La RTBF lance neuf radios en ligne

Radio / De plus en plus d’auditeurs internautes.
La Radio a encore de beaux jours devant elle. Mais peut-être plus de la même façon. Le futur ? L’écoute en streaming et le podcast.

 H a ! Les débuts de la radio… Souvenez-vous : les postes en bois précieux de la taille d’un meuble, et toute la famille réunie religieusement pour écouter les premiers journaux parlés, un programme musical ou encore une émission pédagogique (un peu monolithique et tristounette, d’accord). La radio est un art de vivre, une perle dans le bruit du monde.

Mais, le XXIe siècle ne risque-t-il pas de reléguer ces bons moments dans les oubliettes de l’histoire des médias ? Pas du tout. C’est exactement l’inverse, grâce au développement de « webradios », un secteur stratégique que la RTBF a résolument décidé de conquérir. Explications.

Dans la foulée du lancement, en décembre dernier, de quatre webradios de Noël proposant une programmation musicale de saison, la RTBF est passée à la vitesse supérieure ce lundi sept janvier : neuf nouvelles webradios thématiques ont été créées. Bon, très bien, mais qu’est-ce qu’une webradio au juste ? Il s’agit en fait d’une radio diffusée exclusivement sur internet, que l’on peut écouter, sans téléchargement préalable (en « streaming » donc), sur un ordinateur ou sur un récepteur de type MP3.

Pour Francis Goffin, directeur des radios de la RTBF, « le phénomène est marginal pour le moment mais il y a un mouvement général de consommation de la radio via internet. À cet égard, deux systèmes coexistent : le podcasting (téléchargement) et l’écoute en streaming (en live). Toutes les radios de la RTBF sont passées au podcast depuis 2006. Mais, aujourd’hui, ce système stagne un peu tandis qu’il y a une claire augmentation de l’écoute en ligne. »

Désormais, la RTBF offre aux internautes la possibilité d’écouter vingt chaînes au total via internet, soit « les onze chaînes classiques, déjà diffusées en streaming sur leur site, et les neuf nouvelles webradios qui apportent une offre complémentaire en visant des sous-groupes au sein du public de chaque radio. Il convient de les garder dans le monde de la RTBF ! », explique Francis Goffin.

Ce n’est qu’une étape

Cet objectif est-il rencontré ? « Difficile à dire. Le CIM (Centre d’information sur les médias) ne prend pas le phénomène en compte, pour l’instant. Nous ne pouvons donc pas déterminer le pourcentage d’auditeurs qui sont passés par la FM, par internet, etc., pour écouter nos programmes », affirme encore le directeur des radios de la RTBF.

La RTBF ne devrait pas en rester là. Selon Francis Goffin, « les infrastructures nécessaires à la création et au fonctionnement des webradios sont peu coûteuses. Elles fonctionnent en effet avec les équipes déjà en place. Tout cela fait partie de la stratégie RTBF 2011 qui vise à investir les nouveaux médias. Il n’est pas exclu de créer de nouvelles webradios dans le futur. Il ne s’agit ici que d’une étape. »

Les neuf webradios sont : Francosphère Première ; Vivahits ; VivaCité en concert ; Musiq’3 Babel ; Classic 21 60’s ; Classic 21 80’s ; Les classiques ont 20 ans ! ; Rock à Ponpon ; Pure Street.

FREDERIC CHARDON

Cette entrée a été publiée dans Médias, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.