Nous sommes 10.666.866 Belges

Population Les statistiques au 1er janvier 2008

La Belgique comptait 10.666.866 habitants au 1er janvier 2008, soit 82.332 personnes de plus qu’au 1er janvier 2007. Il s’agit du plus fort accroissement absolu de population depuis 1965, précise le service public fédéral (SPF) Economie. Au 1er janvier, il y avait 5.442.557 femmes (51 %) et 5.224.309 hommes (49 %). Bien qu’il naisse un peu plus de garçons que de filles (105 garçons pour 100 filles, en général), il est aujourd’hui habituel dans les populations de dénombrer un peu plus de femmes que d’hommes, et cela du fait de la surmortalité masculine à tous les âges, explique le SPF Economie.

En 2006 et 2005 déjà, il y a eu une hausse marquée de la population, respectivement de 73.152 et 65.530 unités. La Flandre hébergeait 6.161.600 personnes (+ 44.160, 57,8 % du total), la Wallonie 3.456.775 personnes (+20.296, 32,4 %) et la Région de Bruxelles-Capitale 1.048.491 personnes (+17.276, 9,8 %).

Cette augmentation de la population résidente s’explique pour trois quarts par le solde migratoire (la différence positive entre immigration et émigration) et pour un quart par le solde naturel (c’est-à-dire l’excédent des naissances sur les décès).

En 2007, 146.409 immigrants ont été inscrits (ou ré-inscrits) dans le registre de population, tandis que 91.052 émigrants en étaient rayés. Dans le même temps, 120.663 naissances et 100.658 décès ont été enregistrés. Pour retrouver exactement l’accroissement de la population, il faut encore tenir compte de l’ajustement statistique (6.970 personnes) qui résulte du fait qu’un certain nombre d’événements démographiques sont inscrits avec retard au registre de la population.

L’accroissement est le plus important à Bruxelles (+ 1,68 %), suivi de la Flandre (+ 0,72 %) et de la Wallonie (+ 0,61 %), d’abord en raison d’une orientation préférentielle des courants de la migration internationale vers Bruxelles et la Flandre. Secondairement, elle reflète aussi les différences de fécondité (Bruxelles se caractérisant par une fécondité nettement plus forte que les deux autres régions). Finalement, elle découle aussi des différences de mortalité et de structures par âge héritées du passé.

« Alors que dans un passé récent, des doutes s’étaient manifestés quant à la possibilité de la Belgique d’atteindre dix millions d’habitants, il apparaît aujourd’hui qu’elle se dirige lentement mais sûrement vers onze millions d’habitants », conclut le SPF Economie. (b)

repères

Dans les grandes villes,

le chiffre de population va croissant.

– Bruxelles (+ 1,68 %)

– Charleroi (+ 0,02 %)

– Liège (+ 0,63 %)

– Anvers (+ 1,26 %)

– Gand (+ 0,90 %)

Les communes où l’augmentation de la population est la plus marquée sont :

– Léglise (+ 3,90 %)

– Rendeux (+ 3,69 %)

– Tinlot (+ 3,31 %)

– Brugelette (+ 3,30 %)

– Écaussinnes (+ 3,30 %)

– Ohey (+ 3,22 %)

– Rouvroy (+ 2,99 %)

– Attert (+ 2,96 %)

– Héron (+ 2,78 %)

– Crisnée (+ 2,76 %)

La population recule

de plus d’un pour cent dans six communes :

– Vresse-sur-Semois

– Érezée

– Fourons

– Herstappe

– Martelange

– Edegem.

Sauf pour cette dernière, il s’agit de très petites communes.

BELGA
Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>