La note de Verhofstadt secoue le cocotier belge

2-1e-verhof.jpg

Le « premier » voit des Régions et Communautés renforcées, s’appuyant sur des convergences. Un rapport très critiqué et qu’il explique au « Soir ».

Le Premier ministre Guy Verhofstadt a rendu public mardi son « Rapport au roi Albert II sur la réforme des institutions ». Du genre décapant, ce document compte dix-neuf feuillets très denses dont Le Soir vous offre l’intégralité dans un cahier de quatre pages.

À conserver, car on risque de reparler des propositions du Premier ministre. Même si Guy Verhofstadt insiste beaucoup sur le caractère personnel de sa démarche et souligne au passage que la fin prochaine de ses fonctions lui a offert une liberté d’expression inhabituelle, et qui ne craint pas le retour de flammes politique.

Verhofstadt mise notamment sur des Régions et Communautés très autonomes, mais sous l’œil arbitral du fédéral, avec des règles de solidarité et de convergences. De quoi susciter débats et polémiques. Les réactions politiques sont très tièdes. Les qualités de la réflexion et de l’auteur sont poliment soulignées. Mais personne ne voit là une base de travail pour les négociations.

Symboliquement, le Premier ministre a tenu à décrypter sa note de la même manière pour les deux communautés. De Standaard et Le Soir publient donc ensemble un entretien exclusif. Comme un hommage aussi à l’opération Nord-Sud.

Rapport au Roi Albert II

Cette entrée a été publiée dans Belgique, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.