Prémunir les embryons

Biologie S’inspirer du diagnostic préimplantatoire

Des cellules souches qui évitent la controverse. Une nouvelle technique permet d’éviter la destruction des embryons.

A en croire les travaux du professeur Robert Lanza, la création de cellules souches ne devrait bientôt plus poser de problèmes éthiques. Il aurait en effet réussi à produire des lignées de cellules souches sans détruire les embryons parents.

La méthode classique de production de cellules souches consiste à prélever et à mettre en culture des cellules issues d’un embryon de 5 à 7 jours. Hélas, cette technique engendre systématiquement la mort de l’embryon parental. Une conséquence qui a notamment conduit George W. Bush à interdire l’utilisation de fonds fédéraux pour mener de nouvelles recherches sur les cellules souches humaines.

Dès 2006, l’équipe de Robert Lanza de la firme américaine Advanced Cell Technology, annonce qu’il est possible de produire des cellules souches tout en sauvegardant les embryons. Cependant, même si les résultats des premiers tests humains sont prometteurs, les embryons parentaux ne survivent pas. Ce n’est que très récemment qu’une amélioration de la technique rend enfin possible cette prouesse.

La technique s’inspire des diagnostics préimplantatoires (DPI). Il s’agit de prélever une des 8 cellules souches d’un embryon obtenu par fécondation in vitro. Ensuite, plutôt que de mettre la cellule à l’étude comme c’est le cas lors d’un DPI, les chercheurs la mettent en culture. C’est précisément ce milieu de culture qui a été amélioré après les essais infructueux de 2006.

Selon l’étude publiée dans Cell Stem Cell, l’ajout de laminine (une protéine de la membrane basale des cellules) dans le milieu de culture a été déterminant. Celle-ci permettrait d’obtenir un milieu de culture relativement proche du milieu cellulaire interne. Il en résulterait une bonne conservation de la pluripotence caractéristique des cellules souches embryonnaires.

Grâce à cette technique, les scientifiques ont réussi à obtenir cinq lignées stables de cellules souches sans affecter le développement de l’embryon.

ELISE DUBUISSON

Cette entrée a été publiée dans Sciences et santé, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.