Musique Un nouveau label belge indépendant de jazz est né

  33-1e-jazz.jpgDu jazz avec une « gueule »

Ronny Verbiest, le trio Cattleya et Alano Gruarin sont les premiers poulains du nouveau label de Michel Bisceglia, « Prova ».

L’industrie du disque subit de profondes mutations depuis quelques décennies. L’évolution technologique a engendré des « studios domestiques », transfiguré la diffusion et le marché de ventes et induit une tendance à la dématérialisation des supports. Au sein du jazz belge, des labels indépendants se multiplient à côté de maisons instituées comme Igloo ou Werf. Nombre de musiciens ont fondé leur propre marque. Certains au service de leur production personnelle, mais d’autres créent des étiquettes aux visées plus larges : Guy Segers (Carbon 7), Henri Greindl (Mogno), Pierre Vaiana (Azeto)… et plus récemment Michel Bisceglia (Prova records).

  En quelques semaines Prova a sorti trois bons albums, qui entretiennent des airs de famille par leurs climats envoûtants et leur sonorité profonde et veloutée : Nature boy du saxophoniste Ronny Verbiest, Diary du trio Cattleya et Profondo blu du pianiste Alano Gruarin.

  « Attirer l’attention »

  Né à Genk en 1970, Michel Bisceglia avait fait parler de lui voici 10 ans avec un premier CD publié d’emblée par une multinationale (RCA) avec, en invités, deux grands noms du jazz américain Randy Brecker et Bob Mintzer.

  « Pour mon premier disque personnel, je pensais qu’il fallait attirer l’attention, explique le pianiste. J’ai donc recontacté Randy Brecker, avec qui j’avais fait une tournée en Allemagne et Bob Mintzer. Le manager de Toots Thielemans m’a indiqué que BMG-RCA serait peut-être intéressé de publier un jeune jazzman pour fêter l’anniversaire du premier disque de jazz paru sur RCA. Je leur ai proposé le produit fini. Leur intervention financière fut limitée. Mais cela m’a ouvert des portes. »

  Le second projet de Michel Bisceglia, impliquant cette fois le saxophoniste Kenny Garrett était fin prêt lorsque BMG Belgique décidait de clôturer les éphémères activités de son département jazz. Les deux CD suivants du pianiste verront bien le jour mais pâtiront, eux, de la faillite de la société « Culture records ». Autant d’aléas qui feront naître l’envie de prendre en main ses propres destinées, envie concrétisée avec « Prova records ».

  Le pianiste, reconnu aussi outre-Rhin, est aussi apprécié comme compositeur, arrangeur et producteur côté pop (Jo Lemaire, Johan Verminen, Kris De Bruyne…), classique, théâtre musical, etc. Il possède donc une vue large des différents aspects de la création discographique. Il entend d’ailleurs imprimer une ligne artistique définie au label. « Pour moi, créer un CD c’est comme faire du vin, poursuit Michel Bisceglia. On y travaille et on sait 20 ans plus tard si c’est valable. Un disque est là pour toujours. Dans la production j’interviens au niveau artistique. Je sais surtout ce que je ne veux pas : des albums sans atmosphère. Pour la majorité du public, ce qui accroche ce sont les atmosphères, pas le niveau des musiciens. J’essaye d’imprimer une certaine couleur, et je veux offrir une garantie de qualité, dans le son, les pochettes… Produire d’autres artistes pop m’a appris pas mal de choses sur la technique des studios, la gestion du temps… Je suis particulièrement sensible au travail du son. J’ai habité six ans au-dessus du studio où les albums “Prova” sont enregistrés. Je le connais bien. Je sais qu’en déplaçant le piano de 20 cm, il sonne différemment. »

  Prova (les titres sont disponibles soit en format classique, soit à télécharger) ne sera pas un label limité au jazz. « Je suis en train de négocier la production d’un groupe français que je trouve très créatif dans la chanson : Pepper moon. Et je travaille aussi sur un disque classique, des adaptations de Puccini… », se réjouit l’intéressé.

ANDRE JOASSIN

  Prova Records, distr. LC music

  Site web : www.provarecords.com

Cette entrée a été publiée dans Culture, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.