Selon l’institut de l’égalité femmes-hommes, un tiers des victimes des cas déclarés de violence conjugale sont des hommes…

      Permalien | Répondre
    • Annah le 20 décembre 2013 à 19 h 57 min

      J’en pense que ce que vous soulevez est intéressant mais que vous vous posez les mauvaises questions. En gros, on pourrait résumer les questions que vous posez à du “Pourquoi”… “Pourquoi m’ a-t-elle dit cela”.
      Je ne sais pas si c’est l’âge ou simplement une vision du monde différente, mais moi j’aurai été intéressée par le “Comment”. Comment cette femme serait-elle devenue secrétaire, comment aurait-elle jugé que son combat était fini, quel était son parcours”… En gros, “comment en vient-elle à parler de cela”… A la limite peut-être que je l’aurai interviewée aussi.
      Je dis tout cela parcequ’ il me semble qu’avant, je me posais aussi beaucoup de questions sur le “pourquoi” des choses.Pourquoi c’est comme ça, etc… Et puis j’ai vécu plein de trucs, et maintenant que j’ai 40+, je me rends compte que le “comment” me semble plus essentiel, beaucoup plus susceptible d’amener des réponses concrètes et éclairantes… Après tout, lorsqu’on se retrouve affamé dans la rue par exemple, on ne se demande pas “pourquoi on veut manger”, mais plutôt “comment on va manger”…

      Permalien | Répondre
    • MarieA le 20 décembre 2013 à 22 h 08 min

      Vous avez un travail, vous êtes bien formé, vous travaillez vite et bien et on vous apprécie… Mais je n’ai jamais compris pourquoi je devrais servir un café à mon “patron”: il a deux mains comme vous et moi (sauf problème), non? Je ne suis pas formée pour le servir. Non. Jamais. Je refuse cela. Questions de principe; c’est tout. Et de respect!

      Permalien | Répondre
    • Anonymat le 21 décembre 2013 à 3 h 17 min

      Le sexisme est structurel et non conjoncturel. Le sexisme est un racisme de genre. Les rôles sont prédéfinis. VOIR LA TELE BELGE indique le retour de cette véritable pathologie du superficiel, du conventionnel, du look, des attitudes et des sujets d’émissions de plus en plus conservateurs, méprisants, de l’image de la poupée qui travaille, des sujets thématiques absolument régressifs sur tous les plans (y compris pour les hommes)
      .
      On ne peut à la fois indiquer qu’il faut être conservateur ultra et s’en plaindre.

      Et en effet, la lutte des sexes est un … cache-sexe de la vraie division guerrière radicale : la guerre des classes (pour l’instant gagnée par le conservatisme ravageur des dominants du fric.. sans noblesse ni classe, parvenus divers proliférant et exposant leur vulgarité tous azimuts en tant que “modèle”, matraquage présent dans la pub, le mercantilisme, le consumérisme, les médias, les affiches, les politiques, etc…) Effarant. La marchandisation des êtres n’est qu’une guerre des classes sociales. Pour l’instant le modèle régressif cynique absolu est prôné et évident partout..

      La société est totalement régressive, asociale et les jeunes (filles) ont opéré une formidable régression comportementale, mentale,d’attitude, de réflexe de soumission mentale patente, (inconsciente car vendue comme le contraire de ce qu’elle est, système retors et pervers) elles ne sont plus individuées.
      Le grégarisme et l’objet-jouet ont opéré un magistral retour. Visible, évident dans les comportements immatures généralisés. Aucune conscience et aucune science. Aucune individuation véritable.

      Idem pour la sociopathie, “valeur” phare de gouvernement tant public que privé.

      Permalien | Répondre
    • Cagou le 21 décembre 2013 à 15 h 07 min

      J’en pense que cette femme a été rebelle dans son adolescence puis est revenue à ses esprits. Comme tout le monde à l’adolescence, quoi. Vous feriez bien d’ouvrir les yeux également, et d’arrêter les combats stériles parce que vous avec lu dans Elle que le féminisme c’était tendance (comme la minijupe cet été et les uggs cet hiver)

      Permalien | Répondre
c
Écrire un nouvel article
j
Prochain article/commentaire
k
Article/commentaire précédent
r
répondre
e
modifier
o
Afficher/masquer les commentaires
t
haut de page
l
se connecter
h
Afficher/masquer l'aide
maj + esc
Annuler